En développement depuis plus d’un an, l’écran OLED de Google a été dévoilé, avec l’ambition de révolutionner la réalité virtuelle.

Google Daydream

Mise à jour du 23 mai 2018 : L’écran a bien été dévoilé au SID Display Week et ses caractéristiques sont impressionnantes. Le site 9to5Google nous les dévoile. Créé avec LG Display, cet écran OLED de 18MP a une résolution de 1443 PPP et un taux de rafraîchissement de 120 Hz. Il mesure 4,3 pouces et a une définition de 4 800×3 840 pixels, le tout avec un champ de vision de 120 par 96 degrés.

Article original du 13 mars 2018 :

Google croit toujours à l’essor de sa plateforme de réalité virtuelle Google Daydream. La firme sera présente à un événement dédié aux technologies d’affichage, la Society for Information Display Week, pour présenter une nouvelle avancée dans le domaine.

L’écran parfait pour la réalité virtuelle

D’après le descriptif de la conférence, Google et LG présenteront un écran OLED dont les caractéristiques en feraient un écran idéal pour la réalité virtuelle. Il bénéficierait de la plus haute résolution au monde, de 1 443 pixels par pouce. C’est une donnée très importante, car une résolution trop faible de l’écran est directement responsable du screendoor effect, un phénomène qui donne l’impression d’avoir une grille posée devant ses yeux lorsqu’on porte un casque de réalité virtuelle.

Une autre caractéristique importante pour la réalité virtuelle est le taux de rafraîchissement de l’écran, qui doit être suffisamment important pour ne pas donner la nausée et être capable de suivre les mouvements correctement. Là aussi, LG et Google feraient fort puisque l’écran serait capable d’atteindre 120 Hz, c’est mieux que les 90 Hz rencontrés en moyenne chez la concurrence.

D’après le titre de la session « 18 Mpixel 4.3-in. 1443-ppi 120-Hz OLED Display for Wide-Field-of-View High-Acuity Head-Mounted Displays », l’écran aurait une diagonale de 4,3 pouces et serait pensé pour des casques avec un large champ de vision, une autre problématique propre à ce marché.

L’événement aura lieu à partir du 20 mai à Las Vegas, c’est-à-dire quelques jours après Google I/O 2018.

Un problème de performance à venir

Sur le papier, l’écran semble donc répondre parfaitement aux exigences de la réalité virtuelle. On se demande toutefois quelles seront les expériences proposées avec un tel casque. En effet, si un tel appareil devait être développé, il lui faudrait une puissance suffisante pour calculer 4 800×3 840 pixels à 120 images par seconde.

Aujourd’hui, même un ordinateur fixe de jeu très haut de gamme ne peut répondre à ces exigences pour un jeu moderne en 3D. Un casque avec un tel écran serait donc probablement limité à des tâches plus simples, comme la lecture d’une vidéo ou la bureautique, mais même dans ces conditions, on imagine difficilement le produit être utilisable en mobilité.

La solution de Google serait à chercher du côté d’un affichage fovéal, en rapport avec la fovéa, la partie centrale de l’œil. Comme il s’agit ici de réalité virtuelle, l’application pourrait prendre en compte le regard de l’utilisateur pour faire le calcul précis de l’image uniquement où l’utilisateur regarde. En périphérie du regard, où vous voyez flou, l’ordinateur pourrait se contenter d’un affichage sommaire demandant moins de ressource. Cette idée demande toutefois de pouvoir effectuer un suivi précis et rapide du regard de l’utilisateur.