Tout d’abord, vous devez le prononcer « wah-way » même si les locaux prononcent « rua-rway ». Deuxièmement, c’est une société chinoise de téléphonie mobile gigantesque qui est arrivée dans nos contrées depuis plusieurs années. Huawei cherche à offrir une gamme de téléphones très large, ce qui semble être la stratégie du « rouleau compresseur » de Samsung.

huawei-frandroid

Nous avons rencontré Denis Morel, Vice-président de Huawei Device France. Cet interview vous permettra de mieux connaître ce géant de la téléphonie.

Pouvez-vous, en quelques mots nous présenter votre entreprise ?

Capture d’écran 2013-05-17 à 17.11.09

« Huawei est une entreprise chinoise qui fait un chiffre d’affaire de 35 milliards de dollars (2012). Elle est créditée de la deuxième place du marché des ICT, c’est-à-dire l’ensemble des industriels télécom. Nous avons trois grandes activités. D’abord une activité réseau, sur laquelle nous avons une position très forte notamment sur la 4G. Une activité entreprise avec des produits destinés aux grandes entreprises et aux PME. Et enfin une activité «B to C» (Business à Consommateur) qui a pour objectif de commercialiser des terminaux mobiles et mobile Wi-Fi (routeurs, clés 3G et 4G) ainsi que l’ensemble des produits “home” dont les tablettes et les boxs. Sur cette dernière activité, nous sommes crédités en 2012 de la troisième place (derrière Samsung et Apple) sur le marché mondial avec une part de marché proche des 5 %. C’est une société relativement jeune puisqu’elle n’a que 25 ans mais qui a bénéficié d’une croissance très forte. Nous avons à peu près 150 000 employés dont 46 % travaillent en R&D. C’est donc vraiment une société portée sur l’innovation, chose que vous aviez dû constater lors du Mobile world congress et le CES 2013. Nous avons annoncé deux produits, en prenant une longueur d’avance sur deux grands segments. Il s’agit du Mate, le plus grand smartphone annoncé à Las Vegas, et plus récemment, le Ascend P2, smartphone le plus rapide, annoncé à Barcelone. »

android-huawei-ascend-P2-mini-image-0

Huawei P2

Dans l’esprit commun, Huawei est une entreprise assez récente alors que vous êtes présent en France depuis quelques années déjà. Vous avez beaucoup travaillé avec les opérateurs avec des produits sous marque blanche. Comment cela se déroulait-il ?

« On peut dire que l’activité qui a permis à Huawei de se développer, c’est celle-ci. C’est-à-dire travailler directement avec les opérateurs pour sortir des produits sous leur marque. Il y a deux ans, la décision a été prise de lancer des produits sous la marque Huawei. L’année dernière, nous avons lancé sur le marché français trois produits, notamment le Honor, le G300 et en toute fin d’année, l’Ascend P1. Cette année, nous avons décidé d’accélérer le lancement des produits sous notre marque en restant sur des segments milieu et haut de gamme. Nous continuons toutefois à travailler avec les opérateurs. Ceci ayant pour objectif de développer notre marque en France. »

Huawei Ascend Mate

Huawei Ascend Mate

Huawei bénéficie de parts de marchés importantes en France. Mais qu’en est-il de la notoriété de la marque, qui reste encore peu connue du public ?

« Les futurs produits que nous allons lancer cette année vont faire l’objet d’une véritable campagne de communication. Nous sommes partenaires du film Iron Man 3. Nous allons profiter du lancement de ce film pour annoncer les produits au cinéma à travers des spots publicitaires pendant tout le mois de mai. Nous poursuivrons cette campagne sur le web pendant le mois de juin. Et comme le P2 est annoncé sur le marché français avec Orange, nous ferons une campagne cobrandée avec l’opérateur. »

Comment comptez-vous vous différencier des autres constructeurs chinois à l’instar de ZTE, qui sont très offensifs et qui ne cessent de monter en gamme ?

« Il y a beaucoup de choses qui nous différencient. D’abord, nous couvrons l’ensemble du end-to-end du marché des télécoms, notamment sur la 4G où on est fournisseur de réseau, de solution et de terminaux. Nous avons également une gamme que je juge plus large que celle de nos concurrents chinois sur les devices. Et enfin, nous avons vraiment pris la décision d’innover sur des segments de très forte valeur ajoutée et surtout de développer la marque, ce qui n’est pas forcément le cas de nos concurrents. »

Au-delà du display cinéma et la publicité sur Internet, avez-vous d’autres opérations pour améliorer votre notoriété ?

« Oui, notamment avec des spots qui passeront à la télévision et qui mettront en scène des personnes tentant de prononcer le nom de la marque. Nous avons voulu jouer sur la phonétique en associant le “Hua” et le “Wei” qui symbolisent l’étonnement, la surprise et le désire d’avoir le produit entre les mains. »

Au sujet de la 4G, avez-vous des partenariats avec des opérateurs? Et avec travaillez-vous pour développer le réseau ?

« En termes de devices, nous travaillons avec l’ensemble des opérateurs. Nous avons fourni l’Ascend P2, qui dispose d’un processeur Silicon “maison”, qui lui permet d’être le plus rapide aujourd’hui sur le marché. Il offre un débit de téléchargement allant jusqu’à 150 Mégabites puisqu’il est compatible avec la LTE de catégorie 4. Voilà pourquoi nous avons décidé de s’associer à Orange pour le lancement du P2, puisque c’est le premier réseau à propose cette catégorie du réseau. Toutefois, nous sommes actuellement partenaire en équipement LTE 4G de Bouygues Telecom et de SFR. »

Huawei Ascend P1

Huawei Ascend P1

Où et comment vos produits sont-ils conçus ? Existe-t-il un partenariat avec d’autres pays ?

« Le centre de R&D est basé en Chine, à Shanghai. Nous avons également des antennes un peu partout dans le monde, notamment en termes de design. Nous essayons de répondre au mieux aux attentes de chaque marché puisque les besoins sont différents d’une région à l’autre. Les téléphones sont conçus et fabriqués en Chine comme la grande majorité des terminaux dans le monde. »

Le cadre d’un programme que vous avez lancé l’année dernière, le programme “Try and trust”, vous avez fourni un certain nombre de téléphones à des utilisateurs. Quel a été le retour de cette expérience ?

« L’objectif principal de ce programme était de rassurer. L’expérience fut un succès puisque la demande a été plus forte que l’offre avec plus de 14 000 demandes. Au final, le produit qui a été plébiscité c’est l’Ascend P1. 40 % des participants ont souhaité l’acheter à la fin du programme. Nous avons également eu énormément de bons retours avec des notes excellentes, qui finalement ont été référencées sur des sites de vente en ligne. Cette expérience a aidé à démocratiser les produits Huawei. »

Des surprises pour l’année 2013 ?

« Nous avons déjà annoncé deux beaux produits : l’Ascend Mate et l’Ascend P2. Et puis, il faut rester optimiste. Nous aurons peut-être quelque chose de nouveau d’ici la fin de l’année. »