La capacité des cartes microSD évolue d’année en année. En mars dernier, lors du MWC, SanDisk a dévoilé une carte micro-SD d’une capacité record en atteignant 200 Go. Mais ce type de cartes n’est pas compatible avec tous les appareils sous Android. Ce dossier vise à faire un tour d’horizon des différentes normes de cartes microSD pour savoir si, oui ou non, votre téléphone est compatible avec des hautes capacités.

MicroSD_card_2GB_focus-stacked

L’existence d’un slot microSD sur les smartphones et tablettes constitue pour certains d’entre vous l’un des principaux arguments à l’achat d’un appareil mobile. Il est en effet très pratique – et économique – de bénéficier d’un espace de stockage supplémentaire via une carte microSD plutôt que de choisir un smartphone d’une capacité supérieure, que les constructeurs n’hésitent pas à surfacturer. Encore faut-il disposer d’un port microSD. De plus, tous les téléphones ne supportent pas des cartes microSD de haute capacité. Ainsi, on lit parfois sur les fiches techniques une limite à 32, 64, 128 voire 2 To pour certains modèles. Dans les faits, ces limitations sont souvent théoriques et il est parfois possible de les dépasser dans la pratique.

 

De 128 Mo à 2 To

En effet, la norme SD dispose désormais de trois grandes familles : les cartes SD standard (basées sur les spécifications SDA 1.0), les cartes SD Haute Capacité (SDHC) – SDA 2.0 – et les cartes SD Capacité Etendue (SDXC) – SDA 3.0. Les premières disposent de capacités comprises entre 128 Mo et 2 Go. Les secondes prennent le relai de 4 à 32 Go. Enfin, les dernières débutent à 64 Go et sont capables – en théorie – d’atteindre 2 To. Ces trois normes sont les mêmes que la carte soit de type SD ou microSD. Dans la pratique, les cartes microSD se limitent, pour le moment, à 200 Go. Il est fort probable qu’une carte de 256 Go voit le jour cette année et pourquoi pas 512 Go l’année prochaine.

 microSDmicroSDHCmicroSDXC
Capacité128 Mo - 2 Go4 - 32 Go64 Go - 2 To
Téléphone compatiblemicroSDmicroSD et microSDHCmicroSD, microSDHC et microSDXC

 

La question de l’appareil hôte

Il faut également prendre en compte la norme supportée par le téléphone ou la tablette. Ainsi, pour faire reconnaître une carte microSDXC, il faudra disposer d’un terminal intégrant un lecteur de cartes compatible avec les spécifications SDA 3.0 et donc les cartes SDXC. C’est la même chose pour les cartes microSDHC mais cette version de la norme a vu le jour en 2006 et l’immense majorité des terminaux supportent au moins les cartes microSDHC. À noter que chaque version est rétrocompatible, ce qui signifie qu’un smartphone doté d’un lecteur de carte microSDXC sera compatible avec les cartes microSDHC et microSD. Qui peut le plus peut le moins.

Cartes microSD-2

La problématique de la capacité des cartes microSD est théoriquement très simple. Ou bien l’appareil mobile dispose d’un lecteur microSDHC et se limite donc à des cartes microSD d’une capacité maximale de 32 Go, ou bien le terminal est compatible avec les cartes microSDXC et supporte donc jusqu’à 2 To de mémoire de stockage supplémentaire. Les fiches techniques des constructeurs prêtent à confusion puisqu’elles se basent – pour la plupart – sur la capacité maximale des cartes microSD vendues dans le commerce lors de la réalisation de la fiche. Ce n’est pas le cas de tous les constructeurs puisque LG indique sur certaines fiches techniques de ses téléphone une compatibilité avec les cartes microSD de 2 To, comme sur le G Flex 2 (alors que le LG G4 se limiterait à 128 Go). Certes, des cartes de 2 To n’existent pas encore, mais il est toujours intéressant de savoir qu’on dispose d’un appareil pérenne à ce niveau.

Il est donc tout à fait possible – théoriquement – d’insérer une carte microSD de 200 Go dans le Galaxy S3 puisqu’il supporte les cartes microSD d’une capacité de 64 Go, ce qui signifie que son lecteur de cartes est compatible avec les cartes microSDXC. Nous n’avons pas testé mais cela devrait fonctionner. D’ailleurs, le site Androidforums.com a réalisé l’année dernière une liste des terminaux compatibles avec les cartes SDXC et le Galaxy S3 y est présent.

