Introduction

À l’occasion du Mobile World Congress de Barcelone, Wiko avait exposé fièrement quelques nouveautés côté smartphones. Il y avait le Highway Star, que nous avons testé il y a quelques semaines, mais également le Highway Pure, un smartphone 4G extrêmement fin qui veut se faire une place sur le milieu de gamme. Son argument principal tient dans son look, où Wiko a allié finitions métalliques et grande finesse, marquant un développement en matière de qualité chez le constructeur sino-français. À condition, bien sûr, qu’il assure en performances générales.

 

DSC09041

 

Fiche technique

Modèle
Wiko Highway Pure 4G
VersionAndroid 4.4.4 KitKat
Taille d'écran4,8 pouces
Technologie d'écranAMOLED
Définition720 x 1280 pixels
Résolution~ 306 ppp
SoCMSM8916 Snapdragon 410
Nombre de coeurs4 x Cortex-A53 à 1,2 GHz
GPUAdreno 306
Mémoire vive2 Go
Mémoire interne16 Go
Micro SDNon
Appareil photo (dorsal)8 mégapixels
Appareil photo (frontal)5 mégapixels
Wi-Fi802.11 b/g/n
Bluetoothv4.0, A2DP
NFCNon
FMOui
RéseauxLTE 800 / 1800 / 2600
SIM1 x Nano SIM
LocalisationOui, avec A-GPS
USBmicroUSB v2.0
Batterie2000 mAh
Dimensions141,9 x 68,1 x 5,1 mm
Poids98 grammes
CouleursNoir
Prix299 euros

 

Design

Avec son Highway Pure, et son Ridge testé précédemment, Wiko marque un tournant dans sa stratégie mobile. Le constructeur semble vouloir proposer des produits bien plus qualitatifs que d’ordinaire, tout en continuant de se placer sur les segments d’entrée et de milieu de gamme. Et autant dire que cette montée en gamme des produits se voit largement sur ce smartphone, qui attire directement l’œil grâce à son look. Et surtout grâce à sa finesse.

DSC09049

En effet, le Highway Pure ne fait que 5,1 millimètres d’épaisseur, et est de ce point de vue là assez impressionnant. En plus de la finesse, on a un sentiment de légèreté absolue puisque le smartphone pointe à 98 grammes, et je n’avais pas mémoire d’avoir déjà touché un produit aussi léger. Malgré la finesse de l’objet, la tranche a effet métallique est bien exploitée avec un bouton d’allumage à droite ainsi que le port micro SIM, des boutons de volume sur le côté gauche (pas forcément pratique toutefois), et des ports micro-USB et Jack 3,5 mm sur la partie inférieure. On aurait pu craindre qu’ils dépassent étrangement, mais ce n’est pas le cas, et ils sont parfaitement intégrés malgré une peinture qui laisse parfois à désirer. Mais pour le peu qu’on observe le mobile dans ce sens, cela devrait aller.

DSC09051

Pour le reste, ce mobile est vraiment très sobre et sans fioritures. Si on exclut la bande argentée qui recouvre la tranche, le reste de la carcasse est noir avec seulement quelques finitions chromées. La face avant du mobile ne comporte qu’un haut-parleur, un capteur frontal et différents capteurs visibles sur la bordure haute. Quant à la coque arrière, elle ressemble à ce qui se fait sur les smartphones Sony, avec un capteur photo et un flash placés sur le coin supérieur gauche, un logo Wiko à peu près au centre du produit, et quelques mentions au bas de l’appareil, ainsi qu’une autre sortie audio.

DSC09046

Globalement, la prise en main est plutôt satisfaisante, et c’est notamment dû aux bords biseautés de la tranche, qui évitent qu’elle donne une sensation « coupante ». Le format de 4,8 pouces et les dimensions modérées du mobile (141,9 x 68,1 x 5,1 mm) font aussi en sorte qu’il soit facile à prendre en main. Évidemment, on ne donne pas cher de sa peau en cas de chute, et c’est peut-être pour cela que Wiko fournit une coque de protection – très basique – dans l’emballage commercial. Ce mobile est néanmoins une très bonne surprise côté design, et on a beau chercher, difficile de lui trouver des défauts visibles. À voir maintenant si les bons points récoltés sur la conception ne se paient pas en autonomie ni en performances.

