L’association Halte à l’obsolescence programmée (HOP) porte plainte contre Apple après avoir appris que l’entreprise bridait volontairement ses anciens iPhone.

Apple est dans la tourmente. Enfin, non, il serait quelque peu exagéré de dire cela. Mais la firme est la cible de nombreuses critiques depuis que le fondateur de Geekbench s’est penché sur d’anciens modèles d’iPhone et a remarqué que l’âge de la batterie avait un impact sur les performances du téléphone.

Apple n’a pas nié, bien au contraire. La Pomme a expliqué qu’elle bridait ses anciens iPhone lorsque la batterie était trop vieille afin de mieux les préserver — et allonger leur durée de vie — au détriment de la rapidité des appareils. Un discours qui n’a pas convaincu tout le monde et après que des Américains ont porté plainte contre l’entreprise, une association française a, à son tour, saisi la justice.

L’association en question s’appelle Halte à l’obsolescence programmée (HOP). Elle a déposé plainte auprès du Procureur de la République contre Apple pour « obsolescence programmée » — tel que ce délit punissable de deux ans et 300 000 euros d’amende est décrit par l’article L213-4-1 du Code de la consommation — et tromperie. La plainte invoque également tout autre chef d’accusation « que l’enquête diligentée permettra d’identifier » et est aussi portée « contre tout autre auteur ou complice de ces infractions ».

La parole d’Apple contre celle de HOP

Laetitia Vasseur, cofondatrice de l’association HOP affirme que « tout est orchestré pour contraindre les consommateurs à renouveler leurs smartphones. Or, à plus de 1 200€ le téléphone, soit plus d’un SMIC, ces pratiques sont inacceptables et ne peuvent rester impunies. C’est notre mission de défendre les consommateurs et l’environnement face à ce gaspillage organisé par Apple ».

Ainsi, pour résumer brièvement, Apple explique sa démarche par une volonté d’allonger la durée de vie de ses iPhone tandis que, au contraire, HOP l’accuse de vouloir accélérer leur vieillissement. Si la firme de Cupertino saura sans doute faire valoir ses arguments, elle aura peut-être plus de difficulté à justifier pourquoi elle n’a pas informé ses consommateurs plus tôt au lieu d’attendre les révélation de Geekbench pour se fendre d’un communiqué.

Une erreur dans la plainte

Pour rappel, Apple avait expliqué que certains de ses vieux modèles s’éteignaient parfois brusquement et que ce désagrément était imputable à la vieillesse des batteries lithium-ion — ces batteries se dégradent forcément avec le temps. Le bridage des anciens iPhone permettrait donc d’éviter ce problème. Sur ce point, HOP écrit que « l’arrêt inopiné d’au moins 4 modèles d ’iPhone (SE, 6, 6S et 7) n’est pas un problème qui a été soulevé par les consommateurs (contrairement au ralentissement) ».

Or, en cela, l’association commet une imprécision puisque ce souci était bien connu, au moins sur les iPhone 6 et 6S qui ont reçu une mise à jour logicielle pour y remédier.

La plainte de HOP est consultable ici. En plus des États-Unis et de la France, une plainte a également été portée en Israël.