Au CES, Samsung est loin d’avoir fait bonne impression pour ses annonces « Android ». On retiendra une nouvelle tablette Samsung Galaxy Tab en version WiFi et avec des caractéristiques plus musclées, un Galaxy Player (un PMP avec écran 4 pouces) et… l’Infuse 4G.

Voir :

Samsung Infuse 4G

Le Samsung Infuse 4G est réservé au marché américain, en tout cas Verizon (opérateur américain) a fait savoir qu’il en avait l’exclusivité. L’appellation « 4G » est erronée… car il s’agit en réalité de HSPA+, ce que l’on nomme chez nous : 3G+. On est encore loin de la LTE, une des « vraies » normes de quatrième génération (pas si vrai que ça, techniquement il faudra attendre la LTE Advanced).

Qu’est ce que l’Infuse 4G a de mieux que notre Galaxy S (bestseller Android en France, 2010) ?

Tout d’abord le processeur, sur l’Infuse on retrouve un Samsung Hummingbird simple cœur cadencé à 1,2 Ghz, le successeur du Hummingbird S5PC110 cadencé à 1 Ghz que l’on retrouve sur le Galaxy S. L’Infuse 4G possède le même processeur qui équipe la version de la Galaxy Tab survitaminée présentée au CES.

L’écran de l’Infuse 4G est un Super AMOLED Plus de 4,5 pouces, l’évolution du Super AMOLED du Galaxy S avec ses 4 pouces. Qu’est ce que apporte le « Plus » ? 50% de pixels supplémentaires, ce qui devrait augmenter la luminosité et la lisibilité.

Samsung Galaxy S

On le sait déjà, le fameux successeur du Samsung Galaxy S sera annoncé au Mobile World Congress (MWC), un salon qui aura lieu à Barcelone à la mi-février 2011. Après ses performances de ventes du Galaxy S (10 millions en 2010), Samsung aurait une ambition encore plus féroce avec le nouveau modèle : 60 millions d’unités.

Pour atteindre ce très ambitieux score, il va falloir que Samsung nous annonce plus que son processeur simple coeur Hummingbird, car face aux Motorola Atrix et LG Optimus 2X, il pourrait faire pale figure. Je suis également sceptique quant à la taille de l’écran : 4 pouces est idéal pour une expérience utilisateur et une mobilité, alors que les 4,5 pouces de l’Infuse 4G me paraissent trop élevés.

Il ne faudra pas, non plus, oublier un port HDMI (présent sur quasiment tous les androphones haut de gamme). Enfin, Samsung nous a démontré avec le premier Galaxy, qu’avec une énorme force de frappe commerciale et un budget de communication impressionnant, il était possible de noyer le marché.

Source : Notre confrère GPSandCo