Hier c’était LE sujet de la journée. Nous vous annoncions à notre tour le lancement de Free Mobile. Hier toujours, nous nous basions sur une conférences et un communiqué de presse. Aujourd’hui nous avons enfin les CGV, les CGA et les tarifs. Nous allons voir ensemble ce qu’il y a de vraiment intéressant dans cette offre et quand nous devons nous en éloigner.

Free et l’accord avec Orange

Pour commencer, il faut faire un mot sur l’accord d’itinérance avec Orange. Free n’a pas de licence EDGE (le réseau mobile 2G, bas/moyen débit), et même sur les réseaux 3G ils ne couvrent actuellement qu’entre 25 et 30% de la population. Afin de couvrir toute la population, Free a donc signé un accord d’itinérance avec Orange. L’itinérance, c’est l’autorisation de passer les communications par leur réseau. Ce contrat aurait été signé pour un montant d’un milliard d’euros par an (il semblerait que ce soit pour 6 ans, donc 1/6 de 1 milliard par an). La limite de 3 millions d’utilisateurs pourrait venir de cet accord. Et alors, pourquoi ça nous intéresse ? Tout simplement, c’est la garantie que même si Free n’a pas matériellement couvert toute la population, en tant qu’utilisateur, on est sûr que si on capte un réseau Orange, on peut utiliser notre forfait Free. Donc à ceux qui se posent la question de la réception, Free s’est protégé.

Free et les frontaliers

L’accord d’itinérance pose cependant un problème pour les frontaliers. En effet, afin d’être assuré de basculer sur le réseau orange, vous devez cocher l’option itinérance de votre téléphone. Pour les clients à plus de 20 kilomètres d’une frontière, cela ne devrait pas poser de problème et être transparent. Par contre, pour les frontaliers, vous risquez de passer sur un réseau du pays voisin et risquez de payer avec la tarification depuis ce pays. Je vous conseillerais donc de passer pour ces cas particuliers par le service commercial pour demander plus d’informations par téléphone. Il semble que, même si ce n’est pas une solution, Free a pensé à mettre une option où le hors forfait est impossible. Cela évite de voir sa facture exploser, mais pose le problème de l’impossibilité de téléphoner si vous captez mieux le réseau étranger.

Free depuis l’étranger

Cet article est d’une facilité d’enchaînement déconcertante :), restons donc dans les communications depuis l’étranger. Dans la grille tarifaire, un élément apparaît bien éloigné de l’esprit Free Mobile que semble vendre Xavier Niel. En effet, on se rend compte que quand on utilise son téléphone depuis l’étranger,  les tarifs explosent. La minute de communication coûte 2,1€ (de moyenne), un SMS 0,48€, le MMS 1,1€ et un Mo de data entre 5 et 32€. Même l’envoi d’un SMS est facturé 0,19€ depuis la France vers l’étranger. Donc si vous faites quoi que ce soit depuis l’étranger, c’est plus cher que la concurrence. On peut même ajouter que si l’appel depuis la France vers l’étranger est le meilleur du marché, l’envoie de SMS est lui plus cher. Privilégiez donc les appels aux SMS depuis la France vers l’étranger. Soit dit en passant, actuellement, le forfait 19,90€ permet de faire des économies de plus de 10 minutes de communications depuis l’étranger. Donc pour un usage exceptionnel depuis l’étranger, ce forfait reste intéressant.

