Le Cnes, le Centre national d’études spatiales, vient d’annoncer la signature d’un accord avec Google afin de travailler conjointement sur le déploiement de ballons stratosphériques. Le but : apporter Internet là où il est trop coûteux à déployer par la voie terrestre.

Projet Loon

Ce projet a d’ailleurs un nom, le Project Loon. Google travaille dessus depuis plus d’un an et demi maintenant et il consiste à envoyer des ballons dans la stratosphère, soit entre 15 et 60 km de la surface de la Terre, afin de connecter les populations survolées à un Internet à haut débit. Une solution beaucoup moins onéreuse que les satellites, par exemple. Dans le cadre de ce projet, le Cnes, l’agence spatiale française, et Google viennent d’annoncer la signature d’un partenariat qui permettra aux deux entités de partager « des ressources, des expériences et des recherches en matière de ballons stratosphériques » selon le journal Le Figaro, qui a eu accès à l’information le premier.

Google a d’ailleurs précisément expliqué la nature de ce partenariat : «Le Cnes aidera Google à développer son expertise, à analyser les vols et à concevoir un ballon de nouvelle génération pour le projet Loon. En échange, les résultats des tests menés par Google en Nouvelle-Zélande et au Brésil et ceux de la nouvelle campagne de 2015 – 100 ballons doivent dériver tout autour de la planète – seront partagés avec le Cnes ». Le Cnes est en effet un précurseur dans le domaine des ballons stratosphérique. En 2005, l’agence spatiale française avait lancé avec succès la campagne Stratéole-Vorcore qui consistait à envoyer 25 ballons pressurisés et équipés de nacelles scientifiques dans le ciel afin de surveiller l’évolution du trou de la couche d’ozone.

Lien Youtube
Chaine Youtube FrAndroid

À terme, les ballons du Project Loom serviront à relier à Internet « le prochain milliard », c’est-à-dire les populations de pays pauvres ou émergents dont les infrastructures terrestres sont trop coûteuses à déployer. Mais qu’on ne s’y trompe pas, ce projet n’est pas un quelconque horizon caritatif ou bienfaisant. Relier ces nouvelles personnes à Internet a aussi pour but d’apporter de nouveaux clients à Google, Facebook, Amazon ou Apple. Avec cet accord, ces ballons auront au moins le mérite de faire avancer la science.

À lire : Le Google du futur se dessine dans un laboratoire