Google a profité des correctifs de sécurité de février pour corriger une faille qui permettait d’exécuter du code à distance sur les processeurs Qualcomm.

Le patch correctif de sécurité du mois de février pour Android corrige de nombreuses vulnérabilités, certaines plus importantes que d’autres. En effet, le pilote de la puce dédiée au chiffrement dans les processeurs Qualcomm connait une faille qui permet d’exécuter du code à distance.

Des failles dangereuses mais inexploitées

À la connaissance de Google, aucune exploitation de cette faille n’a été constaté auprès des consommateurs. Mais elle peut nuire à de nombreux appareils récents. C’est pourquoi l’on espère que les constructeurs déploieront rapidement ce correctif sur les appareils concernés.

D’autres failles, critiques ou modérées, ont également été colmatées. Ces derniers concernent de nombreux composants comme les puces graphiques Nvidia ou encore les écrans HTC.

Télécharger la mise à jour

Pour l’instant, seuls Google et Blackberry proposent ces correctifs. Pour le dernier, il suffit de vérifier si de nouvelles mises à jour sont disponibles dans l’onglet adéquat des paramètres. Les possesseurs d’un appareil « Made with » ou « Made by » Google (Pixel et Nexus), peuvent télécharger l’OTA depuis le site de Google.

À lire sur FrAndroid : Android 7.0 Nougat : la liste des terminaux mis à jour