Introduction

Review of: HTC 10
testé par:
Romain Challand

Reviewed by:
Rating:
4
On 22 avril 2016
Last modified:28 avril 2016

Summary:

Il manque un petit quelque-chose à ce HTC 10 pour être un excellent smartphone. Un grain de folie, une idée novatrice, une fonction d'exception, un élément différenciant, que sais-je, mais il nous laisse un peu sur notre faim.

Qu'on ne s'y trompe pas, il s'agit tout de même d'un très bon produit. L'esthétique et les finitions ont été travaillées avec soin, la partie logicielle est sobre et légère, les performances sont excellentes, mais cela ne suffit pas.

Le constructeur pêche dans certains domaines, comme la photographie de nuit, ou se contente du minimum syndical pour tenir son rang, comme en matière d'autonomie. Et c'est ce qui risque de lui coûter cher sur un marché où la concurrence se durcit énormément dans la tranche haut de gamme.

Après une année 2015 difficile, rendue un peu moins sombre par la sortie en fin d’année d’un One A9 plutôt intéressant, le constructeur taïwanais relance la machine avec un HTC 10 qui promet de belles choses, et qui arrive sur le marché à peu près en même temps qu’un autre produit phare de la firme, le casque de réalité virtuelle HTC Vive. Le nouveau smartphone du constructeur promet du bon, voire du très bon, mais qu’en est-il vraiment ?

HTC 10 3

Fiche technique

ModèleHTC 10
Version AndroidAndroid 6.0 Marshmallow
Interface constructeurHTC Sense 8
Taille d'écran5,2 pouces (2,5D)
Définition2560 x 1440 pixels
Densité de pixels565 PPP
TechnologieLCD IPS (Super LCD 5)
Traitement anti-rayuresGorilla Glass
SoCQualcomm Snapdragon 820
Processeur (CPU)2 x Kryo (1,6 GHz)
2 x Kryo (2,1 GHz)
Puce Graphique (GPU)Adreno 530
Mémoire vive (RAM)4 Go
Mémoire interne (flash)32 Go
microSDOui (jusqu'à 2 To)
Appareil photo (dorsal)UltraPixel 2 (12 mégapixels ; f/1.8 ; 1,55 μm et OIS)
Appareil photo (frontal)5 mégapixels (f/1.8 ; OIS)
Enregistrement vidéo4K @ 30 FPS
720p @ 120 FPS
Wi-Fi802.11 a/b/g/n/ac
Bluetooth4.2
Réseaux4G catégorie 9 (450 / 50 Mbps)
SIMnano SIM
NFCOui
Capteur d'empreintesOui, sur le bouton d'accueil
Ports
(entrées/sorties)
USB Type-C (USB 3.1 gen 1)
GéolocalisationGPS, Glonass et Beidou
Batterie3000 mAh (Quick Charge 3.0)
DASN/A
Dimensions145.9 x 71.9 x 9 mm
Poids161 grammes
Couleursnoir, gris et or
Prix conseillé749 euros

Notre test en vidéo

Lien Youtube
Chaine Youtube FrAndroid

Design

Pourquoi le HTC One M9, présenté lors du MWC 2015, n’a-t-il pas rencontré le succès escompté ? D’abord, c’est parce que l’évolution technique par rapport à la version précédente n’était pas suffisante. Mais c’est aussi parce qu’ils étaient vraiment trop proches esthétiquement. Certains diront que les Samsung Galaxy S7 et S6 sont également très similaires, mais ce serait oublier que Samsung a apporté quelques améliorations suffisantes pour les différencier et apprécier la nouvelle version.

HTC 10 2

Ici aussi, HTC s’est enfin décidé à faire évoluer le design de son terminal. Ce n’est pas radical puisque l’on retrouve cette idée esthétique qui sert de socle à la gamme, mais c’est suffisant pour qu’on ait le sentiment de faire face à du nouveau. Cela passe par l’intégration d’un port USB Type-C ou d’un élégant bouton home servant de capteur d’empreintes digitales, mais aussi par des lignes plus strictes sur le dos, donnant un ton plus agressif au smartphone, comme une pierre taillée grossièrement.

HTC 10 9

Et devinez quoi ? HTC a enfin fait disparaitre la barre noire en bas de l’écran sur ce nouveau modèle (elle avait disparu sur la gamme Ax également). Une excellente nouvelle qui prouve, comme en politique, qu’à force de râler pendant des années, arrive un jour où on se fait entendre. D’ailleurs, deux boutons, qui s’éclairent à la pression (pas très pratique pour les néophytes), prennent place autour du bouton home. C’est un détail anodin, mais il faudra toujours s’en rappeler.

