La Pixel C est la nouvelle tablette dévoilée par Google en début de semaine. Elle intègre un Tegra X1, la puissante puce mobile de Nvidia que l’on trouve dans la Shield Android TV. Un SoC puissant, mais aussi gourmand : a-t-il sa place dans une tablette ? À quelles performances peut-on s’attendre ?

Google Pixel C

Mardi dernier, Google a dévoilé de nombreux produits, dont une nouvelle tablette : la Pixel C. Celle-ci semble être bien parti pour remplacer la Nexus 9. Comme cette dernière, Google a décidé d’intégrer la toute dernière puce mobile de Nvidia. On trouve donc la Tegra X1, le SoC de Nvidia dévoilé lors du CES en janvier dernier. Une puce bien plus puissante que le Tegra K1 utilisé dans la Nexus 9. Lors de la présentation du SoC, nous émettions des doutes quant à une possible intégration du Tegra X1 dans une tablette à cause de sa consommation énergétique d’un peu plus de 10 watts. Finalement, Google et Nvidia ont réussi l’exploit, en intégrant le SoC dans une tablette, qui fait tout de même 10 pouces et qui semble un peu épaisse, comme on peut le voir sur les photos, et même si aucun chiffre n’a été avancé par Google. La question est en fait de savoir si le design de la Pixel C permet au Tegra X1 de faire parler la poudre. Autrement dit : la tablette bride-t-elle le Tegra X1 pour des raisons de consommation d’énergie ou de chauffe ?

 

Tegra X1 : jusqu’à 15W de consommation

En attendant les premiers tests, nous disposons de plusieurs éléments de réponse pour tenter de répondre à cette question. Lors de l’annonce française de la Shield Android TV équipée du Tegra X1, Sridhar Ramaswamy, ingénieur chez Nvidia, nous a confié que la console consommait, en pleine charge, jusqu’à 15 watts et à partir de 5 watts dans les jeux. Cela peut paraître énorme pour une puce mobile, puisqu’à titre de comparaison, l’iPad Air consomme jusqu’à 12 watts en pleine charge, comme l’avaient relevé nos confrères du site Anandtech. Cette mesure prend toutefois en compte la consommation de l’écran, contrairement à la Shield Android TV, et ces chiffres sont rarement aperçus en pratique. Par exemple, dans un benchmark, la tablette d’Apple consommait 6 watts et environ 5 watts sous Infinity Blade 3. Si on retire à la louche la consommation de l’écran, on pourrait obtenir une valeur d’environ 10 watts en pleine charge pour la puce A7 de l’iPad Air sans tenir compte de l’écran. Mais cela s’entend dans une situation jamais vue en pratique, sauf avec des applications destinées à faire fonctionner la puce à pleine charge. Dans des conditions plus ordinaires, l’appareil d’Apple permet d’utiliser les jeux sans baisse de performance (throttling) notable. La consommation est tout de même inférieure par rapport au Tegra X1.

maxpower2 ipad air

Un design pensé pour le refroidissement

Le design de la Pixel C semble être réalisé pour permettre une bonne dissipation du Tegra X1. On trouve ainsi un châssis et une coque entièrement en aluminium ainsi que deux orifices de ventilation (qui doivent également servir au haut-parleur) de part et d’autre de la tablette. On peut s’interroger sur la présence d’un ventilateur, comme dans la Shield Android TV ou si le refroidissement est uniquement assuré de manière passive. La tablette semble disposer d’une épaisseur assez conséquente, bien que sous le centimètre à la vue de la place prise par le connecteur USB type-C. Pour rappel, si une puce est trop chaude, elle baissera automatiquement le couple fréquence / tension pour abaisser la température, ce qui conduit alors une baisse des performances.

Pixel C

 

Un Tegra X1 qui devrait être confortablement installé

Le Tegra X1 sera-t-il à l’aise au sein de la Pixel C, afin que l’utilisateur puisse obtenir des performances de premier ordre ? Au quotidien (surf, lecture multimédia, etc.) il n’y a aucun doute, puisque le Tegra X1 consomme moins de 5W pour une lecture 4K, par exemple. Mais dans des titres très gourmands, à l’image d’un Vainglory ou d’un Real Racing 3, la question se pose davantage. Nous serions toutefois tentés d’apporter une réponse hypothétique : oui, le Tegra X1 devrait être à l’aise dans le Pixel C. En fait, le GPU du SoC est tellement puissant qu’il ne sera probablement jamais utilisé à 100 % même dans les jeux les plus gourmands sous Android. La consommation de la puce devrait donc très rarement (voire jamais) atteindre les 15 watts avancés par Nvidia. La situation pourrait être différente à l’avenir lorsque les développeurs mobiles proposeront des jeux bien plus gourmands.

Capture d’écran 2015-10-02 à 14.38.50

Real Racing 3 à 60 FPS sur le Tegra X1

 

L’utilité de la Pixel C

La question est donc être ailleurs : la Pixel C est-t-elle vraiment utile ? On peut en effet se poser la question, puisqu’Android est très peu (voire pas du tout) optimisé pour être utilisé comme un système d’exploitation productif avec un clavier, et d’ailleurs peu optimisé pour être affiché sur les grands écrans des tablettes. De plus, le clavier qui va avec le Pixel C ne dispose pas de trackpad et il faut donc jongler entre les touches du clavier et l’écran tactile, pas forcément pratique dans une optique bureautique sous Word par exemple. Il manque également quelques éléments de productivité comme la gestion des multiples fenêtres ou encore un mode multi-fenêtre. D’ailleurs les premières prises en main (comme celle d’Android Police) soulignent ces manquements. On espère toutefois que la Pixel C se révèlera plus convaincante que la décevante Nexus 9.