Free et l’usage « en bon père de famille »

De toutes les façons, Free Mobile n’aime pas les usages exceptionnels. Il est indiqué que le client doit s’astreindre à un usage en tant que « bon père de famille ». Si ce terme est très flou, Free indique que vous ne devez pas utiliser votre carte SIM dans autre chose qu’un téléphone, pour faire des choses illégales, à des fins commerciales, de façon ininterrompu (façon baby-phone), en tant que passerelle de communication ou avec plus de 100 connexions Internet simultanées. En gros, tant que vous  en faîtes un usage individuel à titre personnel et sans utilisation aberrante, vous pouvez vous éclater. En gros, vous ne pourrez pas, comme à l’époque du forfait Millenium de Bouygues Telecom, laisser votre téléphone en communication 24/7 et espérer que ça pose tellement de soucis aux prestataire qu’il va vous racheter votre forfait. La seule close qui peut être trop floue est « utilisation perturbant ou dégradant le service ou le réseau de Free Mobile ou de ses partenaires ». En cette période de congestion des réseaux mobiles (note de cr0vax : encore faut-il que cette congestion soit réelle), ça peut être un peu limite. Mais Free pour l’ADSL à toujours défendu l’accès aux services pour les clients, espérons qu’il en soit de même pour le mobile.

Free et la mauvaise réputation du SAV

« Alors oui, Free défend l’accès aux services et le porte monnaie des clients, mais sans déconner, le SAV il est pourri ». Je suis sur que c’est ce que vous vous dites de votre côté d’Internet. Bon ben là, je peux pas trop vous rassurer. Dans une interview chez BFMTV/RMC, Xavier Niel indique qu’il ne nie pas cette mauvaise réputation, mais qu’il fait tout pour améliorer le service. Nous apprenons cependant que dans les horaires d’activité françaises, le SAV est fait en France, et hors de ces horaires il est délocalisé au Maroc. Je ne saurais trop vous conseiller de persévérer en journée plutôt qu’en soir ou week-end pour contacter le service après-vente.

Mon forfait, je prends lequel ?

« Bon très bien, je suis pas frontalier, j’appelle pas depuis l’étranger et le SAV je serai patient. Mais concrètement, je prends quel forfait ? » Le calcul est pas très compliqué, et le site lebonforfait va vous aider. (Je vais quand même le simplifier en ne prenant pas en compte la ligne mobile par ligne ADSL moins cher). En gros, si vous utilisez moins de 100Mo, 100 SMS et 4h30 de communication, prenez le forfait à 2€. Sinon, prenez le forfait à 19,90€. Je n’ai pas réussi à trouver de forfait (sans subvention mobile) où Free n’est pas le plus intéressant. Par contre, d’ici quelques semaines, on pourra peut-être trouver des forfaits très spécifiques un peu plus intéressants, mais à l’heure où j’écris l’article, ce n’est pas le cas.

Et mon mobile, je l’achète sur le site de Free ?

Je sais bien, mon calcul sur le forfait ne prend pas en compte le mobile. Car oui, pour moi, il y a une vraie révolution en plus du prix des forfaits chez Free, c’est rendre disponible et surtout promouvoir l’indépendance de la souscription à un forfait avec l’achat d’un mobile. Car chez la concurrence, si vous voulez un mobile avec votre forfait, vous devez vous engager pour le forfait ET le mobile. Ici, vous vous engagez seulement pour le mobile. Attention, vous prenez donc un micro-crédit. C’est d’ailleurs Sofinco le prestataire du crédit. Quand je lis sur Internet que Free va vendre l’iPhone 4S à 720€ alors qu’il est à 640€ sur l’Apple Store, c’est FAUX. L’iPhone 4S sur 24 mois chez Apple avec leur prêt à 11% c’est plus de 780€. Je ne sais pas si c’est un crédit moins cher qu’avec un micro crédit chez la concurrence de Sofinco, par contre ce qui est sur c’est que c’est plus intéressant qu’avec une subvention opérateur.

Donc maintenant on va pouvoir séparer la comparaison des offres sur le forfait et la comparaison des offres sur le mobile. Pensez à comparer le tarif nu et le tarif en prenant un crédit chez un organisme de micro crédit. ATTENTION AUX CRÉDITS ! Les opérateurs historiques nous ont fait oublier que prendre un engagement avec une subvention sur un mobile, c’est prendre un crédit. Ici c’est écrit noir sur blanc. Mais rappelez vous qu’un crédit, quel qu’en soit le montant, ne se prend pas à la légère. A l’avenir pour comparer des offres, faites le calcul total sur la période d’engagement de votre forfait si le mobile est subventionné, ou du forfait + le crédit s’il n’est pas subventionné.

