Les appareils photo sous Android existent, de même que des smartphones orientés photophones. Mais à vrai dire, aucun d’entre eux, hormis peut-être le compact hybride de Samsung, ne se présente comme un appareil photo expert. Panasonic, lui, se veut polyvalent avec un appareil photo digne de ce nom inséré dans un téléphone (ou l’inverse ?) sous une version récente d’Android. Nous avons essayé le DMC-CM1, beaucoup plus intéressant que son ennuyeux patronyme le laisse entendre.

Panasonic Lumix DMC-CM1

La question principale soulevée par le Panasonic DMC-CM1 tient à son positionnement. La marque japonaise ne s’y est pas trompée en choisissant de commercialiser son appareil chez les revendeurs photo et dans les enseignes Fnac, au sein du rayon photographie : plutôt que de se présenter comme un smartphone photo, le CM1 se veut être un appareil photo expert faisant également office de téléphone. Or il vaut 900 euros, soit près de 30 % de plus qu’un appareil de même gamme Lumix. A contrario, hors capacités photo, l’appareil pourrait difficilement coûter plus de la moitié de son prix actuel dans un rayon de téléphonie. Beaucoup plus cher que ses concurrents traditionnels, le Panasonic DMC-CM1 apporte-t-il une valeur ajoutée suffisante pour faire oublier son prix élevé pour un appareil photo, et son format peu pratique pour un téléphone ? À notre sens, c’est sans conteste le cas.

ModèlePanasonic DMC-CM1
Version Android 4.4.4
Taille d'écran4,7 pouces
Définition1920 × 1080 pixels
Densité de pixels469 PPP
TechnologieLCD
SoCQualcomm Snapdragon 801 AB
Processeur (CPU)Krait 400 @ 2,3 GHz
Puce Graphique (GPU)Adeno 330
Mémoire vive (RAM)2 Go
Mémoire interne (ROM)16 Go
Micro-SDOui
Appareil photo (dorsal)capteur 1", 20 mégapixels, optique Leica, flash LED
Appareil photo (frontal)1,1 mégapixel
Enregistrement vidéo4K @ 15 FPS
Wi-FiWi-Fi 802.11 a/b/g/n
Bluetooth4.0
Réseaux4G (catégorie 4 800, 1800 et 2600 MHz)
SIMMicro-SIM
NFCOui
CapteursLuminosité, Proximité, Gyroscope, Boussole, Accéléromètre, Magnétique
Ports
(entrées/sorties)
Micro USB 2.0
GéolocalisationGPS, A-GPS, Glonass
Résistance à l'eauNon
Batterie2600 mAh non-amovible
Dimensions135,4 x 68 x 21,1 mm
Poids204 grammes
CouleursNoir
Prix conseillé899 euros

Si l’on excepte son prix, c’est bien sûr le design du CM1 qui pourra poser problème au mobinaute comme au photographe. Côté téléphonie, le problème est simple : malgré son écran compact de 4,7 pouces qui garantit une bonne prise en main en termes de largeur, le boîtier est épais. Il dépasse les deux centimètres si l’on compte son objectif entouré d’une molette, et mesure un peu plus de 1,2 cm hors bague. C’est beaucoup, d’autant plus que le CM1 pèse 204 grammes. Néanmoins, comparons ce qui est comparable : si un smartphone du même format pèse près de 80 grammes de moins, un Galaxy K Zoom pèse 200 grammes, certes avec un peu moins d’épaisseur (16,6 mm). Pour le photographe, le problème est différent du fait que les les boutons de commandes sont moins nombreux. Il faut ainsi passer par l’écran tactile pour activer la molette, pour enregistrer des vidéos ou pour changer de mode de prise de vue ou pour consulter une photo tout juste capturée : en somme, l’appareil est probablement moins facile à utiliser dans le cadre de prises de vue.

Panasonic Lumix DMC-CM1

Panasonic compense toutefois par quelques bonnes idées de design. D’abord, épaisseur oblige, son CM1 dispose d’un véritable bouton déclencheur avec mi-course permettant de faire la mise au point en plus d’un focus tactile. Juste à côté, sur la même tranche du téléphone (ou au-dessus de l’appareil photo, selon les points de vue), on trouvera un bouton à faire glisser et affublé de la mention « Camera » : il s’agit tout simplement d’un raccourci permettant de lancer l’appareil photo même lorsque l’écran est verrouillé. Et lorsque l’appareil photo est lancé, il sert à revenir à l’accueil du téléphone. La bascule de l’un à l’autre est donc simple. Dernier bouton : la barre de réglage du volume qui ne sert pas à zoomer.

Panasonic Lumix DMC-CM1

La qualité de construction est certainement l’un des points forts de ce Lumix qui, si on ne le connaît pas, passe inaperçu au sein des appareils photo. Il mêle habilement aluminium brossé sur les côtés et revêtement en simili-cuir à l’avant, dans un style rétro très en vogue actuellement. Ses connectiques sont complètes, avec une prise jack au-dessus (format portrait) et une trappe située sur la tranche gauche, laquelle cache un port micro-SIM et un port micro-SD. La mémoire interne de l’appareil étant de 16 Go, on a le temps de voir venir.

