Alors que l’on attend la sortie du Galaxy S5 au MWC, c’est un autre visage que présente Samsung dans cette nouvelle qui nous provient de Corée du Sud. Le portrait d’un géant prêt à étouffer les critiques sur les conditions de travail de ses ouvriers. C’est en tout cas ce que rapportent plusieurs quotidiens sud-coréens (ici et ici) : il s’agit (ci-dessous) d’une lettre d’excuse envoyée à Samsung par un site de presse à propos d’un article parlant du film Another Promise, lequel retrace la mort d’une ouvrière après son passage dans les usines de Samsung.

Samsung-autre-face-article-Another-promise

Plus que des excuses envoyées à Samsung, le mail ci-dessus indiquerait également que le directeur d’un quotidien en ligne (Newdaily Biz) a tenté de retirer la publication de l’article. Dans son envoi, le mail a malencontreusement été reçu par des journalistes sud-coréens. C’est ainsi que l’histoire s’est propagée. L’article de la discorde, publié le 5 février, retraçait comment le film “Another Promise” avait réussi à lever des fonds auprès des célébrités et sur les plate-formes de crowdfunding.

Cette fiction retrace le combat de Hwang Sang-ki : sa fille est morte à l’âge de 23 ans d’une leucémie aiguë en 2007. Hwang Yu-Mi travaillait sur les chaînes de semi-conducteurs dans l’usine Samsung de Suwon et était tombée malade après avoir été exposée à des produits chimiques dangereux. Son père s’est alors battu devant les tribunaux pour savoir ce qui était véritablement arrivé à sa fille. En ce qui concerne le film, certains détails ont été changés pour éviter les poursuites judiciaires de la part de Samsung : le nom de l’entreprise devient “Jinsung”. Il a y également le titre Another Promise qui fait directement écho à la campagne commerciale “Another Family” de Samsung. Le thème des travailleurs malades est sensible en Corée du Sud où Samsung détient une influence considérable sur l’État.

another-promise