Seang Chau, le responsable de la partie logicielle de Motorola, a expliqué à nos confrères d’Engadget que la nouvelle stratégie de commercialisation de la marque permettra de proposer des mises à jour plus rapidement qu’elle ne l’a fait jusqu’à maintenant, notamment pour ses Moto X.

Motorola Moto G 3d gen

Hier, Motorola organisait un évènement qui s’est déroulé en simultané à São Paulo, New York et Londres. C’était l’occasion de découvrir les nouveaux produits de la marque, désormais sous le giron de Lenovo, et on peut dire qu’il y avait de quoi faire. Le public a donc découvert deux nouveaux Moto X Play et Moto X Style, ainsi qu’un Moto G 3e génération. Des smartphones qui viennent compléter l’offre du constructeur, et qui arrivent sous la dernière version en date du logiciel Android.

A lire : : Prise en main du Motorola Moto G 2015

D’ordinaire, le constructeur est prompt à proposer les mises à jour logicielles, comme ce fût le cas avec KitKat, et peut-être un peu moins avec Android 5.1 Lollipop. Il est d’ailleurs motivé à retrouver une certaine rapidité dans ce domaine avec l’arrivée d’Android M, et c’est Seang Chau, son responsable de la partie software qui a indiqué comment : grâce à sa nouvelle stratégie de commercialisation. Comme toujours, les smartphones de la marque sont installés sous une version presque stock d’Android, ce qui mâche déjà énormément le travail de ses ingénieurs. Mais c’est aussi la politique mise en place par la firme qui permettra, à l’avenir, à ses clients de bénéficier d’un support logiciel plus rapide.

A lire : : Prise en main du Motorola Moto X Style

En effet, Motorola a décidé de se passer des opérateurs pour commercialiser ses Moto X, du moins aux États-Unis. Comme l’explique Chau : « Le grand impact pour la partie logicielle est que je n’ai plus besoin de l’approbation des opérateurs pour les mises à jour ! Alors maintenant, je peux lancer les mises à niveau comme Android M plus rapidement parce que je ne dois pas passer par le processus d’approbation de l’opérateur. Je dois encore me soumettre aux contrôles de qualité, mais je ne pas besoin d’un opérateur pour me dire que je peux mettre à jour mon téléphone ». Pour les utilisateurs ayant l’habitude d’acheter leurs smartphones sans passer par un opérateur, cela ne change pas grand-chose, mais sur le long terme, le parc client de Motorola pourra se targuer de recevoir en moyenne bien plus rapidement les correctifs déployés par la marque. À voir si la marque compte faire de même avec ses autres produits.

Le fait de ne pas passer par les opérateurs permet aussi à Motorola de mettre en avant son Moto Maker, qui permet de créer un smartphone presque unique en le personnalisant à sa guise.