 

Ecran

Qui dit montée en gamme, dit écran différent. Wiko a voulu surprendre en proposant de l’AMOLED sur ses nouveaux bébés, et on peut dire que c’est une bonne idée. Pour rappel, l’AMOLED a pour réputation de fournir un contraste infini ou presque, avec un noir très profond, et des couleurs vives, ainsi qu’une rémanence quasi nulle. C’est bien ce que fait l’écran de ce Highway Pure, qui bénéficie par contre d’une luminosité qui laisse à désirer avec seulement 310 cd/m2. C’est le score moyen d’un entrée de gamme dirons-nous, et ce n’est pas optimal pour la lisibilité en plein soleil, chose vérifiée par canicule parisienne.

DSC09056

Les couleurs ne sont pas non plus les plus fidèles aperçues sur de l’AMOLED qui, « mal » géré, a fortement tendance à tirer vers le bleu. C’est un peu le cas ici, avec une teinte bleutée assez récurrente. On pourra toutefois corriger un peu le tir en utilisant les différents modes d’affichage proposés.

 

Logiciel

Le Highway Pure 4G embarque la même interface que le Highway Star, et tous deux sont installés sous Android 4.4.4 KitKat. On devrait un jour obtenir du Lollipop – avant la fin de l’année, nous a promis Wiko lors de la présentation de son appareil – mais on perd déjà des points et de l’intérêt pour le consommateur. On ne va pas à nouveau entrer dans les détails de cette interface Wiko UI, que Laure a eu l’occasion de tester sur le Highway Star, et Gaël sur la gamme Ridge.

logiciel-wiko-

C’est une interface simple en matière de fonctionnalités. Ne se présentant pas à la manière d’un Android classique, les applications sont regroupées par pages. Certification Google Oblige, les apps de Mountain View sont au sein d’un dossier sur la page d’accueil, au côté de l’appareil photo, de la galerie et du Play Store. Pour une obscure raison, la page centrale n’a pas été choisie par Google pour y insérer le traditionnel widget horloge-météo, placé sur une page située à gauche, au côté d’apps plutôt liées au système (renvoi vers les paramètres, vers le centre de mise à jour ou vers un gestionnaire de fichiers).

wiko-logiciel-2

Hormis les utilitaires classiques (lecteur vidéo, un outil de sauvegarde ou de nettoyage), Wiko n’a rien ajouté à l’Android standard. On notera tout de même – et les amateurs sont nombreux – que ce téléphone embarque bien une radio FM. Cette interface est en tout cas parfaitement fluide et répondante, et il ne reste plus qu’à installer un launcher pour améliorer l’aspect visuel pour être pleinement satisfait de ce mobile.

La petite excentricité de cette interface, c’est Magic Unlock, qui permet de lancer des applications en dessinant du doigt en signe particulier sur l’écran. Une fonctionnalité intéressante, mais qu’on a toujours du mal à adopter au quotidien.

En savoir plus : Test du Wiko Highway Star

 

Performances

Concernant les performances de ce téléphone, elles sont tout à fait classiques pour du Snapdragon 410. Les scores obtenus sur des benchmarks comme AnTuTu, GFX, 3D Mark ou PC Mark sont tout à fait dans la moyenne, mais nous avons tout de même voulu tester plus précisément ce mobile qui prend des risques avec une finesse extrême.

 Wiko Highway Pure 4GLG SpiritXiaomi Redmi 2Huawei Ascend G 620 S
AnTuTu v520 68820 961 19 44320 064
PC Mark3 0483 027 2 8831 840
3DMark Ice Storm Unlimited General4 439-4 4054 399
3DMark Ice Storm Unlimited Graphics3 875--
3DMark Ice Storm Unlimited Physics9 046--
GFXBench (Manhattan offscreen / onscreen)1,8 / 4,1 FPS1,7 / 3,9 FPS5,3 / 9,6 FPS5,3 / 9,4 FPS
GFXBench (T-Rex offscreen / onscreen)5,3 / 10 FPS5,2 / 9,6 FPS1,8 / 3,9 FPSPas compatible
Real Racing 3 (GameBench)14 FPS---

Sur Real Racing 3, les résultats ne sont pas très glorieux. On obtient une moyenne de 14 FPS, avec une stabilité qui laisse franchement à désirer. Cela s’explique par l’instabilité des cœurs CPU, qui ont beaucoup de mal à rester à une cadence maximale. Ce n’est pas le cas du GPU, qui est toujours au maximum. Mais la véritable explication de cette moyenne d’images par seconde réside dans le fait que les graphismes – et les détails – ne sont pas revus à la baisse sur le mobile, alors qu’ils le sont souvent même lorsqu’on force le rendu maximal.

