Introduction

Pour accompagner le lancement du V10 en octobre dernier, LG a annoncé la Watch Urbane Second Edition. Comme son nom l’indique, elle remplace la Watch Urbane avec des caractéristiques revues à la hausse, mais aussi une plus grande autonomie offerte par son emplacement pour carte SIM. Après de nombreux mois, la montre connectée est enfin disponible en France, mais que vaut-elle vraiment ?

lg-watch-urbane-2e-edition-3g-16

Fiche Technique

À l’heure actuelle, la Watch Urbane Second Edition est la montre Android Wear grand public la mieux équipée du marché. Sur le papier, elle promet beaucoup, avec notamment un écran à la définition plus élevée, une mémoire vive plus importante que la majorité de ses concurrentes et une batterie bien supérieure. Mais qu’en est-il vraiment ?

ModèleLG G Watch Urbane 2nd Edition 3GHuawei WatchMotorola Moto 360 (2015)LG Watch Urbane
Taille écran1,38 pouce1,4 pouce1,37 ou 1,56 pouce1,3 pouces
Technologie d'écranP-OLEDFull AMOLED
Cristal Saphir
LCDP-OLED
Définition d'écran480 x 480 pixels
348 ppp
400 x 400 pixels
286 ppp
360 x 325 pixels
360 x 330 pixels
320 x 320 pixels
Format écranCirculaire
Gorilla Glass 3
CirculaireCirculaireCirculaire
LogicielAndroid Wear 1.5Android WearAndroid WearAndroid Wear
Espace mémoire4 Go4 Go 4 Go 4 Go
ProcesseurQualcomm Snapdragon 400 à 1.2GHzQualcomm Snapdragon 400 à 1.2GHzQualcomm Snapdragon 400 à 1.2GHzQualcomm Snapdragon 400 à 1.2GHz
Mémoire RAM768 Mo512 Mo512 Mo512 Mo
GPSOuiNon-
WiFiOuiOuiOui-
Dimensions44,5 x 44,5 x 14,2 mm42 x 42 x 11,3 mm42 x 42 x 11,4 mm
46 x 46 x 11,4 mm
45,5 x 52,2 x 10,9 mm
Poids (boitier)92,7 grammes
Batterie570 mAh300mAh300 ou 400 mAh410 mAh
Mesure poulsOuiOuiOuiOui
CapteursGyroscope
Accéléromètre
Baromètre
Gyroscope
Accéléromètre
Baromètre
Boussole
Gyroscope
Accéléromètre
Boussole
Gyroscope
Accéléromètre
Boussole
RechargementConnecteursModule micro USBSans-fil inductionModule microUSB
Résistance à l'eauIP 67IP 67IP 67IP67
Prix499,99 euros449 euros (modèle maille)À partir de 299 euros349 euros

« C’est la beauté intérieure qui compte… »

Alors que la Huawei Watch, et même son ancêtre, la Watch Urbane, misaient essentiellement sur leur design pour créer la différence. La Watch Urbane 2nde Edition quant à elle mise clairement sur sa fiche technique plus que sur son design. « Les goûts et les couleurs » argueront certains, d’autant que ses finitions sont clairement travaillées, mais on peut déjà souligner son design très (trop) masculin, souligné notamment par son gabarit imposant. Avec 14,2 mm d’épaisseur, la Watch Urbane 2 mesure environ 3 mm de plus que la Huawei Watch ou que la Moto 360 (2015) et pèse près du double du poids de ses concurrentes.

lg-watch-urbane-2e-edition-3g-26

En outre, cette nouvelle Watch Urbane dispose de trois boutons sur le côté au lieu d’un seul (ou aucun). Argentés et noir, ils accentuent l’impression de solidité de la montre, mais aussi l’impression de surcharge du cadran. Notons que comme le reste de la montre, ces boutons sont bien conçus, avec un clic franc et de petites striures pour mieux les repérer et éviter que le doigt glisse. Malheureusement, les trois boutons ressortent peut-être un peu trop, et il arrive régulièrement d’appuyer dessus malencontreusement en positionnant son poignet à 90°, comme cela peut arriver lors d’un entrainement sportif par exemple (pompes…), mais aussi à bien d’autres occasions.

