iFixit est une référence pour les technophiles, cette équipe américaine décortique les appareils et donne des « notes » de réparabilité. Ces fameuses notes permettent d’estimer la difficulté à réparer – soi-même – un appareil en cas de dysfonctionnement. Aujourd’hui se sont intéressés au HTC One, verdict : 1/10. 

Capture d’écran 2013-03-29 à 11.03.34

Comme vous le savez, le HTC One est conçu avec une seule coque unique d’aluminium, ce que l’on appelle « unibody ». La batterie est donc inaccessible, comme de nombreux appareils « haut de gamme » qui utilisent des matériaux plus nobles comme l’aluminium ou le verre. 

Capture d’écran 2013-03-29 à 11.06.44

En rose : l’amplificateur de puissance multi-bandes. En jaune : Qualcomm PM8921 (gestion d’énergie). En rouge : Qualcomm Snapdragon 600 quad-core à 1,7 GHz . En orange : Samsung KLMBG4GE2A (32 Go de mémoire flash). En bleu : Synaptics (gestion tactile). En vert : Qualcomm MDM9215M (modem 3G/4G).  En noir : les connectiques (WiFi, récepteur FM, Bluetooth 4.0, etc.).

Comme le souligne iFixit, HTC a voulu créer un produit homogène, aucune vis n’est donc apparente. Il faudra utiliser une ventouse pour décoller la vitre et accéder aux vis, en plus d’une source de chaleur pour « fondre » la colle utilisée. Le reste n’a vraiment pas été conçu pour être démonté : rembourrage en mousse, vis irrégulières, blindage en cuivre… les difficultés ont été nombreuses.

Capture d’écran 2013-03-29 à 11.04.06

La fameuse puce « Ultrapixel »

Vous aurez compris, ne vous lancez pas dans un changement de batterie ou dans un remplacement de composant si vous n’êtes pas « sûr » de vous. On vous aura prévenu.

Le démontage iFixit 

Le test du HTC One