Introduction

Alcatel a présenté lors de l’IFA de septembre dernier le Shine Lite, un smartphone qui mise sur son apparence. Même s’il se distingue par son physique, la marque attaque un marché très difficile à concurrencer. En face de lui, on retrouve Honor et Wiko qui aujourd’hui se sont bien installés dans la gamme des mobiles à moins de 200 euros.

alcatel-shine-light-4-sur-5

 

Fiche Technique

Modèle Alcatel Shine Lite
Version de l'OS Android 6.0 (Marshmallow)
Interface Android Stock
Taille d'écran 5 pouces
Définition 1280 x 720 pixels
Densité de pixels 294 ppp
SoC MT6737 à 1,3GHz
Processeur (CPU) Cortex-A53
Puce Graphique (GPU) Mali-T720
Mémoire vive (RAM) 2 Go
Mémoire interne (flash) 16 Go
MicroSD Oui
Appareil photo (dorsal) 13 Mégapixels
Appareil photo (frontal) 5 Mégapixels
Enregistrement vidéo 720p
Wi-Fi 802.11 a/b/g/n/ac
Bluetooth 4.2
Réseaux LTE, HSPA, GSM
Bandes supportées 850 MHz, 900 MHz, 1900 MHz, 2100 MHz, 800 MHz, 1800 MHz, 2600 MHz
NFC Oui
Ports (entrées/sorties) microUSB
Géolocalisation Oui
Batterie 2460 mAh
Dimensions 141,5 x 71,2 x 7,45 mm
Poids 156 grammes
Couleurs Satin Gold, Pure White, Prime Black
Prix 126 euros
Fiche produit

 

Un design premium pour moins de 200 euros

C’est dans un emballage pour le moins kitsh que nous avons reçu l’Alcatel Shine Lite. Le smartphone est protégé par un cadre effet miroir… surtout effet cheap pour être honnête. Autant dire que nous avons été désagréablement surpris en ouvrant la boîte, encore plus une fois le mobile en main.

alcatel-shine-light-2-sur-5

alcatel-shine-light-1-sur-5

Sous ses airs de haut de gamme, grâce à sa robe de verre et de métal, le Shine Lite n’excède pourtant pas les 200 euros. Alcatel est élégant, bien fini et entièrement brillant. Une fois en main, il pèse son poids et on remarque rapidement qu’il est très salissant. Les traces de doigts se multiplient sur le dos du terminal.

Nous avons essayé la version foncée du Shine Lite, l’appareil blanc devrait cependant être moins sujet à ce défaut. La prise en main est désagréable, la faute à des bords un peu trop coupants. Sur une surface plane, il a tendance à glisser.

L’appareil a également un capteur d’empreinte dorsal, ce qui est relativement rare dans les smartphones à moins de 200 euros. La touche de déverrouillage se positionne en haut de la tranche droite. C’est difficile à atteindre avec le pouce. Il aurait été bien plus judicieux d’échanger sa place avec un bouton du volume.

Écran

Même si l’écran est loin de faire des miracles, il se situe entre ses deux principaux concurrents le Honor 5C et le Wiko Ufeel. En plein soleil, la luminosité maximale permet une bonne lisibilité, malgré les reflets.

Dans son utilisation quotidienne, on dénote plusieurs défauts difficilement excusables. Le rétroéclairage n’est pas suffisamment fort pour voir clairement les touches de navigations sensitives de la bande libre sur la partie inférieure de l’écran. En plein jour, ça ne s’arrange pas.

Le tactile n’est quant à lui pas très réactif, on observe un petit temps de latence.

alcatel-shine-light-3-sur-5

Logiciel

Le Shine Lite fonctionne avec Android 6.0 Marshmallow. Mais Alcatel propose également sa propre interface. Celle-ci ne diffère pas beaucoup avec Android, mais embarque quelques applications qui lui sont propres. Sur l’écran de verrouillage, on peut choisir les raccourcis. On retrouve cependant un menu d’applications classique et un panneau de notifications et raccourcis habituel.

alcatel-shine-lite-captures

Performances

La fiche technique n’est pas impressionnante pour un sou. Reposant sur un écran en dalle IPS de 5 pouces, il affiche une définition HD de 1 280 x 720 pixels pour une résolution de 294 ppp. Il compose avec une petite SoC MediaTek MT6737 à 4 cœurs ARM Cortex-A53 cadencés à 1,3 GHz et une puce graphique Mali-T720 MP2. Le Shine Lite propose 2 Go de RAM, 16 Go de stockage en mémoire interne et 128 Go sur microSD.

Point positif cependant, l’appareil ne surchauffe pas, même quand celui-ci tourne à plein régime.

Réseaux

Le Shine Lite propose une connexion Wi-Fi 802.11 b/g/n, le Bluetooth 4.2. et la 4G de catégorie 4 avec 150 / 50 Mbps.

Photographie

Côté photo, on retrouve sans surprise un APN de 13 Mpx à l’arrière avec un autofocus rapide et une ouverture de f/2.2. À l’avant, c’est une caméra 5 Mpx. Les photos ne sont vraiment pas à la hauteur surtout quand on le compare au correct Honor 5C. Le Shine Lite, même en pleine lumière, souffre de nombreux défauts : du bruit, chromatiques capricieux, température discutable, défaut optique ou encore l’absence de détails. Et quand les lumières sont basses, les photos sont simplement illisibles.

Point positif, tout de même, les amateurs d’autoportrait pourront bénéficier d’un flash sur la façade avant.

Autonomie

L’appareil est alimenté par une batterie de 2 460 mAh. Le smartphone d’Alcatel a une autonomie similaire au Wiko Ufeel. Ce n’est pas un record, loin de là, sans pour autant être totalement à côté de la plaque.

Prix et disponibilité

L’Alcatel Shine Lite sera proposé au tarif de 199 € d’ici quelques jours.

Test Alcatel Shine Lite Le verdict

design
5
Le Shine Lite a le physique d'un premium. Cependant, il est très salissant et a tendance à glisser. Sa prise en main n'est pas très agréable et la touche de verrouillage un peu trop haute.
écran
5
L'écran a une bonne luminosité même en plein soleil. Cependant, le rétroéclairage n'est pas suffisant pour les touches de navigation tactiles, qui sont à peine visibles. Le tactile est quant à lui très peu réactif.
logiciel
7
Rien à redire du côté logiciel, le Shine Lite utilise Android 6.0 Marshmallow et sa propre interface assez discrète.
performances
5
Les performances ne sont pas très impressionnantes, même pour un smartphone de moins de 200 euros.
caméra
3
C'est le point noir de l'appareil, c'est son APN. Malgré des configurations semblables à ses principaux concurrents, le résultat n'est pas aussi satisfaisant que ce que propose le Honor 5c, par exemple.
autonomie
6
Il faut charger l'appareil une fois par jour, ce n'est pas exceptionnel, mais reste convenable pour sa gamme.
Note finale du test 5/10
L’Alcatel Shine Lite est une solution qui apporte un air premium au marché des smartphones à petit prix. Cependant, il fait face aux Wiko Ufeel et Honor 5C, un peu moins chers et aux caractéristiques très similaires. Son appareil photo est particulièrement décevant et sa prise en main n'est pas très agréable. Alcatel risque d'avoir beaucoup de mal à s'imposer dans le marché des smartphones à moins de 200 euros.
  • Points positifs
    • Une allure premium
    • Un capteur d'empreintes
    • Ne chauffe pas
  • Points négatifs
    • Appareil photo très médiocre
    • Touches de navigation tactiles peu visibles
    • Tactile peu réactif
    • Glissant et salissant
    • Bordures désagréables