Les gendarmes s’apprêtent à mettre en service une flotte de drones pour différentes missions : maintien de l’ordre, missions de police judiciaire ou encore sécurité routière. Dès le mois prochain, de nombreux drones seront en service au-dessus de l’Hexagone.

Drone gendarmerie

Depuis un an et demi, la gendarmerie teste des drones pour différentes missions. L’objectif est de déployer d’ici à 2017 une flotte entière de drones, selon les informations récupérées par Le Figaro. Il pourrait s’agir des drones de la société française Novadem, et notamment le NX110 spécialisé dans les missions de défense et sécurité comme on peut le voir dans la vidéo du quotidien. Toutefois, le doute est de mise puisque la photo de une montre trois drones de chez DJI. Le Figaro précise que certains drones pourraient atteindre une vitesse maximale de 70 km/h bien qu’ils devraient principalement être utilisés en vol stationnaire, à 50 voire 150 mètres de hauteur.

Les drones de la gendarmerie auront plusieurs rôles. Tout d’abord, ils permettront d’assister les missions de police pour avoir une vue dégagée de la zone d’action pour détecter des éventuels dangers comme des obstacles, barrages ou pièges. Dans le domaine de la sécurité routière, les drones ne sont pas encore totalement au point. La gendarmerie prévoit de réaliser d’autres tests dans les prochains jours : dans un premier temps, les drones permettront de repérer les conduites à risques « telles que les franchissements de ligne continue, les dépassements dangereux, le non-respect de stops ou encore le doublement par la droite ». Pour le moment, il n’est donc pas question des contrôles de vitesse, puisque les drones sont incapables de réaliser une telle mission.

Avec une autonomie qui devrait être comprise entre 20 et 30 minutes, les gendarmes devront prévoir de nombreuses batteries pour pouvoir réaliser de longues missions, surtout dans le domaine de la sécurité routière.