J’avais vraiment apprécié les différents tests que j’ai pu réaliser : avec la Samsung Galaxy Gear, la Sony SmartWatch 2 ou encore la Pebble. Néanmoins, Google vient de présenter une solution un cran au-dessus de la concurrence : Android Wear. Comment ? Une version d’Android conçue pour tourner sur des objets connectés et totalement intégrée dans l’écosystème Android. Mais c’est bien plus que cela : Google va pouvoir conquérir le marché de l’objet connecté et séduire les acteurs traditionnels.

Moto-360-Android-Wear

Enfin un cadran rond !

Android Wear est beaucoup plus puissant qu’un simple système capable de faire tourner des applications et afficher des messages. Android Wear promet un large éventail de fonctionnalités grâce à l’utilisation de Google Now pour les notifications. Oui, « OK Google » va fonctionner sur votre poignet. Ce ne sont pas de « simples » notifications car ces notifications sont contextuelles.

 

Un fonctionnement contextuel

Des notifications contextuelles, kézako ? Ce sont des notifications qui délivreront la bonne information au bon moment (quand vous en avez besoin). Ces notifications utilisent les capteurs (de votre montre et de votre smartphone) qui apportent un contexte « physique ». Les données des capteurs doivent ensuite être interprétées à l’aide de la compréhension des objectifs de l’utilisateur (vos données personnelles, vos données sociales). Cela permet de mieux hiérarchiser les actions et de sélectionner les sources d’information les plus pertinentes. Au final, les informations que vous sont transmises sont personnalisées et la recherche d’information est affinée.

Comment fonctionne Android Wear ? Il s’agit (a priori) d’une version Android 4.4 KitKat capable de faire tourner n’importe quelle application Android. Nous ne savons pas encore si le projet sera disponible sur l’Android Open Source Project, et si une partie du code sera donc open-source. Néanmoins, Google a pour le moment focalisé sa communication autour de son aspect « connecté ». La plupart des démonstrations montrent une interaction constante entre les applications du smartphone et les notifications poussées sur la montre. D’ailleurs, les notifications « Wear » peuvent être intégrées aussi facilement que les notifications traditionnelles. Néanmoins, les applications dédiées et autonomes pourront également être développées.

Avec Android Wear, Google n’apporte pas une solution magique au marché de la montre. Les personnes qui ne portent pas de montre, et qui n’aiment pas ça, ne changeront pas leurs habitudes. Personnellement, je trouve un réel intérêt dans ces produits pour tout ce qui touche le bien-être, la santé et le sport – j’ai abandonné  l’idée d’attacher mon Nexus à mon bras pour courir. Oui, je sais, les montres GPS sont disponibles, néanmoins la plupart sont ringardes – ou du moins ne sont pas pour moi.

Les « montres intelligentes » qui utilisent Android Wear sont en mesure d’offrir une gamme d’applications et de fonctions chouettes, y compris les contenus des médias sociaux, des messagerie, de l’actualité, des réponses claires à des questions orales, la capacité de surveiller la santé et la remise en forme avec des résumés et des alertes, sans oublier les fonctionnalités de second-écran ou la possibilité de contrôler d’autres objets connectés (la musique, la TV, etc.).

1926113_10152074839158985_400621176_o

En termes de design et d’interface utilisateur, Google a apporté du raffinement et de la couleur. L’interface de la Galaxy Gear était très monotone mais minimaliste, alors qu’il y a des éléments lumineux dans l’interface utilisateur de Google qui devraient rendre votre journée un peu plus joyeuse, même si on pourrait rapidement frôler l’overdose d’informations. Et puis il y a l’ambiance typique de Google pour les animations de glissement lors de l’utilisation des gestes. Tout semble très lisse.

1957814_10152074839208985_933101459_o

« OK Google » sera désormais la passerelle entre la montre et le smartphone. La promesse de Google : vous allez obtenir des réponses claires à des questions orales telles que le nombre de calories dans une mangue ou l’heure de départ de votre vol, ou même le résultat d’un match que vous ne pouvez pas  regarder en direct.

 

Une approche différenciante

En quoi Android Wear est-il différent de toutes les autres montres ? Google structure le marché et contrôle son accès. Il a d’ailleurs annoncé quelques partenaires : Samsung, Motorola, HTC, LG, Fossil, Intel, Qualcomm ou encore Asus. Ce qui me fait dire que les prochaines Gear ou SmartWatch tourneront sous Android Wear. Sans parler des bracelets connectés…

Le système de Google est différent. Au lieu de construire un nouvel ensemble d’applications dédiées aux montres connectées, Google a puisé dans l’immense bibliothèque d’applications Android existantes, en sélectionnant les parties qui font sens pour sur les montre – les actions liées aux notifications et les commandes vocales. Vous avez compris, ce n’est pas seulement « la montre de Google », c’est un écosystème complet qui va donner beaucoup de difficultés aux produits concurrents, tels que la Gear 2, la Pebble ou encore le prochain produit connecté d’Apple.

10003603_10152074838788985_1838809324_o

Parce que, ne vous y trompez pas, la course aux parts de marché entre ces rivaux de la Silicon Valley sera féroce – surtout compte tenu de l’avantage historique et considérable dont jouissent les premiers entrants. C’est un marché estimé entre 30 et 50 milliards de dollars sur les 3 à 5 prochaines années.

Google va permettre à toutes les marques horlogères traditionnelles bien établies et les spécialistes de smartphones d’entrer dans ce marché de l’objet connecté, alors qu’Apple va encore une fois essayer de posséder l’ensemble de l’écosystème avec des prix premium. Il semble évident qu’Apple a depuis longtemps atteint son pic : seuls les fanatiques n’ont pas encore réalisé cela.