lg-watch-urbane-2e-edition-3g-10

Mais en dehors de l’aspect massif du cadran, le principal point faible de ce design provient certainement de son bracelet. Malgré un maillage gravé qui une nouvelle fois montre que LG a soigné sa smartwatch, le silicone est très rigide et assez peu agréable à porter, d’autant plus avec les beaux jours qui arrivent ou lors de séances d’entrainement, lors la transpiration vient s’ajouter à l’équation. Inutile de vous faire un dessin pour comprendre à quel point cela peut être dérangeant d’un point de vue confort personnel, tous ceux qui ont déjà porté une montre en silicone et transpiré sous le bracelet doivent comprendre ce dont il est question.

lg-watch-urbane-2e-edition-3g-12

À l’instar d’une G-Shock, la Watch Urbane 2 jure sur les plus petits poignets et son armature aurait mérité d’être légèrement plus incurvée pour mieux épouser la forme du poignet.

Écran

Tout comme la première Watch Urbane, cette seconde édition dispose d’un écran P-OLED. À la différence de son ancêtre néanmoins, elle dispose d’une meilleure définition. La meilleure même à l’heure actuelle sur le marché des smartwatchs Android Wear. Ce détail peut sembler anecdotique sur un écran de cette taille, mais une fois comparée à une Huawei Watch, il est difficile de nier que le texte est beaucoup plus agréable à lire sur la montre de LG. Pour un objet qui se destine essentiellement à afficher des notifications, c’est loin d’être négligeable.

lg-watch-urbane-2e-edition-3g-4

Difficile également de lui reprocher sa luminosité qui est particulièrement puissante une fois poussée à son maximum. Le cadran s’assombrit néanmoins en cas d’inactivité et peine souvent à revenir à son état normal lorsque l’on relève le poignet pour lire l’heure. Il n’est donc pas rare d’avoir à tapoter l’écran pour réveiller sa tocante de son sommeil, ce qui est frustrant pour un objet donc le principal argument est de faciliter l’accès à des informations aussi simples que l’heure ou ses messages. Toujours dans le même registre, on regrettera l’absence d’un capteur de luminosité ambiance qui permettrait de régler automatiquement la luminosité de l’écran en fonction des besoins de l’utilisateur.

lg-watch-urbane-2e-edition-3g-18

Trop lourde, trop chaude, trop massive, la Watch Urbane 2 n’est pas non plus un plaisir à porter la nuit et on s’empressera de la reposer sur son chargeur avant d’aller se coucher.

Android Wear, aussi imparfait qu’incomplet

Comme la plupart des montres Android Wear, la Watch Urbane 2 ne propose que le strict minimum et n’apporte rien de particulier à Android Wear 1.5, version testée ici en attendant un déploiement définitif de la version 2.0, déjà disponible en Developer Preview. On peut noter la présence de 256 Mo de RAM supplémentaires, mais le système lui-même est assez léger pour que la différence ne soit pas notable.

Nous ne nous étalerons donc pas trop en profondeur sur le système lui-même qui a déjà été détaillé à de multiples reprises dans ces mêmes colonnes. Dans l’ensemble, son appairage en Bluetooth avec un smartphone est très simple et son utilisation est assez rapide à appréhender, même s’il arrive encore de confondre certains gestes après plusieurs semaines d’utilisation. En outre, le système est très fluide, même s’il lui est arrivé de buguer très ponctuellement au cours de notre test. Le plus gênant est qu’il arrive parfois que les notifications prennent du temps à s’afficher sur la montre. Sentir son téléphone vibrer et attendre qu’un message apparaisse à son poignet est plutôt frustrant.

lg-watch-urbane-2e-edition-3g-19

En plus du bouton principal qui sert essentiellement de bouton « home » pour revenir sur l’heure en un seul clic, les deux boutons supplémentaires servent d’une part à accéder au répertoire en un clic plutôt qu’en deux glissements de doigt (le gain de temps est plutôt limité), et d’autre part à lancer l’application LG Health, seule nouveauté apportée par le constructeur, mais qui n’intéressera que ceux qui n’ont pas déjà pour habitude d’utiliser Google Fit, Runtastic, S Health ou l’une des multiples applications de suivi d’activité disponibles.

