Introduction

Le TomTom Touch est un premier bracelet connecté convaincant du spécialiste du guidage, qui se distingue des concurrents avec quelques fonctions inédites.

TomTom a pris son temps pour faire son entrée sur le marché des trackers d’activités. Avant de se lancer, la marque célèbre pour ses GPS a tenté de se faire une place sur le marché des montres connectées pour sportifs dès 2013. Aujourd’hui confortablement installée, la société entend poursuivre cette success-story avec les bracelets connectés. C’est avec comme premier modèle, le Touch, que TomTom espère affronter les géants Fitbit, Garmin ou encore Misfit. Et si à première vue il ne paraît pas très original, ce Touch propose des fonctionnalités inédites pour un objet d’excellente facture.

Modèle TomTom Touch
BraceletInterchangeable
RevêtementMatière élastomère
EcranOLED
CapteursCapteur de mouvement, cardio-fréquencemètre optique
BatterieAutonomie jusqu'à 5 jours
Étanchéité IPX7 (imperméable et résistant aux éclaboussures)

Un bel écran pour un bracelet personnalisable

Une fois posé sur le poignet, le Touch ressemble à la plupart des autres bracelets connectés, autrement dit assez grossiers avec un bracelet en silicone. Cependant, il a le mérite d’être moins épais que ses concurrents. Un petit plus nettement appréciable au quotidien puisqu’il est plus discret et moins encombrant sans perdre en solidité, un luxe pour ces petits objets connectés.

Un bouton gris à la surface du bracelet permet d’activer les fonctionnalités visibles sur l’écran. Nous retrouvons à l’arrière le capteur de fréquence cardiaque bien entendu, mais aussi un second capteur pour mesurer la composition corporelle.

L’écran tactile est de 5,58 x 22,38 mm et sans équivoque, il s’agit de l’écran proposant la meilleure lisibilité existante actuellement sur le marché des bracelets. Nul besoin de plisser les yeux pour lire ses notifications ou dérouler les fonctionnalités.

Les bracelets sont interchangeables pour apporter un peu plus de style et existent dans plusieurs coloris en dehors du traditionnel noir : rouge corail, bleu azur et violet. Pour obtenir ces petits bracelets, il faut tout de même compter sur bonne trentaine d’euros chacun. Notons par ailleurs que le petit module est un peu difficile à clipser.

Le bracelet peut être facilement attaché autour du poignet grâce à un système de double picot métallique. C’est pratique, mais on ne peut s’empêcher d’avoir la sensation que le bracelet va s’ouvrir. Bref, on n’est jamais trop serein une fois le Touch au poignet.

La composition corporelle

Nous retrouvons les habituelles fonctionnalités liées aux trackers d’activité : il donne l’heure, il fait podomètre, calcule les calories brûlées ou encore la distance effectuée. S’il peut résister aux éclaboussures grâce à la norme IPX7, il ne peut cependant pas être totalement immergé.

Le mode « Sport » permet d’enregistrer vos séances. L’écran permet d’afficher également les notifications comme les appels et les SMS. Malheureusement, il n’embarque pas de puce GPS, un comble pour le numéro un européen du GPS. Il est donc nécessaire d’emmener votre smartphone avec vous si vous souhaitez enregistrer votre itinéraire pendant une course à pied par exemple.

Le TomTom Touch se démarque cependant en proposant la mesure de votre composition corporelle. Il s’agit d’une analyse prenant en compte le pourcentage de masse grasse et de masse musculaire dans les mesures effectuées. C’est une première pour les bracelets connectés puisque cette technologie n’avait été utilisée jusqu’à présent que sur les balances connectées de type Body Cardio. C’est donc une nouveauté.

Pour réveiller l’écran, il est nécessaire d’appuyer brièvement sur la touche grise. Dommage que le Touch n’embarque pas de gyroscope permettant d’effectuer cette tâche lorsqu’on tourne le poignet pour l’orienter vers le visage. C’est d’autant plus regrettable lorsque l’on court, par exemple : des manipulations sont nécessaires pour accéder à ses données sportives. S’il suffit de faire glisser l’index à la surface de l’écran pour accéder aux différentes informations, l’opération est délicate en plein mouvement.