Pensez à comparer le prix des mobiles nu sur les sites de commerces non dédiés à la mobilité (amazon, ldlc, cdiscount, etc…). Ils proposent parfois des offres très intéressantes. Eux aussi proposent leurs solutions de financement qui sont au final toujours moins cher que lorsque le mobile est subventionné.

Et mon changement de ligne, je le fais maintenant ou j’attends

Donc, vous êtes convaincu du renouveau de ces forfaits, mais doit on prendre du recul ? Moi je le pense. La demande doit être énorme, et je pense que les problèmes vont s’accumuler pendant le prochain mois. Rien que pour des considérations techniques, à votre place, je laisserais les autres essuyer les plâtres. Au delà de ça, les acteurs déjà installés vont être obligé de répondre. Attendons un peu leur réponse avant de penser que Free seront les seuls à proposer une offre agressive. Par contre, ce qui est sur, c’est que si vous voulez partir juste pour faire comprendre à votre opérateur actuel qu’il vous a bien eu depuis des années, alors demandez votre RIO pour le portage de votre ligne.

Les points qu’on voit apparaitre sur d’autres sites comme de potentiels problèmes

Sur de nombreux sites faisant une analyse des mêmes documents, on peut lire plusieurs points comme gênant. Je les interprète différemment :

  • Free demande 10€ de participation pour l’envoie du téléphone. En même temps, ils ne font pas de marge sur les téléphones. Les seuls à gagner de l’argent avec la vente des mobiles (hors des constructeurs) sont Sofinco, l’entreprise qui gère les crédits. Il parait donc logique qu’ils ne veulent pas perdre de l’argent avec la livraison des mobiles.
  • Dans certains cas, l’envoie de la carte SIM peut coûter aussi 10€. Xavier Niel explique que là aussi, la marge qu’il font ne permet pas de prendre en charge ce coût.
  • Les SMS et MMS sont illimités « dans la limite de 10 destinataires par envoi ». Soyez pas bêtes, faites des envois groupés par lots de 10 personnes… C’est surtout pour éviter le spam. De toutes les façons, vous avez choisis d’en faire un usage « en bon père de famille », et vous n’allez pas convier chaque jour les 200 invités à votre mariage par SMS.
  • Le forfait est illimité vers 40 destinations mais rarement vers les mobiles. Et bien appelez des fixes, ça demande un peu d’organisation, mais ce n’est pas la mort.

Conclusion

Au final, je pense que cette annonce est une petite et une grosse révolution à la fois. La petite révolution c’est pour le porte-monnaie des français. Hors quelques cas exceptionnels, la facture mobile devrait bien être divisée par deux. Mais la grosse révolution, c’est pour l’industrie des fournisseurs d’accès mobiles. En une seule conférence, plusieurs choses ont changé. Tout d’abord c’est la fin de la vente liée des téléphones et des forfaits. Ensuite, c’est la fin des grilles de forfaits incompréhensibles. Quand les opérateurs historiques proposent 5 catégories de forfaits avec 10 déclinaisons chacune, Free propose 2 forfaits. Et malgré tout, il reste des possibilités d’innovation notamment sur les forfaits tablettes et clefs 3G.

L’arrivée de Free Mobile a bien tenu ses promesses. Et ceux qui se plaignent que ce n’est pas encore parfait devraient arrêter de vouloir le beurre, l’argent du beurre et la crémière et appeler le SAV de leur opérateur pour leur mettre la pression.

A propos du rédacteur : Pensez  à me suivre sur Google+ et sur Twitter.