 

Les limites d’Android

Attention tout de même. Les cartes microSDHC sont formatées par défaut en FAT32. C’est un système de fichier utilisé par Android. Sur les cartes microSDXC, c’est le système de fichier exFAT qui est utilisé. Le code source d’Android AOSP ne supporte pas le système de fichier exFAT. Il faut donc que les constructeurs ou les développeurs des ROM ajoutent le support de ce système de fichiers. Ce n’était, par exemple, pas le cas de CyanogenMod jusqu’au mois de juillet 2013. Certains noyaux (comme celui de MediaTek) supportent l’exFAT, permettant aux constructeurs de proposer de base le support de ce système de fichiers sans modification particulière.

exfat

Si votre version d’Android ne supporte pas ce format de fichier, il reste une alternative : formater la carte microSDXC en FAT32 avec le logiciel GUI FAT32 Format sous Windows. Le format de fichier FAT32 dispose d’un inconvénient majeur puisqu’il ne supporte pas les fichiers de plus de 4 Go, ce qui peut être handicapant pour certains utilisateurs souhaitant transférer des fichiers volumineux sur la carte.

Enfin, il est possible que votre smartphone dispose d’un lecteur microSDXC, d’une version Android compatible avec le format de fichier exFAT mais soit incapable de lire une carte microSDXC correctement. C’est le cas si le couple pilote – firmware du lecteur de cartes de l’appareil n’est pas à jour et supporte uniquement les cartes jusqu’à 32 Go.

 

La vitesse des cartes microSD

On ne peut pas refermer ce dossier sans aborder la vitesse des cartes mémoires. Il existe différentes classes qui permettent de trier les cartes selon leurs performances minimum. On trouve de nombreuses classe 10, qui garantissent un débit minimal de 10 Mo/s en écriture (25 Mo/s dans le meilleur des cas) ainsi que les classes UHS-I (U1 et U3) et UHS-II (U1 et U3) qui peuvent, pour les plus performantes, grimper à une vitesse théorique maximale de 300 Mo/s. Mais pour profiter de ces vitesses, il faut que le lecteur situé dans le smartphone supporte la classe de la carte microSD.

Cartes microSD-1

Comme pour la capacité, qui peut le plus peut le moins, donc une carte microSDXC de classe UHS-II (U3) fonctionnera sur un lecteur supportant les cartes microSDXC de classe 10, mais à une vitesse très inférieure à celle permise par la carte. L’inverse est vrai aussi : une carte de classe 10 fonctionnera sur un lecteur compatible classe UHS-II (U3). Malheureusement, l’information sur la vitesse supportée par les lecteurs de cartes microSD dans les appareils mobiles est sûrement l’une des informations les plus difficiles à trouver. Les constructeurs de cartes indiquent, parfois, la vitesse maximale de la carte en écriture, en Mo/s ou avec des X. Un X équivaut à 150 Ko/s et une carte 100X pourra donc atteindre 15 Mo/s.

 Vitesse minimale d'écritureVitesse maximale d'écriture
UHS-II (U3)30 Mo/s312 Mo/s
UHS-II (U1)10 Mo/s156 Mo/s
UHS-I (U3)30 Mo/s104 Mo/s
UHS-I (U1)10 Mo/s50 Mo/s
Classe 1010 Mo/s25 Mo/s
Classe 66 Mo/s-
Classe 44 Mo/s-
Classe 22 Mo/s-

 

Une compatibilité aléatoire

Comme nous venons de le voir au cours de ce dossier, le manque de transparence de la part des constructeurs est dommageable pour le consommateur. En effet, avant d’acheter une carte microSDXC de haute capacité, le mobinaute n’est pas toujours certain de sa compatibilité avec son téléphone. Cela est surtout vrai pour les anciens terminaux qui disposent d’un lecteur microSDXC mais pour lequel le constructeur évoque la compatibilité avec des cartes microSD jusqu’à 32 Go, pour des raisons de disponibilité à l’époque de la sortie du téléphone alors que dans les faits, il est possible qu’il supporte des cartes de plus haute capacité. Les terminaux qui sont actuellement commercialisés et qui indiquent un support des cartes microSD jusqu’à 32 Go se contentent alors sûrement d’un lecteur de carte microSDHC. À moins que le constructeur ait simplement “oublié” d’implémenter le support du système de fichiers exFAT pour aller avec le lecteur microSDXC. L’utilisateur pourrait alors flasher une ROM supportant l’exFAT pour bénéficier du support des cartes microSDXC jusqu’à 2 To. À moins que le couple pilotes – firmware se limite à 32 Go… Un véritable enfer, d’autant plus lorsque LG nous assure que le LG G4 n’est pas compatible avec des cartes microSD d’une capacité supérieure à 128 Go. Cela serait donc dû à un bridage volontaire (pour une raison inconnue) ou une “simple” erreur de communication.

À notre sens, pour plus de clarté et de transparence, il faudrait alors que les constructeurs indiquent clairement sur les fiches techniques des smartphones et tablettes plusieurs informations : le type de cartes microSD compatibles (SDHC ou SDXC), le type de système de fichier supporté, la capacité théorique maximale des cartes microSD supportée et enfin la classe du lecteur, pour connaître la vitesse maximale des cartes compatibles.