HTC 10 8

Un des arguments de ce mobile, c’est que HTC ne fait pas varier le format de son flagship, alors que la tendance veut que les constructeurs visent toujours plus grand. On a donc toujours un mobile qui tient extrêmement bien en main, et qui est d’ailleurs plutôt simple à utiliser avec une seule mimine. En parlant de tendance, HTC a aussi intégré un écran de type 2,5D, légèrement arrondi sur ses extrémités. C’est à la fois esthétique et doux en main.

HTC 10 6

Dans l’ensemble, on a vraiment le sentiment de faire face à des produits les plus premium de l’année, égalant le S7 en matière de qualité de fabrication. On regrette peut-être l’abandon des haut-parleurs stéréo, et l’intégration des boutons précédents et multitâche.

Un Super LCD un poil léger

Si on doit isoler un élément qui nous laisse un peu perplexes sur le HTC 10, c’est son écran, dont l’intégration ne semble pas être aussi réussie que sur la plupart des haut de gamme de ce début d’année. En effet, les angles de vision ne sont pas aussi bons qu’on l’attendait, et on ressent presque un petit effet de profondeur en regardant ce téléphone.

La bonne nouvelle, c’est que la firme s’est enfin alignée sur la concurrence et propose cette année une dalle 2K. Certains diront, comme toujours, qu’il n’y a que peu d’intérêt à une telle définition, mais c’est une donnée importante quand on s’apprête à vendre un terminal à un prix similaire à ceux des S7 ou G5.

HTC 10 sRVB

Il faut savoir que le constructeur taïwanais introduit cette année un profil colorimétrique dans les paramètres d’affichage. Il est donc possible de choisir entre le mode Vive, qui affiche des couleurs saturées flattant la rétine, ou le mode sRVB, qui affiche des couleurs plus naturelles. Et entre ces deux modes-là, la température des couleurs est également susceptible de varier.

Sur ce mode sRVB, nous avons relevé une luminosité maximale de 391,5 cd/m2 (plutôt bon), un contraste de 1279:1, et une température des couleurs située aux environs de 7700 K. Sur le mode Vive, les résultats sont légèrement différents en matière de luminosité maximale (403 cd/m2) et de température des couleurs (8500 K).

Marshmallow et Sense 8, la bonne idée

Si d’aucuns pouvaient reprocher à HTC d’avoir perdu un peu de la sobriété qui le caractérisait jusqu’alors dans les dernières versions de Sense, sa mouture 8.0 a le mérite de revenir aux sources, avec un style proche d’AOSP. Cela se traduit notamment par une barre de notifications identique à celle que vous pourriez trouver sur un Nexus, par exemple. HTC a tout de même pris soin d’autoriser ceux qui le souhaitent à afficher le pourcentage de batterie restante en permanence sur leur écran.

logiciel-HTC-10

L’interface est du reste très simple. HTC a évité l’écueil des vilains bloatwares, ce dont on peut évidemment se réjouir. Le Taïwanais fait également la part belle au rangement, la plupart des applications étant rangées au sein de dossiers, afin d’accentuer l’impression d’épurement de l’interface. C’est en tout cas de ce côté que l’on retrouve les petits plus en matière d’applications. News Republic est préinstallé, de même qu’un dictaphone, une lampe torche, une calculatrice et un widget météo. L’application Boost+, sur laquelle HTC n’a pas franchement communiqué, permet « d’effacer automatiquement la mémoire en arrière-plan afin d’optimiser les performances de votre téléphone », de verrouiller des applications et promet d’améliorer l’autonomie du téléphone. Pas sûr que cela fonctionne, mais l’app a le mérite d’être présente.

Untitled-1

Dernier point à noter, et c’est probablement la seule excentricité de HTC, le nouveau gestionnaire de thèmes du HTC 10. La fonctionnalité Freestyle Layout a fait couler beaucoup d’encre, et fait partie des points à en retenir. Elle permet, lorsque l’utilisateur choisit un des quelques thèmes compatibles, de remplacer les icônes de l’écran d’accueil par des autocollants de formes et de tailles variées, lesquels peuvent être « collés » sans respecter la grille habituelle. Si l’idée est sympathique, elle risque d’en perdre plus d’un et de défriser les amateurs de bureaux bien rangés.

