Cela se produit rarement, mais arrive parfois. Au grand dam de ses backers, le projet Zano, celui d’un mini-drone prometteur et financé avec succès sur Kickstarter, ne sortira jamais. Ses créateurs viennent de placer leur société en liquidation.

zano

2 335 119 livres sterling. C’est la somme que Torquing Group, la firme à l’initiative du projet Zano financé sur Kickstarter il y a un peu moins d’un an, a récoltée auprès de 12 075 backers. Un indéniable succès pour ce mini-drone doté d’un capteur photo/vidéo, et facturé environ 150 livres (un peu plus de 200 euros), que nous avions découvert au CES 2015. Nous avions alors pu essayer, quelques mois avant sa sortie prévue, ce tout petit appareil capable de suivre automatiquement son propriétaire, d’éviter des obstacles grâce à ses multiples capteurs, et de filmer en HD 720p. De belles promesses qui avaient alors fait naître l’enthousiasme de notre équipe présente au salon américain, et qui propulsait le Zano parmi les records en termes de financement participatif européen.

Si prometteur soit-il, ce drone ne verra pas le jour. Comme le rapporte la BBC, dont les informations ont fait le tour du web britannique sans tarder, Torquing vient d’entamer une procédure de « liquidation volontaire ». Nos confrères, qui ont eu accès à l’email envoyé aux backers du projet, citent ce message : « ayant exploré toutes les options dont nous avions connaissance, et après avoir cherché des conseils de professionnels, nous avons pris la décision difficile de nous placer en liquidation ».

À lire : Kickstarter devient une organisation d’intérêt public pour préserver ses intérêts

Lien Youtube
Chaine Youtube FrAndroid

Des backers déçus par dizaines

Entre des délais de livraison non tenus, puisque le Zano devait arriver en juillet 2015, la démission du CEO de Torquing, Ivan Reedman, pour raisons de santé, l’entreprise semble avoir multiplié les difficultés. Et pourtant, certains backers indiquent avoir reçu des emails indiquant l’expédition prochaine de leur fameux drone… Les messages de déception se multiplient d’ailleurs sur la page Kickstarter du projet, toujours accessible, et qui mentionne encore la possibilité de précommander le mini-drone. « Je suis plus qu’en colère de constater que l’on m’a menti, que les vidéos d’un modèle fonctionnel s’avèrent ne pas avoir été représentatives, que les mises à jour au sujet de la livraison s’avèrent avoir été destinées à repousser les plaintes des gens (…), que plus deux millions de livres s’avèrent avoir disparu dans un projet qui ne demandait pas, initialement, quoi que ce soit d’approchant, que Kickstarter n’a rien fait, rien du tout pour nous, que tout cela s’avère être un mensonge… », déplore ainsi un certain Duncan.

Nombreux sont d’ailleurs les backers à exprimer leur désarroi (une pétition sur Change.org a même été lancée), mais aussi à reprocher à Kickstarter la perte de leurs fonds, car c’est bien de cela qu’il s’agit. L’occasion de rappeler qu’en cas de financement complet d’un projet, sauf geste commercial de la part de son créateur, son échec conduit à la perte des fonds déposés par les backers. L’argent engagé ne représente pas, en effet, une précommande, mais un investissement dans une entreprise qui, par nature, peut échouer.