Après le piratage sur ordinateur, la justice américaine s’attaque au piratage sur les plateformes mobiles. Le FBI a en effet fait fermer 3 sites internet distribuant des copies illégales d’applications pour Android. Les coupables sont donc applanet.com, appbucket.net et snapzmarket.com.

Si vous essayez d’aller sur ces sites, vous vous retrouverez face à ce message indiquant que le FBI a procédé à la fermeture du site pour cause de violation de droit d’auteurs. L’occasion de vous rappeler que la violation du droit d’auteur est un crime fédéral aux Etats-Unis et qu’il en coûte 250 000 dollars d’amende et jusqu’à 5 ans d’emprisonnement. A côté de ça, HADOPI, c’est juste de la gnognotte. 

Cette action du FBI est une première dans le domaine des applications pour téléphones. L’un des procureurs en charge de l’affaire en a profité pour indiquer que «Les lois sur les droits d’auteur s’appliquent aux applications pour les téléphones et les tablettes, comme pour les autres logiciels, la musique ou les écrits». Il a également ajouté que la justice allait «continuer à fermer les sites qui vendent des applications pirates».

Le communiqué indique que la fermeture a été réalisée en application du droit international et que l’opération a été coordonnée avec les autorités françaises et néerlandaises, les serveurs de ces sites étant hébergés sur ces territoires.

Même si l’opération réalisée par le FBI peut apparaître choquante et disproportionnée, il n’y a pas d’autre solution pour les ayants droits que de faire fermer les sites proposant des applications de façon illégale. Autant sur certaines plateformes, le téléchargement illégal peut être justifié du fait de contraintes techniques particulières ou de non disponibilité d’une offre légale, autant on a du mal à l’expliquer sur Android.

Sur iOS autant qu’Android, les boutiques d’applications sont directement intégrées au système et les applications très simples à installer. Au-delà des problèmes de non compatibilité d’applications avec certaines versions du système (cela reste d’ailleurs marginal), aucune raison ne peut justifier le téléchargement illégal sur les plateformes mobiles.

De nombreux développeurs indépendants essayent de vivre de leur passion en créant des applications mais ne peuvent pas vivre pleinement des revenus qu’ils devraient générer à cause du piratage. On pense bien sûr au revenu généré lors de l’achat de l’application qui disparaît dans le cadre du piratage. Mais les développeurs peuvent aussi toucher de l’argent de par la publicité  dans l’application qui peut aussi être modifiée ou supprimée en cas de téléchargement illégal.

Que dire alors des personnes qui décident de contourner le système d’achats in-app pour débloquer l’intégralité de l’application. Parfois, les développeurs ont aussi besoin de mettre en place une infrastructure en place pour assurer l’usage de leur application, on pense par exemple à des serveurs dans le cas de jeu multijoueurs. les pirates utilisent ces serveurs sans en payer le juste prix.

Pour toutes ces raisons, nous ne vous invitons pas à télécharger illégalement une application. Nous aurions également pu vous parler de tout les problèmes que cela peut poser au niveau de la sécurité de votre téléphone et de vos données mais le piratage étant à vos risques et périls, à vous de vous renseigner sur ces problèmes.