Les tensions entre Google et Samsung reprennent. Il n’est pas question ici de brevet, mais de montres connectées. Google n’apprécie pas vraiment que Samsung ait tendance à privilégier Tizen plutôt que Android Wear sur ses montres connectées.

android wear minuum keyboard lg g watch samsung gear live image 00

Après six mois d’entente cordiale entre Google et Samsung, un nouveau sujet de discorde vient de tomber sur la table. Il est question de montre connectée, et le plus mécontent dans cette histoire est Google. Lors d’une réunion qui s’est tenue la semaine dernière à Sun Valley à l’occasion de la Allen & Co. conference, Larry Page aurait longuement reproché au Vice Président de Samsung, Jay Y. Lee, que Samsung investisse beaucoup plus dans ses montres connectées sous Tizen, comme la Gear 2 ou la Gear Fit, que sur ses montres tournant sous Android Wear. Le site américain The Information, qui a pu récupérer le témoignage de quelques personnes présentes durant cette réunion, indique que l’entrevue était « très tendue ».

Il semble en effet que Larry Page ait peu apprécié la Gear Live, la montre lancée par Samsung au début du mois à l’occasion de la sortie d’Android Wear. Cette montre connectée n’est, au goût de Google, qu’une simple déclinaison de la Gear 2 sur laquelle Samsung aurait installé le nouvel OS mobile de Google. De ce point de vue, il est difficile de donner tort à Larry Page. Google aurait certainement préféré que le géant coréen prenne le temps de créer une montre unique pour son Android Wear. Mais, comme le souligne très justement The Verge, on ne voit pas pourquoi Samsung se plierait aux exigences de Google sur la question de ses propres produits.

Enfin, le dernier point de discorde entre les deux sociétés lors de cette réunion est un peu plus classique. Comme d’habitude, Google a reproché à Samsung d’alourdir Android avec ses surcouches et surtout ses applications en doublon avec celle de Google. Bref, si les apparences laissaient penser à un retour au calme entre les deux géants d’Android, il semble que les smartwatchs soient un nouveau sujet d’achoppement entre les deux sociétés.