Et l’écran, assez petit finalement, devient vite illisible. Vers le haut, on accède aux éléments suivants : nombre de pas, calories, distance, temps d’activité, temps de sommeil. Vers le bas : lancement d’une activité sportive, calcul de la composition corporelle, rythme cardiaque. Le fonctionnement est simple même si, en alternant affichage vertical et horizontal, le capteur invite parfois à jouer aux contorsionnistes.

L’application 

L’application mobile « Sports », disponible sous Android et iOS remplit son contrat, mais il faut reconnaître que l’interface n’est pas des plus inspirées. Il est facile de naviguer à l’intérieur celle-ci, mais elle manque cruellement de personnalité et de charme pour avoir envie d’y retourner régulièrement. C’est simple, mais clairement pas attrayant.

L’application se découpe en quatre onglets. Le premier, « Plus récent », regroupe toutes les dernières données enregistrées. Il suffit de dérouler pour consulter les dernières informations récoltées par l’appli. En haut, vous trouverez également les mises à jour et la synchronisation avec votre Touch. La partie « Activités » regroupe les statistiques de toutes les activités physiques enregistrées. Le résultat est un graphique qui permet d’étudier sur toute la période de l’effort son rythme cardiaque. Les « Tendances » correspondent aux statistiques comme le nombre de pas quotidiens et hebdomadaires, le poids, le sommeil, etc. Quant au dernier onglet « Gérer », il permet de connaître l’état de la batterie du Touch, de modifier son profil, connaître les mises à jour disponibles et surtout, gérer ses objectifs tels que le nombre de pas par jour, celui de la masse musculaire ou encore du temps passé sur une activité sportive par semaine.

L’expérience 

L’analyse de la composition corporelle est simple, il suffit, bracelet au poignet, de poser son index une dizaine de secondes sur le bouton gris à côté de l’écran. Celle-ci peut nous indiquer les effets de nos activités notamment sportives, sur notre corps ce qui est un excellent moyen pour le suivi sportif et santé.

Ce qui m’a manqué avec ce Touch, c’est que contrairement à d’autres produits du même acabit, il n’y a pas la possibilité de réveiller son écran en tournant le poignet vers son regard. Embarquer un gyroscope est une bonne idée pour avoir en un coup de poignet l’heure et l’accès aux statistiques et autres fonctionnalités. C’est d’autant plus dommage que cette possibilité manque à l’appel puisqu’il est nécessaire de lancer manuellement le bracelet pour lancer l’enregistrement d’une activité sportive. Et oui, là non plus, il ne faut pas compter sur le Touch pour la reconnaissance automatique des activités. Dans le feu de l’action, difficile d’effectuer une manoeuvre aussi délicate.

Enfin, pour chipoter un peu, les notifications d’appels et de messages ne sont pas très réactives et l’analyse du sommeil n’est pas non plus des plus précises. Il faut également faire parfois preuve de patience pour la synchronisation des données vers l’application mobile.

Autonomie

TomTom promet sur le papier jusqu’à cinq jours de suivi. En pratique, le bracelet tient grand maximum trois jours. Ce n’est pas très impressionnant, surtout quand d’autres appareils tout aussi qualitatifs comme le Vivosmart de Garmin peuvent tenir quatre jours d’affilés sans problème.

Prix et disponibilité

Le TomTom Touch est déjà disponible dans le commerce. Son prix de lancement était de 150 euros, mais il est possible de le trouver à un peu moins de 110 euros actuellement.

Note : 7/10

Notre avis

Note finale du test 7/10
Le géant du GPS en Europe propose un premier bracelet connecté qui tient la route et se démarque dans un marché où les marques et les modèles se bousculent. Le TomTom Touch est en effet plutôt agréable à porter pour sa discrétion et son petit volume. Il dispose également du meilleur écran existant dans sa gamme et l’analyse de la composition corporelle. Cependant, il lui manque certaines petites choses que proposent ses principaux concurrents. Son autonomie est décevante et il ne propose pas non plus de gyroscope, un petit bonus qui fait la différence au quotidien. Bref, une entrée honorable, mais sans éclat.
  • Points positifs
    • L'écran
    • Discret
    • L'analyse de la composition corporelle
  • Points négatifs
    • L'autonomie
    • L'absence de GPS
    • Non étanche
    • Pas de gyroscope pour allumer l'écran