La publication d’articles de médias reconnus dans les colonnes de Facebook, c’est pour bientôt. On en sait désormais un peu plus sur les Instant Articles appelés à prendre place dans les fils d’actualités du réseau social.

2111422_facebook12_625x390

C’est il y a un peu plus d’un mois que l’on apprenait l’information. Facebook, un peu à la manière de Snapchat, s’apprêtait à signer des contrats avec divers médias pour héberger certains de leurs articles dans ses colonnes. Au menu donc, des contenus créés spécifiquement pour être publiés sur le réseau social, mais aussi un partage des revenus publicitaires générés par ces publications. On parlait alors de plusieurs partenaires en cours de négociations avec Mark Zuckerberg, tels le National Geographic, le New York Times, le Huffington Post ou BuzzFeed. Le but : réduire le délai entre le clic d’un internaute / mobinaute sur un lien et l’ouverture du contenu auquel il souhaite accéder. En cause, la poignée de secondes (environ 8, en moyenne) durant laquelle Facebook risque de perdre les plus pressés.

Un lancement en mai

Les informations publiées par le Wall Street Journal ces derniers jours ne vont pas beaucoup plus loin, si ce n’est qu’elles évoquent un nom pour cette nouvelle option intégrée au réseau social : nos confrères évoquent ainsi le nom d’Instant Articles, dont le lancement serait prévu dans le courant de ce mois de mai. Ils éclaircissent en outre le point crucial des revenus, puisqu’il s’agit de créer des contenus spécifiquement pour Facebook, et donc de mobiliser des équipes de journalistes pour rédiger des articles qui y seront publiés. D’après le WSJ, la monétisation sera assurée par la traditionnelle publicité, avec une part de 30 % conservée par Facebook au cas où il se chargerait de vendre la publicité en question. Dans le cas contraire, les médias partenaires du réseau social pourraient conserver l’intégralité des revenus générés par leurs publications, même si l’on ignore encore quels formats publicitaires les partenaires de Facebook pourraient adopter.

Une question reste encore en suspens. Si Facebook négocie actuellement avec une douzaine de médias, qu’en sera-t-il de l’affichage des autres liens renvoyant vers des articles de presse ? Doit-on craindre une perte de visibilité pour les articles qui ne seraient pas hébergés par Facebook au profit de ceux qui le seraient ? Avec des négociations actuellement en phase finale, on devrait rapidement être fixé.