Le principe même de la smartwatch est également intéressant, mais manque cependant d’intérêt en l’état. Pratique pour afficher ses notifications ou régler le son de son application musicale, Android Wear 1.5 manque cruellement d’un clavier natif (heureusement présent dans la version 2.0) pour ne pas avoir à sortir son téléphone afin de répondre un message plus élaboré que « oui », « non », « j’arrive » ou « merci ». On oublie volontairement la fonction de dictée vocale donc l’utilisation dans un lieu public est plus embarrassante qu’autre chose.

lg-watch-urbane-2e-edition-3g-5

Une SIM intégrée pour se la jouer K2000

La grosse différence de cette smartwatch est la présence d’un port pour carte micro SIM permettant de communiquer de façon totalement indépendante. Testé avec une SIM disposant d’un autre numéro que celui attribué au téléphone, la Watch Urbane a réussi à prouver sa valeur en tirant pleinement parti des interactions avec le smartphone. Ainsi, envoyer et recevoir des SMS sur ce numéro alternatif les affiche également dans la conversation dans l’application Messages du téléphone, permettant de passer de l’un à l’autre plus simplement.

lg-watch-urbane-2e-edition-3g-1 lg-watch-urbane-2e-edition-3g-8

La qualité des appels est loin d’être extraordinaire et rappelle beaucoup les débuts des kits mains-libres intégrés aux voitures où le son était sourd et que les interlocuteurs entendaient « de loin ». Le haut-parleur manque quant à lui de puissance et de clarté, obligeant à coller son visage contre la montre pour bien comprendre son correspondant lorsque l’environnement n’est pas totalement calme.

lg-watch-urbane-2e-edition-3g-17

Autant dire que pour les conversations de longue durée sont très inconfortables et que passer un appel sur sa montre dans la rue est tout sauf naturel. Si vous regardiez K2000 ou Inspecteur Gadget dans votre jeunesse et que vous rêvez de parler à votre montre pour avoir l’air cool, c’est raté, vous aurez juste l’air d’un fou.

Le principal intérêt se situera donc dans l’utilisation de l’enveloppe data qui permet par exemple d’utiliser un service de streaming musical en allant faire son sport sans avoir à garder son téléphone dans la poche. Encore une fois, Android Wear vient cependant limiter cette utilisation en rendant le service beaucoup moins intuitif que sur smartphone, en tout cas en ce qui concerne Google Play Musique. Couplé au GPS, cette fonctionnalité s’avère cependant très utile pour ceux qui aiment courir en plein air.

lg-watch-urbane-ui

À noter que nous avons tenté d’utiliser Runtastic pour faire de l’exercice sans smartphone, mais l’application n’est pas encore pensée pour fonctionner de façon autonome. Si le téléphone reste immobile, la montre ne se met pas à jour et ne permet pas de suivre ses performances pour le moment. Espérons que cette fonctionnalité arrive avec Android Wear 2.0.

Autonomie

Avec une batterie de 570 mAh, bien supérieure à sa concurrence qui plafonne autour de 400 mAh, la Watch Urbane 2 nous donnait bon espoir de régler le principal problème des smartwatchs, à savoir leur autonomie famélique qui ne permet qu’avec peine de dépasser les deux jours d’utilisation. Malheureusement, entre la définition de son écran revue à la hausse et sa connexion 3G, nos rêves ont vite été brisés.

lg-watch-urbane-2e-edition-3g-2

Comme pour la plupart des autres montres connectées, la Watch Urbane 2 tient environ 2 jours complets entre deux charges, voire un peu plus. Il nous a été impossible cependant d’atteindre les trois jours complets en une charge, même si cela doit être possible en coupant certaines de ses options, comme le WiFi (pour recevoir ses notifications sur le même réseau même sans être dans le rayon du Bluetooth du téléphone), la 3G et le GPS. Par ailleurs, par deux fois elle nous a joué le mauvais tour de s’éteindre sans trop de raison, batterie à plat, alors qu’elle était suffisamment chargée peu de temps avant pour tenir. Son réseau mobile n’est peut-être pas étranger à l’affaire, même s’il nous est impossible de le certifier à 100 %.