Snapdragon 820, le réveil de la force

Le HTC 10 est le premier smartphone équipé d’un Snapdragon 820 qui passe sur notre banc de test complet. L’occasion donc de voir ce que cette puce à dans le ventre, notamment face à l’Exynos 8890 de Samsung présente dans le Galaxy S7 ou encore le Kirin 950 du Huawei Mate 8. Par rapport au Snapdragon 810, on trouve ici « seulement » quatre cœurs Kryo assistés par un Adreno 530 et 4 Go de mémoire vive LPDDR4.

Au quotidien, le smartphone est réactif, il n’y a pas de ralentissements à noter. Dans les jeux 3D, le HTC 10 s’en tire très bien puisqu’on note un niveau de performances similaire au Galaxy S7 de Samsung avec son Exyno 8890, à condition d’activer le mode « haute performances » dans les options développeurs. Sans ce mode (que l’on connaît depuis des années chez le constructeur), le terminal de HTC n’est plus aussi puissant et cela se ressent dans les titres gourmands (Real Racing 3, Hitman Sniper, etc.) avec des ralentissements visibles à l’œil nu, mais aussi sur notre outil GameBench. Le mode hautes performances fera toutefois un peu plus chauffer le terminal et réduira aussi un peu plus rapidement son autonomie.

 Samsung Galaxy S7Huawei Mate 8HTC 10Meizu Pro 6
SoCExynos 8890Kirin 950Snapdragon 820Helio X25
AnTuTu 6.x128 08992 820138 44597 818
PCMark4 8037 1865 9855 653
3DMark Ice Storm Unlimited28 88719 36927 11914 920
3DMark Ice Storm Unlimited (Graphics)33 28920 85430 29617 511
3DMark Ice Storm Unlimited (Physics)19 74315 50619 8399 830
GFXBench T-Rex (onscreen / offscreen)51 / 81 FPS41 / 43 FPS36 / 60 FPS29 / 32 FPS
GFXBench Manhattan (onscreen / offscreen)25 / 38 FPS18 / 19 FPS24 / 39 FPS15 / 15 FPS
Real Racing 3 (GameBench)43 FPS60 FPS31 FPS (normal)
41 FPS (performances)
29 FPS
Hitman Sniper (GameBench)27 FPS34 FPS21 FPS (normal)
26 FPS (performances)
28 FPS (performances et Boost+)
18 FPS

On trouve une fonctionnalité qui devrait plaire aux joueurs : la possibilité de demander aux jeux d’être calculés et rendus en 1080p (Full HD) et non pas en 2160p (QHD). Sur Real Racing 3, la fonction est inutile puisque le jeu n’est jamais affiché en QHD, même sur des terminaux compatibles, puisque le titre se contente du Full HD. En revanche, sous Hitman Sniper, affiché par défaut en QHD sur le HTC 10, l’activation de la fonction Boost+ permet de grappiller quelques images par seconde (Hitman Sniper semble bloqué à 30 FPS sur le HTC 10), en dépit d’une qualité d’image plus faible, difficilement perceptible à l’oeil nu.

Real Racing 3
  • HTC 10 : 41
  • Galaxy S7 : 43
  • Meizu Pro 6 : 29
  • Huawei Mate 8 : 60

Réseaux et GPS

Le HTC 10 est compatible avec la 4G de catégorie 9, lui garantissant d’assurer en matière de débits pendant encore longtemps, et est compatible avec les WiFi 2,4 et 5 GHz, le Bluetooth 4.2… Le son est très clair, et il n’y a vraiment rien de particulier à raconter.

Des faiblesses de nuit

Photographie

En 2015, et en 2016, les grandes firmes high-tech ont fait d’énormes progrès en matière de photographie. Et pendant ce temps-là, HTC n’a pas montré grand-chose, se trouvant même plutôt décevant avec One M9. La firme avait donc une revanche à prendre dans ce domaine et dote cette année son mobile d’un capteur UltraPixel 2 de 12 mégapixels (f/1.8 ; 1,55 μm et OIS), le même que celui du Nexus 6P (Sony IMX377), mais qui prend donc un autre nom pour une affaire de marketing.

IMAG0021 IMAG0015

Justement, on voulait rapidement en venir au Nexus 6P dans cette partie consacrée à la photo. Après avoir pris de nombreux clichés de nuit, on remarque que le traitement HDR effectué ressemble à s’y méprendre à celui du Nexus 6P. HTC a indiqué, lors de la présentation du mobile, avoir travaillé main dans la main avec Google pour de nombreux aspects logiciels, ce qui nous laisse penser que ce fût également le cas sur le traitement logiciel des photographies.

