Fujitsu continue d’innover en annonçant un nouveau protocole de transfert sans fil fonctionnant sur la bande 300 GHz. Les débits annoncés de plusieurs dizaines de Gbps sont impressionnants et permettraient de transférer de manière quasi instantanée des vidéos 4K et 8K vers un appareil mobile.

fujitsu_logo

Fujitsu a dans ses cartons de beaux projets. On se souvient en effet en mars dernier de la solution de refroidissement inédite pour le monde mobile avec une chambre à vapeur et des caloducs ou encore son smartphone disposant d’un capteur de reconnaissance d’iris. Cette fois-ci, Fujitsu a dévoilé une nouvelle technologie de transfert des données sans fil. Celle-ci n’a pas encore de nom commercial, mais repose sur la bande des 300 GHz afin de disposer d’un débit impressionnant. En effet, Fujitsu annonce des débits de l’ordre de plusieurs dizaines de Gbps, ce qui se traduirait, dans les faits, par une vitesse d’au moins 1 Go/s. À titre de comparaison, la mémoire flash UFS 2.0 de Samsung intégrée dans les derniers Galaxy S6 ne parvient pas à dépasser les 300 Mo/s en lecture. Fujitsu prépare toutefois l’avenir, puisque son système permettrait de transférer des vidéos 4K et 8K de manière quasi instantanée.

 

Un transfert entre deux smartphones

L’idée est  de stocker des fichiers très volumineux (comme des films ou des mises à jour) dans une borne et de permettre aux mobinautes de s’approcher de cette dernière pour profiter de la connexion à 300 GHz pour récupérer rapidement le contenu. La difficulté pour Fujitsu a été de créer un receveur miniature pour qu’il puisse être facilement intégré à des smartphones sans faire sortir d’antenne externe. La société a réussi à miniaturiser le receveur puisqu’il ne fait plus que 0,75 centimètre cube, une belle performance. Par la suite, Fujitsu souhaite pouvoir intégrer les transmetteurs au sein des smartphones afin d’imaginer deux autres scénarios : un échange de données ultra rapide entre deux terminaux ou la sauvegarde complète de son smartphone ou de sa tablette vers un serveur, qu’on pourrait installer chez soi.

La commercialisation de cette technologie est prévue pour 2020 avec des tests sur le terrain dès cette année. Il faudra néanmoins que la vitesse de la mémoire flash évolue d’ici là, afin de pouvoir profiter pleinement de cette future technologie.