A chaque nouvelle génération de dalle AMOLED, Samsung annonce une augmentation de l’efficacité énergétique pour une baisse de la consommation. Nos confrères du site Anandtech ont alors voulu vérifier ces affirmations en comparant les dalles Super AMOLED des Galaxy S5, S5 LTE-A, Note 4 et S6.

c_Samsung-Galaxy-S6-Test-DSC07937

L’écran d’un smartphone est le composant qui consomme le plus d’énergie et il n’est pas rare qu’il compte pour environ 50% de la consommation énergétique totale du terminal. Baisser la consommation de la dalle (qu’elle soit LCD ou AMOLED) permet donc d’augmenter l’autonomie des smartphones et tablettes. Et à ce petit jeu, Samsung annonce, chaque année, des gains en efficacité énergétique sur ses dalles Super AMOLED. Le site Anandtech a donc voulu en savoir un peu plus afin de pouvoir mettre des chiffres sur ces affirmations. Ils ont donc relevé la consommation des Galaxy S5, S5 LTE-A, Note 4 et S6 dans trois scénarios différents : avec la luminosité de l’écran au minimum, réglée à 200 cd/m2 et avec la luminosité maximale.

luminance-curve-S4-S6

Avec la luminosité minimale, c’est le Galaxy S5 qui consomme le moins d’énergie. Cela peut s’expliquer par une plateforme matérielle légèrement moins gourmande au repos et notamment une dalle QHD des Galaxy S5 LTE-A et S6 qui réclame plus d’énergie que la Full HD du Galaxy S5. Le Galaxy S4 est totalement hors sujet et cela s’explique facilement par l’absence de la fonctionnalité Panel Self-Refresh qui permet de réduire la consommation énergétique du SoC lorsque l’image à afficher à l’écran est fixe. A 200 cd/m2, le Galaxy S6 rattrape le Galaxy S5 et distance le Galaxy S5 LTE-A. Enfin, à partir de 250 cd/m2 et jusqu’à la luminosité maximale, le Galaxy S6 consomme moins d’énergie que l’ensemble des autres terminaux.

Anandtech luminosité amoled

Si on rapporte ces données à la taille de l’écran (5,1 pouces), c’est le Galaxy S6 qui dispose du meilleur ratio luminosité – consommation avec 2,21 mW / cd / m2. Une belle performance pour une dalle AMOLED QHD. Mais comparé à une dalle LCD, l’écart est encore important puisqu’un Huawei P8 et sa dalle IPS-NEO consomment 33% d’énergie en moins à 200 cd/m2. Cela s’explique notamment par le fonctionnement des dalles AMOLED qui apprécient très peu les interfaces claires comme on peut trouver sur Android. Avec des interfaces sombres (utilisant environ 85% de nuances de gris), les dalles AMOLED reviennent dans la course. Mais l’interface d’Android est rarement sombre, surtout avec l’arrivée de Lollipop, comme l’avaient déjà mesuré nos confrères d’Anandtech dans un article (intéressant et qui complète le sujet) dédié au fonctionnement de la luminosité des dalles AMOLED.