Depuis le début de l’année, Google collectait des données de géolocalisation par le biais d’Android, même quand l’utilisateur désactivait cette option sur son téléphone.

CC image : Scott Akerman

Sur nos smartphones, beaucoup de fonctionnalités nécessitent d’accéder à la position de l’appareil pour fonctionner à leur plein potentiel. Les utilisateurs qui souhaitent ne pas partager ce genre d’informations peuvent heureusement désactiver l’option « Localisation » de leur terminal.

Quoique… Cela ne suffisait apparemment pas. En effet, le média Quartz a découvert que, depuis janvier 2017, le système d’exploitation Android collectait des données, approximatives, de localisation, même quand cette option était désactivée. Google a confirmé l’information, non sans apporter d’explication.

La firme de Mountain View affirme ainsi que seules les informations concernant les antennes relais étaient récupérées afin d’être utilisées dans le cadre d’une optimisation des canaux de distributions de certains services Android. Ce projet n’ayant jamais vraiment abouti, les données auraient été systématiquement supprimées avant d’être exploitées par Google.

La multinationale a promis que cette collecte de données non souhaitée allait être arrêtée sur tous les appareils Android avant la fin du mois de novembre. Les personnes les plus clémentes pourront se dire que Google fait ici amende honorable et passeront l’éponge pour cette erreur. Mais, en y réfléchissant quelques secondes, il y a deux éléments qui dérangent.

D’une part, puisque l’optimisation des services voulue par Google — et qui nécessitait les informations de position — n’a jamais vu le jour, pourquoi est-ce que l’entreprise n’a pas tout simplement mis un terme à cette collecte de données ? D’autre part, pourquoi ne pas avoir prévenu les utilisateurs ?

La localisation sur Android

Rappelons que sur Android, la localisation peut être désactivée à tout moment. Si l’utilisateur préfère la laisser activée, il peut choisir d’exploiter le GPS, les réseaux Wi-Fi et mobiles (pour plus de précision), uniquement les réseaux Wi-Fi et mobiles, ou uniquement le GPS. Ici, Google a outrepassé le choix des utilisateurs et a même traqué les appareils qui n’avaient pas de carte SIM.

Récemment, la collecte de données sur nos smartphones est un sujet très récurrent avec les affaires qui ont touché OnePlus puis Wiko.

À lire sur FrAndroid : Wiko partage des données personnelles à votre insu