Bonne nouvelle en revanche, elle se recharge rapidement grâce à son chargeur aimanté à coller contre les connecteurs situés à l’arrière du cadran. Comptez environ 40-45 min pour 50 % de charge. Très simple à utiliser, ce système de recharge se fixe néanmoins moins bien que pourraient le faire d’autres alternatives et peut se décrocher rapidement pour peu que vous ayez un animal un peu trop joueur.

lg-watch-urbane-2e-edition-3g-6

Test LG Watch Urbane 2e Edition Le verdict

confort
4
Grosse, lourde, au design très marqué, la Watch Urbane 2 manque de classe, mais peut plaire à certains. Là où elle pèche vraiment, c'est sur son confort. Entre son gros boitier qui aurait mérité d'être un peu plus courbé et son bracelet en silicone très rigide, il est impossible de l'oublier à son poignet. N'imaginez surtout pas dormir avec.
fonctions
8
Le Watch Urbane 2 tourne sous Android Wear, avec ce que cela comporte de mauvais points. Comparé aux autres montres installées sur le même système, elle déploie néanmoins toute une panoplie de gadgets plus ou moins utile, à commencer par son GPS et sa fonction téléphone. Cette dernière est très superflue, mais elle a le mérite d'exister pour ceux qui en auraient absolument besoin.
écran
8
Pour l'heure, l'écran de la Watch Urbane 2 est le meilleur qui soit sur le marché des montres Android Wear. Il est bien, brillant, fin... Il aurait tout pour plaire s'il était couplé à de meilleurs capteurs lui permettant de régler automatiquement la luminosité et de réagir plus rapidement au mouvement pour sortir de veille instantanément.
autonomie
6
Tout juste dans la moyenne, l'autonomie de la Watch Urbane 2 n'est pas éblouissante malgré sa grosse batterie. Comptez environ deux jours d'autonomie sans désactiver de fonctionnalité particulière ou restreindre volontairement la luminosité. Heureusement que la charge est rapide, sans quoi devoir la brancher aussi régulièrement deviendrait vite un problème. Quelques bugs restent encore
Note finale du test 4/10
Mis à part son écran qui sort réellement du lot, la Watch Urbane 2 ne présente aucun argument lui permettant de se différencier réellement de sa concurrence. On pourrait certes parler de son emplacement pour carte SIM qui lui offre une autonomie que n'auront pas forcément les autres smartwatchs du marché, mais ses bienfaits sont encore bien trop limités pour pouvoir réellement peser dans la balance, même pour les sportifs ne souhaitant pas sortir s'entrainer avec leur smartphone dans la poche.

Difficile donc, à moins d'absolument chercher une montre capable de téléphoner, de conseiller la Watch Urbane 2 davantage que l'une des autres montres connectées actuellement disponibles, souvent plus belles, tout aussi fonctionnelles et également bien plus agréables à porter au poignet.

À la rigueur si elle avait été proposée à un prix abordable, nous aurions pu y réfléchir à deux fois, mais son tarif de 500 euros - soit plus cher que la Huawei Watch qui compte déjà parmi les plus chères du marché - ne laisse que très peu de place au doute.
  • Points positifs
    • Totalement autonome
    • Bonnes finitions
    • Bel écran
    • Android Wear 2.0 à venir
    • Charge très rapide
  • Points négatifs
    • Absence de capteur de luminosité
    • Esthétique peu accrocheuse
    • Confort très moyen
    • La fonction téléphone superfétatoire
    • Prix excessif