IMAG0040 IMAG0048

Malheureusement, et hormis cette gestion de la luminosité de nuit, les points communs avec le Nexus 6P s’arrêtent là puisqu’on est loin d’obtenir la même qualité photo. Les clichés de nuit sont colorés, parfois trop même puisqu’on a tendance à avoir une teinte assez verte sur les clichés, mais ils sont surtout très peu nets (voir les clichés en taille réelle). Dès que la lumière faiblit vraiment, on a le sentiment qu’il faudrait un trépied pour obtenir des résultats très corrects. Et encore, rien n’est moins sûr vu le niveau de bruit électronique obtenu parfois sur les clichés.

IMAG0054 IMAG0055

De jour par contre, le HTC 10 fait vraiment partie du groupe de tête en matière de photographies. Le niveau de détail est élevé, les couleurs sont superbes, et le téléphone semble à l’aise pour gérer le niveau d’exposition et de contraste. Peut-il rivaliser avec les Samsung Galaxy S7 et LG G5 ? Nous aurons l’occasion de le vérifier dans un comparatif, mais rien n’est moins sûr.

Audio

Après une pause sur le A9, HTC et BoomSound, les deux vieux amants, ont remis le couvert pour proposer cette fameuse technologie audio que l’on ne retrouve pas sur d’autres mobiles. Le constructeur a troqué ses simples haut-parleurs stéréo en façade pour deux sorties audio : un tweeter pour les aigus sur le bas du téléphone et un woofer pour les graves tout en haut du terminal, à la place de l’ancien capteur infrarouge qui a disparu. Chaque haut-parleur a le droit à son amplificateur et on note le support de l’audio 24 bits pour le DAC et le DSP. Nous avons mesuré une plage dynamique de 111 dB, au-delà du 16 bits et ses 96 dB mais loin des 144 dB du 24 bits.

Et sans surprise, si on doit comparer le One M9 et le 10, il n’y a pas photo. Le One M9 fait mieux avec un son plus spatialisé et plus puissant. Si la sortie audio du 10 reste bonne, et sûrement meilleure que la concurrence, difficile de ne pas laisser échapper quelques sanglots (on exagère un peu). Rassurez-vous, vous n’utiliserez pas souvent la sortie audio de votre HTC 10 pour écouter un bon live de Prince, mais plutôt la sortie Jack qui offre un son de grande qualité, notamment grâce à une puissance de 1V, pour pouvoir piloter des casques ou écouteurs gourmands tout en gardant un bon niveau de sortie.

HTC mise beaucoup sur le 24 bits, il est vrai utile pour les écouteurs consommant beaucoup d’énergie. Toutefois, le constructeur semble avoir lâché la bataille de l’audio haute définition en 192 KHz puisqu’on n’en trouve mention nulle part. Inutile de chercher, puisque comme tous les smartphones, le HTC 10 se limite à 48 KHz sur la sortie Jack. Pour avoir plus, il faudra passer par le connecteur USB.

On apprécie que HTC livre avec le HTC 10 de tous nouveaux écouteurs intra-auriculaires avec une bonne qualité audio, surtout si vous appréciez la forte présence des graves. La paire d’écouteurs dispose également d’une bonne isolation pour éviter aux bruits extérieurs de venir s’infiltrer dans les oreilles de l’auditeur.

En parlant d’oreilles, HTC a eu la bonne idée d’intégrer une fonction permettant de régler l’égaliseur selon les oreilles de l’auditeur. Ainsi, les canaux gauches et droits sont distingués dans l’égaliseur et le téléphone réalise une rapide analyse des capacités auditives de l’utilisateur sur six fréquences différentes. Par la suite, le HTC 10 réalise une compensation pour permettre à l’auditeur d’entendre toutes les fréquences des musiques de manière homogène.

Quant à la possibilité d’enregistrer le son en 24 bits, on cherche encore une telle utilité, à moins de relier un microphone de qualité au port USB Type-C du terminal. Pour les utilisateurs se contentant des microphones intégrés du terminal, cette fonctionnalité reste un gadget.

 

Autonomie : peut mieux faire

En matière d’autonomie, on pourrait s’attendre à du très bon avec ce HTC 10 tant la marque taïwanaise a déjà montré son savoir-faire dans ce domaine sur ses précédents flagships. Pourtant, depuis le One A9, la réputation de la firme s’est ternie, et on espérait retrouver les sommets avec le 10 et sa batterie de 3000 mAh. Spoiler alert : c’est un peu raté.

