La troisième version majeure de Honeycomb arrive cet été. Le format 7 pouces sera supporté, tout comme les processeurs Qualcomm.

Huawei a annoncé hier sa première tablette sous Honeycomb, où sa diagonale fait 7 pouces. Vous aurez certainement remarqué qu’il n’y a à l’heure actuelle, que des tablettes aux formats 8,9 et 10,1 pouces. Or la HTC Flyer, l’Asus EeePad Memo… sont bien sous ce format, mais ne sont toujours pas sorties. Une des raisons provient du fait qu’Android 3.0 et 3.1 sont uniquement optimisés pour une résolution de 1280 x 800 pixels. Dans l’émulateur si on tente une résolution plus ou moins grande, on tombe alors sur le launcher de Gingerbread. Cela démontre une nouvelle fois que cette version du système a été sortie très rapidement. Cela explique également pourquoi Ice Cream Sandwich n’arrivera qu’en fin d’année.

Selon les informations de This is my next, Android 3.2 va donc permettre de corriger en partie le problème, car il supportera les résolutions des tablettes de 7 pouces (à priori du 1024 x 600 pixels). La première à en bénéficier devrait être celle d’Huawei. Pour ce qui est de la Flyer, il est probable qu’il faille attendre un peu plus, dans la mesure où HTC Sense doit être adapté et optimisé pour cette nouvelle version du système de Google.

Vous avez également pu remarquer que seul le nVidia Tegra 2 est utilisé dans les tablettes Honeycomb. Or la HTC Flyer a un processeur de chez Qualcomm. Android 3.2 viendrait également corriger ce défaut. Si on regarde de plus près, on remarque que la Google TV doit sortir cet été. Il ne serait pas impossible que cette nouvelle version lui soit également destinée.

Mais ce n’est pas tout, puisqu’on pourrait trouver des corrections de bugs, améliorations de l’accélération matérielle et apporter des mises à jour à Movie Studio, Movies, Music et les différents widgets.

La Motorola Xoom serait la première à recevoir cette mise à jour « dans les prochaines semaines ». Sachant que les versions européennes de la tablette n’ont pas encore la 3.1, il faudrait que Google ralentisse son rythme, sans quoi il risque de se décrédibiliser un peu plus.