Panasonic Lumix DMC-CM1

Pour le mobinaute, le CM1 n’est pas parfait. Pour le photographe non plus. Mais pour un amateur de photographie ayant un usage du smartphone modéré (de toute manière, avec sa bague de réglage et son poids élevé, il n’est pas franchement confortable pour y passer des heures), c’est un véritable compromis.

Côté téléphone

Le Lumix DMC-CM1 tourne sous une version récente d’Android, KitKat 4.4.4, Panasonic nous ayant indiqué que la mise à jour vers Lollipop devrait lui être apportée dans le courant du premier semestre 2015. C’est franchement satisfaisant pour un appareil issu d’une marque novice – les modèles Eluga ne viennent pas de la même branche de Panasonic. En tant que débutant, Panasonic ne s’est pas risqué à des folies logicielles, et on trouve ici une version stock d’Android, sans le moindre ajout de base : même l’indicateur du pourcentage de batterie est au abonnés absents.

Interface CM1

Les seuls ajouts logiciels que l’on découvre ici sont relatifs aux applications photo et vidéo. Elles sont toutes estampillées du « L » de Leica, la marque qui fournit à Panasonic l’objectif du CM1. C’est donc elle qui édite la galerie photo, qui propose des options de retouche (l’app Galerie ressemble à s’y méprendre à la version de l’app proposée par Google sur KitKat). Panasonic se charge quant à lui de proposer deux applications, 4K Photo et 4K Pre-Burst… malheureusement encore inactives. Un peu de patience pour les découvrir.

Côté écran, le CM1 affiche de bons angles de vision, une luminosité très satisfaisante et surtout des couleurs vives, un indispensable pour valider le rendu d’une photo. Dommage cependant qu’il ait une forte tendance à se rayer, la faute à la très probable absence d’écran anti-rayures, pourtant appréciable sur ce type de produits. Les performances globales de l’appareil sont satisfaisantes, avec une utilisation fluide et des benchmarks théoriques convaincants. Malgré tout, on évitera d’utiliser ce téléphone comme console de jeux portable : ce n’est vraiment pas sa vocation.

Un dernier mot sur l’autonomie du terminal. Nous l’avons soumis à notre test habituel, avec une heure de streaming vidéo HD en WiFi, avec luminosité et volume poussés au maximum : le DMC-CM1 a perdu 23 % de batterie, ce qui le place malheureusement au fond de la classe, auprès du radiateur. On espérait un peu mieux d’un appareil à qui l’on en demande beaucoup lorsqu’il s’agit de prendre des photos.

Côté appareil photo

Nous vous épargnerons une analyse photographique très poussée, qui n’est pas l’objet ici. Remarquez simplement que les réglages manuels (temps d’exposition, ISO…) sont bien de la partie et faciles à trouver, qu’il est possible d’obtenir un zoom x2 et que ce grand capteur MOS de 1″ fait des merveilles. Il est associé au processeur d’image Venus Engine que l’on trouve dans les appareils Lumix de la marque, et couplé à une optique Leica DC Elmarit. Autant se le dire : si ce CM1 coûte beaucoup plus cher qu’un photophone à la Galaxy K Zoom, les résultats qu’il procure sont sans comparaison, même pour les débutants. Un seul point noir à relever : il ne filme en 4K qu’à 15 fps. C’est maigre.

DMC-CM1

CM1

Voici une série de photographies réalisées avec le DMC-CM1 pour vous en faire une idée plus précise :

DMC-CM1
pana-7
pana-8
DMC-CM1
DMC-CM1
DMC-CM1
DMC-CM1
DMC-CM1
Panasonic
Panasonic DMC-CM1

Avec l’usage du zoom x2.

Un appareil pour utilisateurs avertis

Le DMC-CM1 apporte un niveau de détail photographique qu’aucun smartphone ne parvient à égaler à ce jour. Il autorise nombre de réglages manuels, et peut être couplé à des accessoires (quatre objectifs, dont un fish-eye, chacun étant facturé une centaine d’euros) qui permettent au photographe amateur d’améliorer la qualité de ses clichés. En termes photographiques, il saura satisfaire ceux qui dépassent le simple plaisir de prendre des photos souvenirs. En tant que smartphone, il s’en sort avec les honneurs, malgré son écran trop mal protégé et son format encore trop encombrant. Il reste un objet particulièrement intéressant pour un public averti fait de photographes cherchant un compact performant pour partager facilement leurs clichés, ou encore des journalistes demandeurs de photographies de qualité et faciles à partager. En vacances, dans des situations où l’étanchéité et la résistance ne sont pas nécessaires – comprenez, surtout pas en randonnée ou à la plage – ce Lumix DMC-CM1 constituera un excellent compromis. Le seul qui appréciera moins sera certainement votre compte en banque, l’appareil n’étant pas du genre bon marché. Il ouvre cependant la voie à des hybrides appareils photo/téléphones véritablement utilisables et performants au quotidien, et c’est très exactement ce que l’on attend sur ce segment.

Il n' y a pas d'offres pour le moment