Capture d’écran 2015-06-29 à 14.15.48 Capture d’écran 2015-06-29 à 14.16.26 Capture d’écran 2015-06-29 à 14.16.44

Si on utilise le mobile sur d’autres jeux, de manière classique, on n’observe pas de faiblesse particulière, ni de lags, ni de chauffe d’ailleurs (bon un peu, mais quel mobile ne chauffe pas en jeu ?), la batterie indiquant 38 degrés. C’est finalement assez rassurant puisque cela signifie qu’on ne devrait pas avoir de problèmes pour faire de l’usage multimédia avec un mobile qui n’a pas l’allure d’une bête de course.

 

Communications

Appels

Cela fait toujours plaisir de voir des smartphones Wiko sous 4G, et ce même si le constructeur s’y est mis depuis un moment. Par contre, la qualité des appels n’est pas au rendez-vous. Le volume sonore est bien faible et il est difficile de tenir une conversation en extérieur avec les bruits de la circulation. D’ailleurs, notre correspondant entend également beaucoup ces bruits, bien que le microphone soit de qualité et qu’il nous entende très bien.

 

GPS

On pourrait penser que le GPS est à la pointe puisque Wiko a choisi un SoC Qualcomm pour son mobile. Malheureusement, et bien qu’il trouve rapidement un grand nombre de satellite, il met un temps infini à les fixer (103 secondes). Et en petit nombre, en plus.

gps-wiko

 

Multimédia

Photo

La partie photographie de ce mobile est assurée par un capteur dorsal de 8 mégapixels, qui est loin d’être mauvais, mais pas au niveau de ce qu’on attend d’un mobile proposé à presque 300 euros. Les clichés obtenus avec le smartphone sont plutôt bien éclairés, et la luminosité est gérée sans accroc, mis à part lors de photographies macroscopiques, comme c’est souvent le cas sur des appareils d’entrée et milieu de gamme. On manque par contre de détails, et on a toujours un doute pour savoir si le cliché à été pris tant le déclencheur semble long à la détente.

Sans HDR

Sans HDR

Avec HDR

Avec HDR

Sans HDR

Sans HDR

Avec HDR

Avec HDR

Sans HDR

Sans HDR

Macro - Trop de lumière

Macro – Trop de lumière

Intérieur - Très lumineux

Intérieur – Très lumineux

 

Nuit - Mode normal

Nuit – Mode normal

Nuit - Mode Nuit

Nuit – Mode Nuit

De nuit, les clichés contiennent beaucoup trop de bruit, malgré une luminosité encore une fois plutôt bien gérée. Le mode Nuit peut d’ailleurs aider à gagner en éclairage sur la scène. Mais quoi qu’il en soit, on perd largement en netteté dans ce genre de situation. C’est un peu dommage, car on sent que Wiko aurait pu très bien faire avec un modèle de capteur plus évolué. Vous l’aurez compris, la partie photo n’est pas catastrophique, du moins de jour, mais elle aurait pu être bien meilleure. Pour le prochain modèle ?

 

Audio

Pour la partie audio par contre, le résultat est moins flatteur. Le niveau sonore, et la qualité surtout, ne sont pas vraiment au rendez-vous, comme on s’en doutait après avoir testé les appels de ce mobile. La sortie audio placée au bas de la coque n’aide d’ailleurs pas beaucoup.

 

Autonomie

Comme toujours, notre test d’autonomie – une heure de vidéo sur YouTube en mode avion et avec la luminosité réglée sur 200 cd/m2 – nous donne une première idée de l’endurance du smartphone. Celui-ci accuse une perte de 16 % de charge durant cette période, ce qui est mieux que ce qu’on s’attendait à voir avec une finesse aussi extrême. Game Bench, quant à lui, indique une perte de 23 % par heure, ce qui laisse espérer 4 heures d’usages multimédias. Ce n’est pas si mal pour un accumulateur de 2000 mAh.

