Les survols illicites des drones se multiplient en France. Les systèmes pour intercepter et neutraliser les drones commencent à voir le jour et la France va tester l’un d’entre eux.

Drones

La France est victime depuis de nombreux mois de survols illicites de certaines zones par des drones. On l’a vu avec les survols de Paris ou encore de certaines centrales nucléaires et de sites sensibles comme le palais de l’Elysée. Le gouvernement a déjà exprimé à plusieurs reprises le souhait de mener une lutte active contre cette pratique. Il y a donc eu quelques gardes à vue et des amendes. Le gouvernement souhaite aussi proposer un projet de loi pour encadrer la lutte contre les survols illicites. Mais ce qui risque de faire froid dans le dos à certains, c’est le système qui sera testé lors des douze prochains mois en France et permettant de détecter et neutraliser un drone ainsi que d’appréhender le pilote. Souriez, vous êtes filmés !

 

Détection du drone à distance

Comme le relève le blog Drones du site Le Monde, le système Boréades de la société CS Systèmes d’Information a été retenu par l’Agence Nationale de Recherche et le Secrétariat général de la Défense et de la Sécurité nationale (qui dépend du Premier ministre) pour lutter contre les survols illicites par des drones. Le système est plutôt simple dans son fonctionnement puisqu’il parvient à détecter un drone grâce à sa signature thermique à l’aide d’un détecteur panoramique infrarouge. Le système est couplé à une grappe de caméras UHD pour affiner la détection. Un drone de petite taille pourrait être détecté à une distance d’environ 6 km. Deux tests ont déjà effectués pour prouver l’efficacité du système. Un système mobile (moins performant) pourra également être utilisé lors de certains événements comme des manifestations.

 

Leurrer le drone

Une fois le drone détecté, le système serait capable de brouiller et leurrer le drone, avec par exemple une perturbation de son GPS ou en activant ses systèmes de sécurité pour qu’il se pose à un endroit déterminé, sans que le pilote du drone ne puisse réagir avec sa télécommande. On imagine que les constructeurs de drones puissent être mis dans la boucle pour inclure dans leur firmware une telle possibilité. Si ce n’est pas le cas, la société CS devra redoubler d’ingéniosité.

flare UAV

 

Retrouver le pilote grâce au drone

Pour l’appréhension du pilote, plusieurs pistes sont à l’étude. La société CS pense être en mesure de pouvoir enclencher la fonctionnalité RTH (Return to Home) du drone qui ira se poser à l’endroit d’où il avait initialement décollé. Si le pilote est encore présent et que des forces de l’ordre sont au sol, il sera donc possible d’appréhender le suspect. Ce dernier pouvant penser que son drone a un problème de fonctionnement et qu’il retourne de lui-même vers son propriétaire, il pourrait rester sur les lieux.

 

Retrouver le pilote avec un autre drone

Une autre solution vient du groupe français ECA (Etudes et Construction Aéronautiques). La société vient d’annoncer avoir développé une technologie permettant de localiser le pilote d’un drone, de l’approcher avec un drone spécial et de le prendre en photo pour l’identifier en situation de flagrant délit. Tout peut se faire à distance, sans que le pilote ne s’en aperçoive, pour que les forces de l’ordre puisse l’appréhender. La détection du drone malveillant se fait par des systèmes au sol tandis que la détection du pilote se fait ensuite entièrement avec un drone spécial, l’IT180. Celui-ci dispose d’une caméra (utilisable le jour ou la nuit) et doté d’un zoom qui peut agrandir 36 fois l’image et capable de détecter une personne à 1km, de la reconnaître à 600 mètres et de l’identifier à 300 mètres, comme on peut le voir sur les vidéos de la société Infotron.

IT180 2

Les solutions se multiplient et comme on peut le voir, la France est l’un des viviers de cette lutte contre les survols illicites, que ce soit au niveau de l’exécutif, des agences gouvernementales, des forces de l’ordre ou encore des groupes et des sociétés industrielles.