Il est temps de rétablir des vérités. Vous avez sûrement lu à gauche ou à droite que le SDK d’Android n’était « plus libre ». En réalité, le kit de développement (SDK) pour Android et Android sont deux choses distinctes, le premier a toujours été « propriétaire », tandis que le second est toujours aussi « libre ».

google-android-angry-logo

La polémique est née après une mise à jour de la licence d’utilisation du SDK d’Android. Ce kit de développement (SDK) fournit les outils aux développeurs pour développer des applications Android. Google a, effectivement, mis à jour la licence d’utilisation du SDK d’Android en rajoutant cette phrase :

« You may not use the SDK for any purpose not expressly permitted by this License Agreement »

Cette mise à jour ne rend pas le SDK d’Android propriétaire… car le SDK d’Android a toujours été propriétaire. En réalité, Google veut simplement éviter que des « fork » du SDK ne soient développés. Car le SDK est open-source, ce qui veut dire que n’importe qui peut télécharger son code source et le « répliquer » à sa sauce.

C’est là où ça coince : il ne faut pas confondre « open-source » et « libre ». Un logiciel libre est un logiciel dont l’utilisation, l’étude, la modification et la duplication en vue de sa diffusion sont permises, techniquement et légalement. Android est libre (cf. l’AOSP), au moins pour quatre ans encore. A ce titre, on peut considérer Android comme un « Logiciel libre » (licence Apache 2.0). Enfin, notez que ce n’est pas « 100% libre » car Android (comme vous le connaissez sur votre smartphone) contient quelques bibliothèques non-libres.

Bref, la désignation open source est en réalité liée à une méthode de développement et de diffusion. Tandis, que « Logiciel Libre » est une notion bien plus « philosophique » liée à la distribution et à la propriété. Attention à cette distinction !

Il existe un SDK Android libre, il s’agit de Replicant (compatible niveau API 15).