Screenshot_2015-06-29-15-49-03

 

 

Test Wiko Highway Pure Le verdict

design
8
Très franchement, et passé les a priori, on est face à un produit de qualité. Il ne craque pas sous les doigts, ne possède pas de défauts visibles, et est extrêmement léger et fin. Ses finitions métalliques sont franchement jolies, et son format de 4,8 pouces fait qu'il est aisé de le prendre en main.
écran
6
La technologie AMOLED, c'est bien, mais Wiko a encore du chemin à faire pour proposer la même qualité que Samsung, par exemple. Sa luminosité assez moyenne rend la lecture en extérieur compliquée, mais il n'empêche que l'écran est de qualité. Cela promet pour l'avenir en tout cas.
logiciel
5
Wiko ne surcharge pas son interface maison d'applications inutiles, mais on regrettera un design sans originalité est assez criard. L'interface est fluide, mais c'est Android 4.4.4 KitKat qui tourne dessus, et c'est franchement dommage en juillet 2015, voire même pénalisant.
performances
6
Si le Highway Star avait surpris avec les performances de son MediaTek MT6752. Ici, c'est un classique Snapdragon 410 qui tourne, et les performances n'ont rien d'extraordinaire. Nous n'avons en tout cas pas observé de problèmes particuliers, et le mobile ne chauffe pas outre mesure malgré sa finesse.
caméra
6
La photographie faisait partie des grands axes d'améliorations chez Wiko, et on peut dire que le constructeur réussi à la rendre un peu plus sexy. Il y a encore des manques, surtout en basse luminosité, mais on sent le progrès poindre. Les clichés de jour sont franchement honnêtes si on regarde plus loin que le prix (onéreux) du mobile.
autonomie
7
On craignait beaucoup pour l'autonomie de ce smartphone, mais c'est finalement assez correct pour l'accumulateur embarqué et la finesse de ce produit. Parfois, la finesse provoque des chauffes importantes et l'épuisement accéléré de l'autonomie, mais ce n'est ici pas le cas.
Note finale du test 6/10
Si on regarde au-delà du prix de ce mobile, beaucoup trop élevé pour la qualité à laquelle Wiko nous a habitué, il y a de bonnes choses à retenir de ce terminal.

D'abord, il est certainement ce que Wiko a pondu de plus élégant. Sa finesse, sa légèreté et ses finitions en verre et en métal, sont là pour nous prouver que le constructeur sait monter en gamme et veut se renouveler. Il s'agit d'un smartphone bien conçu qui a des arguments à faire valoir. Cela vaut également pour son écran AMOLED, qui mérite d'être perfectionné, mais qui fait franchement bonne figure.

Malgré sa finesse, les performances du mobile sont dans la moyenne, et son autonomie est dans la norme alors qu'on émettait de grosses réserves à son sujet avant de le tester dans les grandes longueurs. La partie multimédia est assez peu homogène, avec un capteur photo qui se défend finalement plutôt bien, mais une partie audio à la traîne.

Seule la partie logicielle fait franchement du tort à l'appareil, à cause d'une interface pas franchement séduisante, mais surtout d'un blocage sous Android 4.4.4 KitKat alors qu'on est en droit d'attendre du Lollipop à cette période de l'année.

Le pire, c'est qu'on se dit qu'on aurait pu être franchement emballés par ce mobile s'il n'était pas vendu aussi cher. À 199 euros (au lieu des 289 euros actuels), il pourrait justifier au moins un peu la nouvelle devise "Game Changer" de la marque, et être une véritable alternative sur le segment entrée/milieu de gamme, misant sur un design séduisant. Mais qui sait, les mois qui arrivent verront peut-être son prix baisser...
  • Points positifs
    • Une autonomie correcte malgré la finesse
    • Un design élégant et qualitatif
    • De bonnes idées générales
  • Points négatifs
    • Un prix bien trop élevé
    • Toujours KitKat en juillet 2015
    • Écran à la luminosité médiocre

Il n' y a pas d'offres pour le moment