Facebook Free Basics est un programme permettant aux clients des opérateurs indiens de surfer sur Facebook et une sélection de sites de manière gratuite, sans avoir besoin de forfait data. Le service, bloqué temporairement depuis décembre dernier, vient d’être banni du pays par la TRAI, le gendarme des télécoms indien pour sauvegarder la neutralité du net dans le pays.

free basics

La TRAI (Telecom Regulatory Authority of India) vient de prendre une décision qui ne va pas faire plaisir à Mark Zuckerberg : le gendarme des télécoms local interdit à tout opérateur de modifier les tarifs d’accès à Internet selon les services utilisés par le client. En d’autres termes, quel que soit le site ou l’application utilisés, le client doit être facturé de la même manière. Cette nouvelle logique coupe court au programme Facebook Free Basics qui permettait aux Indiens d’accéder gratuitement à une partie d’Internet.

 

Internet vu par Facebook

Dans le détail, le programme Facebook Free Basics (un contrat passé entre le réseau social et les opérateurs) permet aux clients de surfer gratuitement sur Facebook et une liste de sites jugés “utiles” comme la météo, des informations de santé publique, l’accès à la BBC ou encore à Wikipedia. Pour surfer sur le reste du web, il fallait alors passer à la caisse. Si la majorité de la population indienne dispose d’un téléphone, seulement 19 % de la population a accès à Internet.

A lire sur le sujet : Et si Facebook devenait Internet

 

45 millions pour plaider la cause

Le régulateur des télécoms local avait déjà bloqué temporairement le programme en décembre dernier, ce qui avait forcé Mark Zuckerberg à dépenser 45 millions de dollars en publicité dans le pays pour vanter les mérites de son service et inciter la TRAI à débloquer le service. L’homme espère que des modifications du programme vont permettre au régulateur de revoir sa position. Facebook a gros à jouer en Inde, puisqu’il semblerait que les termes du contrat permettaient au réseau social de récupérer les données des utilisateurs. De quoi permettre d’installer massivement la publicité ciblée d’ici quelques années, lorsque le marché indien sera “prêt”.

 

La neutralité du net dans le monde

Facebook Free Basics est disponible dans d’autres pays – 36 en tout – et aurait permis de connecter 19 millions de personnes qui n’auraient pas pu surfer sur “Internet” sans cette initiative. Elle était auparavant connue sous le nom d’Internet.org. Il faudra maintenant voir comment les autres pays du programme réagiront. Aux États-Unis (qui ne font pas partie du programme), l’opérateur T-Mobile est sous les feux de la rampe depuis quelques mois puisqu’il propose le streaming illimité des vidéos en activant l’option Binge On. Celle-ci bride alors toutes les vidéos en 480p, mettant à mal la neutralité du net. En France, les forfaits avec Internet mobile prioritaire ont vite été supprimés.

A lire sur le sujet : L'Europe adopte la neutralité du net