AsteroidOS est un système d’exploitation destinée à remplacer Android Wear sur les montres compatibles. L’idée est de permettre de se débarrasser des tentacules de Google en proposant un OS véritablement open source. Pour le moment, AsteroidOS fonctionne sur la LG G Watch.

AsteroidOS

Vous possédez une montre sous Android Wear et vous souhaitez avoir un peu plus de contrôles sur les fonctionnalités ou vous préférez avoir entre les mains un OS véritablement open source ? AsteroidOS est fait pour vous. Ce système d’exploitation, dont le code source est librement disponible, est en fait une distribution Linux basée sur OpenEmbedded, l’API graphique Qt5 et les pilotes Android via la bibliothèque libhybris. De cette manière, AsteroidOS est compatible avec les montres Android Wear.

 

La LG G Watch déjà compatible

Pour le moment, les développeurs ont réussi à faire tourner AsteroidOS sur la LG G Watch et donnent les instructions pour vous permettre de l’installer sur votre montre. Pour les autres modèles de montres sous Android Wear, il va falloir être patient, mais si vous avez l’âme d’un bidouilleur, vous pouvez aider la communauté d’AsteroidOS si vous arrivez à mettre la main sur le kernel de votre montre et si le bootloader est compatible fastboot ou odin. Les développeurs annoncent même que les montres sous Tizen comme la Gear S2 de Samsung pourront être installées sous AsteroidOS avec davantage d’efforts.

Vous pouvez également aider le projet en proposant des applications avec l’API Qt5. C’est sûrement là le plus gros point noir d’AsteroidOS : le manque d’applications dédiées. Mais finalement, sur une montre connectée, les principales applications utilisées sont l’heure, les notifications et quelques fois le tracker d’activités. Trois applications qui devraient être assez faciles et rapides à développer pour AsteroidOS.

Toutes les informations d’AsteroidOS peuvent être trouvées sur le site du projet. Son porte-parole sera présent au FOSDEM (Free and Open Source Software Developers’ European Meeting) les 30 et 31 janvier à Bruxelles.