Introduction

Le HTC U11 avait réussi à nous convaincre au moment de sa sortie. Quelques mois après, succombant à la mode des écrans au ratio 18:9, son fabricant sortait le HTC U11+, une version évoluée du premier modèle. Et comme toute évolution, il est de bon ton de se demander si celle-ci est pertinente. C’est ce que nous allons voir dans ce test.

Fiche technique

Modèle HTC U11 Plus
Version de l'OS Android 8.0
Interface Android Stock
Taille d'écran 6 pouces
Définition 2880 × 1440
Densité de pixels 480 ppp
SoC Snapdragon 835 à 2,45GHz
Processeur (CPU) ARMv8
Puce Graphique (GPU) Adreno 540
Mémoire vive (RAM) 6 Go
Mémoire interne (flash) 128 Go
Appareil photo (dorsal) 12 Mégapixels
Appareil photo (frontal) 8 Mégapixels
Enregistrement vidéo 4K
Wi-Fi Oui
Bluetooth 5.0 + LE
Réseaux LTE, HSPA, GSM
Bandes supportées 2100 MHz (B1), 800 MHz (B20), 1800 MHz (B3), 2600 MHz (B7)
SIM 2x nano SIM
NFC Oui
Ports (entrées/sorties) USB Type-C
Géolocalisation Oui
Batterie 3930 mAh
Dimensions 158,5 x 74,9 x 8,5 mm
Poids 188 grammes
Couleurs Bleu, Noir
Prix 484€
Fiche produit

Design

Dans notre test du HTC U11, nous écrivions que l’originalité n’était pas forcément au rendez-vous en termes de design, mais que la recette était tout de même bien maîtrisée. Le HTC U11+ mérite sans doute le même commentaire. Son apparence ne laissera personne pantois, mais le smartphone a le mérite d’offrir une agréable prise en main. À un tout petit détail près : son format parait un chouia trop glissant. C’est dommage quand on sait que la grande particularité de cet appareil est — à l’instar de son prédécesseur — de pouvoir presser ses bordures afin de lancer des applications ou d’accéder à des raccourcis.

Au-delà de cela, on ne note pas d’éléments distinctifs particuliers sur la face avant. L’écran est plat et occupe une très grande place, ce qui ne l’empêche malheureusement pas d’être encadré par des bordures assez larges, notamment à droite et à gauche. Pour l’aspect borderless, on repassera. En haut, le capteur simple est bien visible à droite tandis que la bordure inférieure est inoccupée, car le lecteur d’empreintes est placé à l’arrière, bien centré.

D’ailleurs, en parlant du dos Liquid Surface, celui-ci profite encore une fois d’un travail très appréciable sur la couleur dont les reflets sont du plus bel effet et changent en fonction de la manière dont on regarde l’appareil. Malheureusement, on retrouve aussi le même défaut que sur le HTC U11 : il suffit de manipuler un court instant le smartphone pour laisser des traces de doigts très voyantes qui gâchent complètement les belles tonalités que l’on vient de mentionner. Du coup, pour éviter cela, il faut utiliser une coque protectrice (fournie dans la boîte), ce qui rend caduc le fameux Liquid Surface.

Au-dessus du lecteur d’empreintes, on trouve logiquement le module photo qui arbore une forme ronde et classique. Et on ne peut pas vraiment ajouter autre chose sur le design du HTC U11+. Précisons tout de même qu’il n’y a pas de prise jack pour les casques audio filaires. Il faudra passer par le port USB-C. Un adaptateur est livré avec le smartphone ainsi que des écouteurs avec, cela va sans dire, la bonne connectique.

Les boutons du volume et de déverrouillage sont placés sur la tranche droite, tandis que le tiroir pour ranger la nano SIM et la microSD — ou deux nano SIM — trouve sa place sur la tranche supérieure.

Écran

L’écran Super LCD de 6 pouces dispose, comme on l’a dit en introduction, d’un ratio 18:9. En outre, il profite d’une définition QHD de 2880 × 1440 pixels.

Notre sonde révèle que la température des couleurs s’approche des 7 500 K, ce qui est très correct. Il en va de même pour le contraste très bien marqué de 1 440:1 environ. C’est largement suffisant pour offrir un bon confort aux yeux de l’utilisateur.

