L’église Saint-François de Molitor à Paris révolutionne sa quête : il est désormais possible d’offrir un don en CB par paiement sans contact.

Tout est amené à évoluer pour correspondre à son temps. Même les plus vieilles traditions se doivent de suivre les habitudes de vie contemporaine pour survivre.

C’est en tout cas ce que semble indiquer une annonce étonnante, mais pas dénuée de sens du journal Le Parisien : l’église Saint-François de Molitor, à Paris, se met désormais au paiement sans contact lors de la quête.

La quête passe aux paiements sans contact

Nos cartes bancaires sont aujourd’hui massivement passées aux paiements sans contact, et les pièces de monnaie se font de plus en plus rares dans les poches des paroissiens. Consciente de cela, l’église a voulu leur faciliter la tâche.

Cinq nouveaux paniers en osier passeront dans les rangs de l’église dès dimanche. Ceux-ci cachent un smartphone équipé d’un scanner sans contact. L’écran du smartphone permet de sélectionner le montant du don, avant naturellement de passer sa carte sur la zone sans contact.

Technologiquement parlant, une fois la quête passée, les informations contenues par le lecteur sont ensuite envoyées sur un serveur distant traitant les données bancaires. Les comptes seront ainsi débités au maximum un jour après. Ces paniers « 2.0 » ne remplacent toutefois pas les paniers traditionnels, mais s’y additionnent.

Ne pas bousculer les vieilles habitudes

Ce changement est présenté au journal par Christophe Rousselot, directeur du développement des ressources financières au diocèse de Paris. Il a été développé avec Actoll, une PME située dans l’Isère. Il rassure : « jamais la paroisse et les prêtres n’auront connaissance du nom des gens qui ont donné ».

L’homme met en avant que le but de ces paniers est bien évidemment que « ça aille le plus vite possible ». C’est d’ailleurs dans l’optique de ne pas bousculer les vieilles habitudes des paroissiens que l’idée du panier a été conservée, quand bien même la technologie est loin d’en avoir besoin.

Le père Didier Duverne y voit plutôt une nouveauté ludique, mais aussi pratique. Fin limier de l’avenir, il pressent comme beaucoup d’analystes la fin de la monnaie.

« L’intérêt n’est pas économique »

Lancée avec un montant minimal de don à 2 euros, et maximum de 10 euros, la solution n’est pas déployée, selon le curé de Saint-François Molitor, par intérêt économique. Rappelons qu’avec la fin des commissions interbancaires fixes, les frais fixes liés à l’utilisation du paiement sans contact ont été supprimés. Restent certaines taxes s’élevant d’ordre général à environ 0,2 % du montant de la transaction.

Pour le directeur du développement des ressources financières, c’est tout simple : « l’Église n’a aucune raison de ne pas monter dans le train de la modernité ». Le Vatican pourrait bien s’en inspirer à l’avenir.

Il faut dire que le paiement sans contact se développe de plus en plus, particulièrement sur mobile. Nos appareils sont après tout pressentis comme nos futures cartes bancaires, que ce soit sous iOS (avec Apple Pay) ou Android (avec Google Pay).