Qualcomm réalise actuellement une démonstration d’une plateforme de développement capable d’opérer sur la 5G, dans les bandes inférieures à 6 GHz. Le but est d’atteindre des débits dépassant le 1 Gbps mais également d’abaisser significativement la latence avec les fréquences actuellement utilisées.

Qualcomm 5G NR

Qualcomm veut conserver son rôle de leader sur la 5G, après avoir eu un rôle important sur toutes les technologies cellulaires, du CDMA au GSM en passant par la 2G, la 3G et la 4G. Pour ne pas se laisser marcher sur les pieds par les concurrents et notamment Samsung qui a fait une belle démonstration de faible latence au MWC cette année, Qualcomm vient de dévoiler au MWC Shanghai un prototype de plateforme de développement 5G. Celle-ci est la seule à opérer dans les bandes inférieures à 6 GHz avec la technologie 5G (3GPP 5G NR, Release 14 et 15), afin de profiter des fréquences déjà utilisées à travers le monde.

 

Des débits supérieurs à 1 Gpbs

Le prototype consiste en une station de base et un récepteur qui communiquent tous les deux sur des fréquences supérieures à 100 MHz et capables de transmettre des informations à un débit supérieur à 1000 Mbps sur de longues distances. Qualcomm annonce que le prototype intègre un nouveau design qui permet de diminuer fortement la latence face aux systèmes 4G existants. Ce prototype devrait permettre à Qualcomm de réaliser des tests avec les constructeurs de téléphones mobiles, d’objets connectés, mais également avec les opérateurs dans le monde entier.

 

Un second prototype de 5G

Cet appareil n’est pas le seul à pouvoir réaliser des tests avec la 5G chez Qualcomm puisque l’entreprise américaine dispose également d’un prototype capable d’opérer dans les bandes de fréquences supérieures à 28 GHz. Pour rappel, plus la fréquence est élevée et plus le débit est élevé. En revanche, plus la fréquence est élevée et moins la portée des ondes sera grande. Ce type de système et les ondes millimétriques (avec des fréquences comprises entre 30 et 300 GHz) sont donc davantage pensés pour les small cells capables de couvrir un bâtiment et non pour les stations de base qui couvrent quant à elles plusieurs dizaines de kilomètres carrés de superficie.

À lire sur FrAndroid : 5G : À quoi ressemble l’avenir des réseaux mobiles ?