Introduction

Alcatel n’est pas venu les mains vides à Barcelone. Pour le MWC 2016, le constructeur a non seulement donné un coup de jeune à sa gamme Idol, mais également à sa gamme Pop, moins évoluée, mais pas dénuée d’intérêt pour autant.

alcatel-pop-4

Alcatel a parcouru bien du chemin ces derniers temps et compte bien redistribuer toutes les cartes en 2016. Ainsi, le Pop S3, sorti en 2014, accouche d’une descendance intéressante : les Pop 4, Pop 4+ et Pop 4S. Avec la montée en gamme de la lignée Idol, ces Pop tentent de se positionner comme les remplaçants des Idol 3. De son côté, la gamme Pixi s’étoffe avec les Pixi 4, déclinés aux formats 4, 5, 6 et 7 pouces.

Un design simple, mais efficace

Loin de sa gamme Idol très ambitieuse, Alcatel a choisi la sobriété pour sa gamme Pop, qui rentre davantage dans les carcans habituels. On retrouve donc une coque en aluminium brossé, qui malgré son apparence un peu grossière est bien finie. Ses bords sont également arrondis, donnant une courbure agréable à l’ensemble qui épouse bien la paume de la main lors de son utilisation. On se rend rapidement compte que les coûts de fabrications ont été limités, mais pas totalement négligés pour autant sur cette gamme.

Cela se ressent notamment sur les écrans IPS, de 5 pouces en HD sur les Pop 4 et 4+ et de 5,5 pouces en Full HD sur le Pop 4S. À l’exception du dernier qui s’en sort plutôt bien, les angles de vision sur les deux premiers laissent à désirer, avec un assombrissement général très rapide dès que l’on ne se situe plus directement face à l’écran. La dalle du Pop 4S en revanche est tout à fait satisfaisante pour sa gamme de prix.

alcatel-pop-4-1

Marshmallow à bord

Alcatel semble avoir mis un point d’honneur à équiper ses smartphones d’Android 6.0 Marshmallow, puisqu’il s’agit de la version qui tourne d’ores et déjà sur tous les prototypes présents sur le stand du constructeur. Cette version, très proche d’Android « stock », possède toutefois quelques améliorations, à commencer par des raccourcis sur l’écran d’accueil qui permettent d’accéder à de nombreuses applications rapidement. On retrouve ainsi un lot de petits changements plus ou moins ingénieux qui n’alourdissent pas trop l’interface tout en lui apportant de la plus-value.

Bien que pas trop lourde, l’interface peine néanmoins un peu sur le Pop 4, qui n’est équipé que d’un processeur Snapdragon 210, couplé à 1 Go de RAM, ce qui commence à être un peu léger. Du côté du 4S en revanche, la puce Helio P10 et les 2 Go de RAM assurent une bonne fluidité globale. Il faudra néanmoins confirmer cette bonne impression sur des tests plus poussés.

Enfin, pour ceux pour qui cela peut être important, le Pop 4S est doté d’un bouton physique en façade, ovale, à l’instar des smartphones de Samsung, faisant également office de lecteur d’empreintes.

alcatel-pop-4-2

La photo comme cœur de cible

Pour sa gamme Pop 4, Alcatel mise en grande partie sur un public assez jeune, et a soigné pour cela la partie photo de ses terminaux. Avec un capteur de 8 Mégapixels, le Pop 4 s’en sort honorablement (sans plus), tandis que le Pop 4S et son appareil de 13 Mégapixels offrent un piqué d’image également satisfaisant dans des conditions qui ne sont pourtant pas optimales. Ce point reste également à vérifier sur des tests plus fouillés, et dans diverses conditions de lumière. On notera néanmoins que la partie logicielle de l’appareil photo est très limitée sur cette gamme, contrairement aux Idol qui fourmillent de modes de prise de vue différents.

Mais ce qui fait vraiment la différence de ces trois smartphones, c’est la présence d’un flash pour accompagner l’appareil photo frontal. Difficile néanmoins de réellement juger de son efficacité sous les néons du stand d’Alcatel.

alcatel-pop-4-3

La gamme Pixi pour les jeunes

Enfin, le Pixi 3 cède également sa place, au Pixi 4. Celui-ci se décline en différentes tailles, du téléphone de 4 pouces à la tablette de 7 pouces. Il s’agit là avant tout de prix plancher, à l’attention des parents qui recherchent un premier smartphone pour leur progéniture. La phablette de 6 pouces en revanche sort un peu du lot, et s’annonce intéressante pour un public adolescent, qui consomme davantage de multimédia que de téléphonie.

Avec son grand écran HD (720p), qu’il est possible de réduire en fenêtre sur le côté afin d’y accéder à une main, il se positionne comme un très bon appareil pour naviguer sur internet et les réseaux sociaux. Il reste néanmoins équipé seulement d’un Snapdragon 210 avec 1 Go de RAM et montrera donc certainement ses limites sur des utilisations plus gourmandes.

Son plus grand atout est certainement sa coque interchangeable, car si elle est plutôt basique à la sortie du carton, elle peut être troquée contre une alternative à la couleur et à la texture variant selon les goûts. Depuis l’effet « basket Nike » au cuir en passant par le Denim, Alcatel souhaite offrir aux jeunes tout un catalogue de coques pour satisfaire leurs envies.

alcatel-pixi-4

À l’assaut du petit prix

Alcatel cherche donc à appâter ceux dont le budget est limité et propose donc son Pop 4 à partir de 129 euros (et jusqu’à 199 euros pour le 4S), et son Pixi à des prix allant de 49 à 149 euros. Et toujours sous Marshmallow !