Les voitures électriques deviennent encore plus propres que les thermiques grâce à cette nouvelle usine en Europe

 

L’entreprise américaine Ascend Elements s’est associé avec la firme polonaise Elemental Strategic Metals afin de lancer une activité de recyclage de batteries de voitures électriques en Europe. L’usine devrait être totalement opérationnelle dès cette année.

Les voitures électriques sont nettement plus propres que les autos thermiques, cela a récemment été prouvé, une fois encore. Cependant, il est vrai qu’elles ne sont pas irréprochables non plus, même si les choses évoluent dans le bon sens au fil des années.

Une nouvelle usine de recyclage

En effet, les batteries deviennent plus propres, en utilisant moins de lithium avec le développement de la batterie au sodium, mais ce n’est pas tout. Le recyclage des accumulateurs usagés est un aspect également très important à prendre en compte, alors que ce dernier ne cesse de progresser au fil des années. De plus en plus de constructeurs s’en préoccupent, de même que des entreprises spécialisées dans le domaine. Et une en particulier fait parler d’elle en ce moment.

Il s’agit de la firme américaine Ascend Elements, encore méconnue en Europe, mais qui devrait s’y faire une plus grande au fil des années. Car cette dernière vient tout juste de s’associer avec l’entreprise Elemental Strategic Metals basée en Pologne. Le but ? Créer une joint-venture entre les deux partenaires, afin de construire une usine dédiée au recyclage des batteries de voitures électriques usagées dans le pays d’Europe de l’Est. Le communiqué tout juste publié indique que ce site sera implanté à Zawiercie, au nord de Cracovie. Il devrait commencer à être opérationnel dès cette année.

Comme l’explique le site Automotive News Europe, l’usine devrait recevoir les premières batteries à revaloriser au cours des deux prochains mois. En revanche, elle devrait atteindre sa capacité maximale à partir de l’an prochain seulement, échéance à laquelle elle deviendra rentable pour la co-entreprise. Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’elle affiche de très grandes ambitions, avec pas moins de 12 000 tonnes de lithium extraites par an, ce qui équivaut à 28 000 batteries recyclées.

Mais ces chiffres devraient être revus à la hausse au cours des prochaines années, tandis que l’entreprise prévoit également de construire une autre usine en Allemagne. La localisation exacte n’a pas encore été annoncée pour le moment. Cette dernière serait en mesure de recycler 25 000 tonnes de batteries par an, ce qui équivaut peu ou prou à 58 000 voitures électriques. De quoi aider à contrer le risque de pénurie de lithium, d’autant plus que de nombreux gisements ont été découverts au cours des dernières années.

Des voitures électriques plus propres

La nouvelle joint-venture américano-polonaise sera chargée de démonter et revaloriser les batteries usagées et qui ne peuvent pas être réutilisées dans d’autres voitures électriques. C’est notamment le cas de celles dont la capacité est descendue sous la barre des 80 %, ou qui ont été trop fortement endommagées à la suite d’un accident par exemple. Les matériaux tels que le lithium, le cobalt ou encore le manganèse et le cuivre seront récupérés et recyclés. Ils composeront la black mass, une poudre noire obtenue en broyant tous ces éléments.

Cette dernière est ensuite valorisée afin de créer de nouveaux matériaux, qui seront à nouveau utilisés pour fabriquer d’autres batteries. De quoi rendre les voitures électriques encore plus propres, alors que les accumulateurs font partie des éléments les plus polluants. Il faut savoir que l’Union européenne veut mettre l’accent sur le recyclage, puisqu’à partir de 2030, tous les constructeurs devront préciser la quantité d’éléments recyclés dans les packs de leurs autos zéro-émission (à l’échappement). La nouvelle usine de AE Elemental devrait donc aider ces derniers au cours des prochaines années.

L’entreprise serait en mesure de recycler les batteries à 99 %, ce qui est bien mieux que ce dont est capable Tesla, qui valorise les siennes à 92 % selon un rapport datant de 2021. Une usine construite par Suez et Eramet va également voir le jour en France dès 2027, tandis que l’Europe imposera à partir de cette date un recyclage de 90 % du cobalt, du cuivre et du nickel. Un chiffre qui sera de seulement 50 % pour le lithium. À noter que Mercedes veut atteindre les 96 %, et que Volkswagen annonce pouvoir revaloriser des accumulateurs à l’infini, ou presque.


Utilisez-vous Google News (Actualités en France) ? Vous pouvez suivre vos médias favoris. Suivez Frandroid sur Google News (et Numerama).