DAFVI, une solution open source antivirus pour Android vient d’être présentée. Ce projet financé notamment par le Programme d’investissements d’avenir (PIA) mis en place par le gouvernement s’appuie sur une demande de sécurité des données, et sur des atouts techniques prometteurs.

davfi-logo-566x283

DAVFI (pour Démonstrateur Antivirus Français et International) a dévoilé une de ses applications pour les appareils Android. L’outil de sécurisation intègre un système global où la frontière entre l’antivirus et le système d’exploitation n’existe plus vraiment. Repris par le site Clubic, Eric Filiol, un des développeurs du projet aussi directeur du laboratoire de virologie et de cryptologie opérationnelles de l’ESIEA parle d' »un système immunitaire complet sous Android« .

Pour bénéficier de système de protection, le smartphone tourne sous une version modifiée de l’OS Android. Celle-ci intègre des mécanismes de lutte contre les attaques virales ou les applications à risque. Et cette solution n’entraîne a priori aucun ralentissement sur le fonctionnement du téléphone.

Parmi les applications à risque bon nombre d’outils Google habituellement pré-installés sur les téléphones Android seront absents des appareils intégrant la solution DAVFI en raison de leur manque de transparence quant au transfert de données. DAVFI proposera ainsi sa propre plate-forme de téléchargement qui ne proposera que des applications certifiées conformes à certains principes de sécurité. Pour l’instant regroupant 500 logiciels, la sélection exclue toute les applications nécessitant la fourniture de données de géolocalisation ou contenant des codes suspects. En plus de ce logiciel de protection, DAVFI intègre SMSPerseus, une application visant à protéger les SMS en les rendant anonymes, ainsi que toutes les données transmises par VoIP.

DAVFI, un antivirus souverain

Le projet DAVFI s’inscrit dans une volonté de faire un « antivirus souverain » de confiance contrairement aux antivirus classiques qui transfèrent des données à destination de serveurs étrangers. Et ce alors même que ces solutions anti-virales accèdent à toutes les informations stockées dans l’appareil qu’il protège, qu’il s’agisse de fichiers ou de documents.

En 2014, des smartphones et des tablettes équipés de cette version d’Android modifiée seront commercialisés mais la solution DAVFI ne pourra pas être proposée dans les appareils Android classiques disponibles sur le marché. Seules les entreprises pourront installer l’antivirus sur une ancienne flotte d’appareils. A noter que DAFVI s’attèle actuellement à développer des solutions pour Windows, un projet retardé par l’accès au noyau de l’OS.

Vous voulez l’adopter ?

Comme expliqué plus haut, la solution est dédiée aux entreprises. Eric Filiol a également réfléchi à la problématique du parc existant :  « Mais nous n’avons pas vocation à apporter cet Android « durci » sur tous les modèles disponibles sur le marché. Certains appareils sont trop vieux et ne sont donc pas compatibles avec la dernière version du système d’exploitation. Par contre, si une entreprise souhaite conserver les téléphones qu’elle utilise déjà nous pourrons réaliser le « portage » de cette version de l’OS ».