Le dernier brevet déposé par Samsung dans le domaine des bracelets connectés, ou plutôt des montres, vise à sécuriser l’usage ce ce type d’appareils. Il compte autoriser la reconnaissance de son porteur par le biais de son système veineux.

samsug-brever-veines

Les brevets se suivent et ne se ressemblent pas chez Samsung, dont les idées ne semblent pas manquer. On a récemment vu passer des travaux sur des produits pliables, smartphones ou tablettes, sur la reconnaissance des chuchotements ou sur des bagues connectées au téléphone, mais aussi des concepts plus concrets. Au CES de janvier dernier, le Coréen montrait ainsi un bracelet connecté permettant de téléphoner… avec sa main portée à l’oreille. Mais ce n’est pas tout.

samsung-brevet-veines-2

Le dernier brevet en date déposé par Samsung et repéré par FastCompany porte là encore sur le domaine du prêt-à-porter connecté, l’un des domaines dans lesquels le Coréen se montre le plus créatif. Ici, l’idée de Samsung tient à un système de reconnaissance du porteur du bracelet passant par… ses veines. Un peu à la manière des capteurs de rythme cardiaque, Samsung imagine en effet une authentification par un système de caméra et de sources de lumière permettrait de “scanner” le dos de la main, afin d’en repérer la structure veineuse. C’est du moins ce que montrent les schémas mis en ligne par l’organisme des brevets américain, l’USPTO.

Un tel fonctionnement permettrait à la montre, une fois son porteur reconnu, d’activer un profil spécifique, avec l’accès à ses playlists, ses sonneries ou encore ses contacts, bien que cela semble assez peu utile dans le cadre de bracelets, par essence plutôt personnels. C’est surtout dans le cadre d’une authentification pour des usages nécessitant une véritable sécurité (au hasard, du paiement mobile) que l’idée semble tout particulièrement pertinente. Reste à voir si Samsung l’inclura réellement à un prochain bracelet connecté.