En début de semaine, Meizu présentait en Chine son M3, un petit smartphone dont on doutait, vu le logiciel qu’il intègre, qu’il serait commercialisé dans nos contrées. Il le sera, mais au prix de quelques révisions, tant au niveau logiciel que matériel.

meizu-m3-2

Meizu dévoilait ce lundi, en Chine, son nouveau smartphone en date. Il n’était pas question alors du M3 Note ni du Pro 6, tout récents et en précommande en France, mais du M3. Le successeur d’un petit M2 sympathique, sans prétention, et au petit prix : on trouvait ce smartphone aux faux airs d’iPhone 5c à 179 euros à sa sortie, et à quelques dizaines d’euros de moins en début d’année. C’est donc typiquement le genre d’appareils dont on observe la sortie internationale, puisqu’ils se positionnent sur un segment où les appareils intéressants sont rares.

L’équipe de Meizu France n’a certes toujours pas de M3 à nous montrer, mais nous confirme du moins un point : le M3 sera bien commercialisé chez nous, dans le courant de l’été prochain. Elle n’a pas d’autres détails à nous confirmer, notamment en termes de prix, mais confirme ce que l’on attendait : il s’agira d’une version différente du smartphone présenté en Chine.

Un design et un SoC différents

Contrairement au M3 asiatique, sous Yun OS (l’OS d’Alibaba), sa version occidentale tournera sous Flyme OS, et le SoC intégré au smartphone (un MediaTek MT6750) sera remplacé par une autre référence encore inconnue. Jusqu’au design de l’appareil, qui sera aussi revu, puisque Meizu France nous assure que son boîtier en plastique sera remplacé par une coque en métal. Bref, il y aura bien un Meizu M3 en France, mais il n’aura pas grand-chose à voir avec son homologue chinois. Espérons qu’il en conserve une caractéristique : son faible prix, situé autour de la centaine d’euros (hors frais d’import).