Samsung Australia s’apprête à remplacer les stocks de Galaxy Note 7 et explique à ses clients comment différencier les unités qui ont été échangées. Un bon moyen pour être sûr que votre téléphone ne mettra pas le feu à votre voiture.

Samsung Galaxy Note 7 2

Mise à jour (13/09/2016) :

Samsung a mis a disposition de tous un site permettant de vérifier si son Galaxy Note 7 est dangereux depuis son numéro IMEI :

 

Article original (09/09/2016) :

Après les plaintes répétées de certains utilisateurs de Galaxy Note 7 reprochant au téléphone une instabilité extrême – et dangereuse – de sa batterie, Samsung a décidé de repousser la sortie du smartphone dans certains pays et de rappeler les unités déjà expédiées. Une opération qui aurait coûté un milliard de dollars au constructeur sud-coréen.

Des modèles marqués au fer rouge

Aujourd’hui, le problème a été identifié et réglé, mais cette mésaventure restera dans l’esprit de certains et Samsung tient bien à rassurer sa clientèle. Outre sa proposition de remplacer tous les modèles supposés à risque, le numéro un de la téléphonie mobile vient de publier un article par le biais de sa branche australienne afin d’expliquer aux futurs acheteurs comment identifier les nouveaux exemplaires, qui devraient en toute logique présenter moins de risques d’explosion.

samsung-galaxynote7-device-imei

Sur la boite, deux symboles discrets viendront préciser aux acheteurs qu’ils n’ont pas dans les mains un ancien Galaxy Note 7 capable d’exploser à tout moment. Sur l’étiquette du code barres se trouve désormais un petit carré noir en bas à droite, ainsi qu’un sticker portant la lettre « S » en bleu. Ces deux éléments, présents uniquement sur la nouvelle génération de packaging, certifie ainsi que le téléphone présent dans la boite a été vérifié et est équipé d’une batterie ne présentant aucun défaut de conception. Vous pourrez peut-être même prendre l’avion avec

À lire sur FrAndroid : Test du Samsung Galaxy Note 7, le cocktail explosif