La luminosité de l’écran est un sujet épineux. Notre sonde n’enregistre qu’un taux de luminosité maximal de 289 cd/m², bien en dessous de la moyenne. HTC est toutefois au courant du problème, et devrait le corriger dans un prochain patch. À l’œil, la luminosité ne semble clairement pas aussi catastrophique, sans être excellente non plus. Aucun problème ne s’est fait ressentir au quotidien, mais la météo n’a pas été clémente et il a été impossible durant la période de notre test de l’essayer en plein soleil.

 

Logiciel

Bonne nouvelle, le HTC U11+ a droit à Android 8.0 Oreo et, par conséquent, à toutes les nouveautés de la dernière mouture du système d’exploitation de Google. Pour rappel, le HTC U11 premier du nom était sorti sous Nougat. Globalement, on ne peut pas reprocher grand-chose à l’interface de HTC, toujours fluide, mais certains membres de la rédaction de FrAndroid n’en sont pas fan. Question de goût simplement : l’apparence des icônes et du panneau de notifications n’a pas su les convaincre. Il serait tout de même vache de s’arrêter à cette simple critique ultra subjective puisque l’interface du smartphone, en bon Android, offre son lot de personnalisations.

La plus marquante est la fonction Edge Sense qui permet d’accéder à certaines fonctionnalités et applications simplement en pressant les bordures du téléphone. Un appui long n’ayant pas les mêmes conséquences qu’une pression courte en fonction des réglages que vous paramétrez. Pour en savoir plus, n’hésitez pas à consulter la partie « Edge Sense » de notre test du HTC U11.

À noter que Edge Sens Compagnon est désormais disponible en français. Il s’agit d’une sorte d’écran Google Now légèrement moins performant et réclamant d’offrir une nouvelle fois ses données personnelles à un service tiers… alors même que l’on offre les mêmes données à Google Now, qui est bien disponible sur le téléphone. Son intérêt est donc très limité.

Performances

Sur le plan des performances, le HTC U11+ ne change pas l’élément le plus important de sa formule : le Snapdragon 835 est fort heureusement toujours de la partie. Cette fois-ci, il est tout de même couplé à 6 Go de RAM, contre 4 Go auparavant. En naviguant simplement sur le téléphone, difficile de constater un changement vraiment marquant : 4 ou 6 Go ne changent pas vraiment l’expérience quotidienne.

Sur des softs plus gourmands, la différence se fait toutefois sentir. Sur Arena of Valor, avec toutes les options au maximum, il tient un 60 FPS totalement constant et daigne même passer à 61 FPS de temps à autre. L’expérience est tout simplement parfaite et le téléphone chauffe à peine qui plus est.

Sur Lineage 2 Revolution, un peu plus gourmand en ressources CPU et GPU, le constat est presque le même. Poussé en Ultra avec FPS débloqué, le jeu tourne avec une fluidité rare. On sent tout de même que le SoC est poussé un peu plus loin : il chauffe un peu plus, mais c’est très modéré.

Ses performances brutes théoriques analysées par les benchmarks peignent une histoire à laquelle on s’attendait : si ses 6 Go de RAM marquent une différence, elle est assez légère pour ne pas véritablement être importante. En l’absence d’un nouveau SoC, la RAM ne fait jamais de miracle.

 HTC U11+HTC U11OnePlus 5TSamsung Galaxy S8 (FHD+)
AnTuTu174 928 points174 203 points181 037 points172 887 points
PCMark 2.06 559 points6 801 points6 678 points5 272 points
3DMark Slingshot Extreme3 747 points3 402 points3 806 points3 237 points
3D Mark SSE (Graphics)4 018 points3 887 points4 052 points3 544 points
3D Mark SSE (Physics)3 032 points2 367 points3 139 points2 485 points
GFX Bench Car Chase (onscreen / offscreen)13 / 22 FPS13 / 24 FPS23 / 25 FPS21 / 25 FPS
GFXBench Manhattan (onscreen / offscreen)27 / 48 FPS28 /48 FPS54 / 62 FPS54 / 63 FPS
Lecture / écriture séquentielle729 / 209 Mo/s728 / 203 Mo/s716 / 206 Mo/s791 / 189 Mo/s
Lecture / écriture aléatoire33,9k / 35,3k IOPS24,1k / 20,4k IOPS35k / 5k IOPS33k / 3,9k IOPS

