Nous avons déjà une smartwatch ou des liseuses avec des écrans à encre électronique, alors pourquoi pas des smartphones ? C’est en tout cas ce qui a dû traverser l’esprit d’Onyx, le concepteur du E-Ink Smartphone qui, comme son nom l’indique, est un smartphone disposant d’un seul écran encre.

MIDIA-Ink_phone

Avons-nous affaire à un compétiteur du YotaPhone ? Difficile de comparer les deux terminaux : le concurrent russe dispose de deux écrans, un normal et un écran à encre électronique. D’après les photos d’Engadget, le projet InkPhone est en tout cas arrivé à maturité. Il s’agit donc d’un smartphone présentant un écran e-Ink grand de 4,3 pouces (d’une définition de 480 x 800 pixels), disposant d’un processeur Rockchip cadencé à 1 GHz couplé à 512 Mo de RAM. C’est Android 2.3 Gingerbread qui gérera le terminal. Tandis que les écrans « conventionnels » mettent à l’épreuve les ressources des terminaux, un écran e-Ink ne tirera pas autant sur la fluidité du téléphone. C’est en tout cas ce que l’on peut supposer.

Le E Ink Smartphone est fabriqué en Asie et sera distribué en Pologne et Allemagne sous le nom de MIDIA InkPhone pour un prix de 140 euros. Gros point noir : le terminal devrait souffrir de quelques problèmes de compatibilité avec les applications (et leurs animations). En outre, le smartphone ne devrait pas pouvoir accéder à Google Play.

Reste l’argument « ultime » : avec une batterie de 1 800 mAh, le fabricant Onyx affirme que son smartphone tiendra ses deux semaines d’autonomie. Avons-nous là un survival phone, fait pour endurer un long périple là où il n’y a aucune prise de courant ? On peut en douter : l’expérience fournie par le InkPhone se situe à mi-chemin entre le smartphone et la liseuse.