Chaque année, Samsung nous propose dans ses terminaux haut de gamme des processeurs dernier cri qui finissent souvent en tête des classements. Le fabricant travaille dur sur plusieurs modifications qui lui permettront de généraliser sa puce et améliorer ses performances graphiques.

Samsung Exynos 8890

Samsung conçoit depuis plusieurs années ses propres puces ARM que le fabricant intègre à ses smartphones haut de gamme, ou vend à ses partenaires. La puce principale d’un smartphone, le SoC, intègre beaucoup de composants : le processeur, la mémoire vive, le modem, la puce graphique, la puce de traitement audio, etc. Jusqu’à présent sur les Exynos, Samsung faisait le choix d’intégrer une puce graphique ARM Mali sans toucher à sa conception. Le fabricant a pendant longtemps eu l’ambition de créer ses propres puces graphiques, mais ce projet semble tourner au ralenti.

À lire sur FrAndroid : Samsung : sa production de GPU maison au ralenti

En attendant, d’après SamMobile, le constructeur coréen serait actuellement en discussion avec AMD et Nvidia, les deux géants du secteur sur PC, pour proposer leurs technologies sur Exynos. Nvidia a récemment fait beaucoup parler de lui avec sa puce Tegra X1, puis l’architecture Pascal particulièrement économe en énergie. Le fondeur texan fait d’ailleurs l’objet d’une autre rumeur, sa technologie serait employée dans la prochaine console de Nintendo à la fois portable et sédentaire, la NX.

AMD, quant à lui, a raflé l’intégralité du marché des consoles de salon en 2013 lorsque Sony a abandonné son partenariat avec Nvidia, dont il utilisait les puces graphiques sur PlayStation 3. AMD a séduit les fabricants grâce à une solution intégrant processeur et puces graphique, consommant peu d’énergie et pouvant être modifiée par les ingénieurs de Sony, Microsoft et Nintendo. Rappelons qu’AMD était à l’origine des GPU Adreno avant que cette partie ne soit rachetée par Qualcomm en 2009.

Impossible de savoir pour le moment si Samsung retiendra l’un des deux fabricants ou continuera finalement d’utiliser des puces ARM Mali. Le Coréen pourrait aussi passer un partenariat pour utiliser certaines technologies des deux fabricants, dans ses puces, sans directement choisir d’y intégrer une Nvidia ou une AMD.

Plus de Snapdragon d’ici quelques années

SamMobile rapporte également que Samsung travaillerait sur la compatibilité des puces Exynos avec les réseaux CDMA, concurrent du GSM. Ces différentes normes obligent actuellement le constructeur sud-coréen à proposer une variante équipée de processeur Qualcomm Snapdragon de ses smartphones sur certains territoires.

Ce travail devrait aboutir dès la fin de l’année 2017 et le Samsung Galaxy S9, en 2018, pourrait donc n’être proposé qu’en un seul modèle, compatible à la fois GSM et CDMA, partout dans le monde.