Appareil photo

Sur le plan de la photo, le HTC U11 avait impressionné avec son capteur 12 Mégapixels UltraPixel avec des photosites d’une taille de 1,4 µm et une lentille à ouverture f/1,7. Il avait même reçu le score de 90 de la part de DxOMark et était considéré comme le champion de 2017 avant que le Pixel ne le surpasse d’un point. Ça tombe bien : le HTC U11+ reprend à l’exact ce capteur.

Et celui-ci ne démérite toujours pas : l’effet wahou est toujours de la partie. Si le temps n’était pas avec nous pour en tester les conditions en plein soleil, la qualité des clichés n’en est pas moins très bonne avec des couleurs justes, un contraste maîtrisé et un haut niveau de détails avec très peu de pertes. Même les inscriptions au loin restent lisibles.

En condition de basse luminosité, l’appareil s’en tire toujours très bien. Si un léger bruit apparaît naturellement, on est loin d’une photo lissée perdant en dimension : là encore, les couleurs et les détails restent présents sans aucun problème.

Le plus impressionnant reste dans des conditions lumineuses très particulières. Même avec un éclairage de soirée, poussant des lumières multicolores pouvant poser soucis à de nombreux capteurs, le HTC U11+ ne perd pas sa contenance. Même pris à la va-vite, le moindre cliché a le potentiel de nous mettre une petite claque : chapeau bas.

Le capteur photo avant n’est toutefois pas aussi performant. Il dispose tout de même d’un autofocus très performant, qui lui permet de ne pas nuire à la netteté du cliché malgré des mains instables. Pour autant, si les photos sont très bonnes en plein jour, du bruit et un très léger lissage apparaissent dès que les conditions lumineuses deviennent plus difficiles. C’est loin d’être décevant toutefois : simplement dans la moyenne supérieure de ce qui se fait dans cette gamme de prix.

La capture vidéo est également dans la moyenne, avec un plus indéniable : l’enregistrement « 3D » du son. Les micros intégrés lui permettent en effet de bien retranscrire à l’audio le placement spatial des éléments enregistrés, ce qui donne un rendu bien plus agréable que sur la plupart des autres smartphones. Le son étant souvent délaissé par les constructeurs, il faut souligner cette attention particulière.

Son

Sachez que la partie audio est très bien soignée, notamment grâce à la technologie Boom Sound ou aux écouteurs offrant une suppression active du bruit fournis dans la boîte. Là encore, je vous invite à lire la partie « Audio » du test du HTC U11, puisque tout ceci est parfaitement identique entre les deux téléphones.

Réseau et communication

Là encore, cette partie du téléphone n’a tout simplement pas changé. Nous vous invitons donc à vous reporter à la partie correspondante sur le test du HTC U11.

Autonomie

Avec sa batterie flambant neuve de 3930 mAh, une augmentation de 30 % comparativement au HTC U11, on pouvait s’attendre à ce qu’il soit un monstre d’autonomie n’est-ce pas ? Le constat est plus mitigé.

En l’utilisant avec seulement le Wi-Fi activé et la luminosité de l’écran à la moitié de son réglage, pour faire une partie de 15 minutes d’Arena of Valor… le téléphone perdait déjà 5 % de batterie. Un constat que l’on aura retrouvé tout au long de la journée, même lorsqu »utilisé intégralement en mode avion pour simplement prendre des photos. Il semble que son capteur photo arrière et sa dalle Super LCD soient particulièrement gourmands en énergie, puisqu’une utilisation très classique à base de réseaux sociaux et de pages web lui pose bien moins de mal.