Si l’endurance du téléphone n’est pas mauvaise non plus, elle n’a rien de particulier, hormis les habituels modes d’économie intégrés à l’interface, qui permettront de modérer l’appétit du bestiau. Dans les faits, en utilisation quotidienne, il sera difficile d’en tirer les deux jours de charge que l’on réclame désormais à nos haut de gamme. Évidemment, on comprend les besoins énergétiques d’un Snapdragon 820 ou d’un écran 2K, mais cela n’excuse pas tout.

Autonomie (vidéo)
  • HTC 10 : 83
  • Samsung Galaxy S7 : 90

Sur notre test d’endurance classique, c’est-à-dire une heure de vidéo YouTube avec une luminosité réglée sur 200 cd/m2, le HTC 10 se classe même plutôt mal avec une perte de 17 % de charge. Et en plus, on récupère un mobile bien chaud après cette période. On remarque également que la veille du téléphone est assez gourmande puisqu’il est capable de perdre environ 15 % de batterie pendant la nuit.

Sans être foncièrement mauvais, ce HTC 10 nous laisse tout de même sur notre faim. Il faut dire qu’avec les monstres d’endurance rencontrés ces derniers mois, nos critères d’exigences ont tendance à se durcir.

 

Verdict HTC 10

design
9
On apprécie beaucoup le design et la prise en main de ce terminal, qui sans varier grandement par rapport aux modèles précédents, apportent du renouveau par de nouvelles courbes. Les finitions sont impeccables, et même la barre noire HTC a fini par disparaitre de la façade.
écran
8
Qu'on ne s'y trompe pas, cet écran est bon, mais pas autant que ceux des S7 et G5. On s'attendait à mieux d'une dalle Super LCD, d'autant que le constructeur nous avait fait goûter à l'AMOLED avec son One A9.
logiciel
9
Sense est toujours un régal, et la version 8.0 en profite même pour s'alléger. Et c'est évidemment Marshmallow qui officie ici. Fluide, et simple d'utilisation, c'est du tout bon.
performances
9
Le Snapdragon 820 tient enfin la route, faisant oublier le passé douloureux du Snapdragon 810. Au sein du HTC 10, les plus gourmands activeront l'option hautes performances qui permet à la puce de Qualcomm de s'exprimer pleinement et qui vient titiller l'Exynos 8890 du Galaxy S7. Le Mate 8 de Huawei avec son Kirin 950 reste tout de même encore devant. On apprécie aussi la possibilité de lancer les jeux en Full HD pour gagner en performances.
caméra
8
Très bon de jour, et affichant de sublime couleurs, le HTC 10 se montre beaucoup plus capricieux quand les étoiles officient dans le ciel. Sans beaucoup de lumière, on obtient rapidement beaucoup de bruit et on perd en netteté.
autonomie
7
Pourtant pourvu d'une batterie de 3000 mAh, le HTC 10 déçoit un peu. Les tests d'endurance effectués montrent les lacunes du mobile, tandis que la veille est assez gourmande en énergie. En utilisation de tous les jours, le ressenti n'est pas exactement le même, mais on aura du mal à en tirer deux journées de charge.
Note finale 8/10
Il manque un petit quelque-chose à ce HTC 10 pour être un excellent smartphone. Un grain de folie, une idée novatrice, une fonction d'exception, un élément différenciant, que sais-je, mais il nous laisse un peu sur notre faim.

Qu'on ne s'y trompe pas, il s'agit tout de même d'un très bon produit. L'esthétique et les finitions ont été travaillées avec soin, la partie logicielle est sobre et légère, les performances sont excellentes, mais cela ne suffit pas.

Le constructeur pêche dans certains domaines, comme la photographie de nuit, ou se contente du minimum syndical pour tenir son rang, comme en matière d'autonomie. Et c'est ce qui risque de lui coûter cher sur un marché où la concurrence se durcit énormément dans la tranche haut de gamme.
  • Points positifs
    • Qualités de finition
    • Design (un peu) renouvelé
    • Très bon Sense 8.0
    • Un Snapdragon 820 qui tient la route
    • Belles photos de jour
    • Un port USB Type-C
    • Une définition 2K
    • Disparition de la
  • Points négatifs
    • Disparition des haut-parleurs stéréo
    • L'écran aurait pu être meilleur
    • Photos de nuit médiocres
    • Autonomie sans folie
    • Un prix trop élevé