De fait, le HTC U11+ s’en tire avec un score de 7 heures et 53 minutes sur notre test d’autonomie Viser, ce qui le place dans la moyenne basse des appareils disponibles sur le marché. Et ce particulièrement à ce prix. On espérait bien mieux, d’autant que l’interface du constructeur ne fournit que les fonctionnalités classiques de sauvegarde de batterie intégrées au système. Seul un mode extrême est ajouté, à réserver aux situations d’urgence. Au mieux, on recommandera de désactiver l’affichage intelligent.

Test d'autonomie Viser
  • HTC U11+ : 472
  • Google Pixel XL 2 : 584
  • Huawei Mate 10 Pro : 502

Galerie photo

Prix et date de sortie

Le HTC U11+ est d’ores et déjà disponible en France, en coloris noir ou bleu. Il est vendu au prix conseillé de 799 euros, mais les stocks sont assez faibles.

Test rédigé en partie par Omar Belkaab.

Test HTC U11+ Le verdict

design
8
Le design du HTC U11+ est légèrement plus épais que la tendance actuelle, mais cela ne l'empêche en rien d'avoir une très bonne prise en main. Petit soucis cependant : il est non seulement très glissant, mais attrape également les traces de doigts comme jamais.
écran
8
Bien qu'on aurait apprécié un écran AMOLED, la dalle Super LCD de ce HTC U11+ s'en tire très bien avec un bon taux de contraste et des couleurs vives. Son réglage DCI-P3 lui permet de retranscrire des couleurs très proches de la réalité et agréables à l’œil. La venue d'un ratio 18/9 est un plus, mais l'intérêt de ce format reste très subjectif.
logiciel
7
Le HTC U11+ profite d'Android 8.0 Oreo dès la sortie de la boîte. Pour le reste, l'expérience est parfaitement identique à celle du HTC U11 une fois mis à jour sur cette même version : pas de quoi fouetter un chat donc.
performances
8
Le Snapdragon 835 ronronne agréablement au sein de ce téléphone, qui ne semble pas le moins du monde rencontrer la moindre gêne sur la moindre application. Reste que ses 6 Go de RAM ne représentent pas vraiment une évolution assez conséquente par rapport au HTC U11+ pour justifier la sortie d'un nouveau modèle à prix fort.
caméra
10
Le HTC U11+ semble incapable de prendre une photo véritablement mauvaise, quand bien même on le met dans des conditions difficiles. Mieux encore : il ne fait que mettre claque sur claque, et apporte en prime enfin une bonne restitution du son en vidéo. Son plus grand atout, sans aucun doute possible.
autonomie
7
Le HTC U11 offrait une autonomie passable. Le HTC U11+ s'équipe d'une batterie 30 % plus grande, et offre... une autonomie passable. Cette non-évolution est sans aucun doute l'un des points les plus décevants du téléphone, que l'on a qui plus est du mal à expliquer. On espère que la situation s'améliorera par mise à jour.
Note finale du test 8/10
Le HTC U11+ a quelques arguments pour lui. Son nouvel écran au ratio 18/9 pourra séduire les fans du premier modèle, tandis que l'intégration du Snapdragon 835 est toujours aussi maîtrisée par les équipes du Taïwanais : le SoC ronronne qu'importe la tâche et sa chauffe reste très maîtrisée. Toutefois, l'apport des 6 Go de RAM est si transparent qu'on se demande où il s'exprime.

Son capteur photo arrière est également toujours aussi impressionnant, mais ne connaît pas vraiment de mise à jour. L'expérience logicielle reste aussi la même... Que reste-t-il donc à cet HTC U11+ pour se démarquer de son petit frère ? Sa batterie 3 930 mAh bien sûr, qui ne fait finalement que figuration pour offrir une autonomie similaire au premier modèle.

Vendu au prix conseillé fort de 799 euros, il est de fait un smartphone haut de gamme très bon qu'il est impossible de recommander face à des concurrents dont les prix ont naturellement baissé au fil des mois et qui avancent les mêmes arguments. Un nouveau modèle qui semble surtout souligner les difficultés rencontrés par le constructeur, à réserver aux inconditionnels de la marque.
  • Points positifs
    • Passage au 18/9
    • Capteur photo arrière impressionnant
    • Prise en main agréable
  • Points négatifs
    • 3930 mAh pour pas grand-chose
    • 6 Go très accessoires
    • Un prix fort de café