« À peine sortie, la nouvelle génération de console est déjà dépassée ». Si vous êtes un ardent défenseur des consoles et que vous avez des joueurs PC dans votre entourage, vous avez déjà certainement entendu cette phrase auparavant. Désormais, apprêtez-vous à l’entendre également de la part de ceux qui jouent… sur mobile.

ARM-roadmap-ps4-xbox-one-2017

Cette semaine à Amsterdam s’est déroulé la Casual Connect, un évènement autour du jeu « casual ». C’était l’occasion pour Nizar Romdan, directeur de l’écosystème ARM, de discuter du futur des puces mobiles, et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il s’attend à une belle progression d’ici les prochains mois.

Selon lui, les puces actuellement en cours de conception en partenariat avec NVIDIA, Samsung et Texas Instruments seront capables de générer des graphismes aussi développés que nos consoles actuelles d’ici la fin 2017. Aussi, un simple smartphone ou une tablette pourrait rivaliser avec la PS4 ou la Xbox One et proposer des jeux similaires d’ici un peu moins de deux ans.

Un marché de niche

Malgré tout, cela ne veut pas dire que nos appareils nomades deviendront de véritables consoles de jeu. Il est important de rappeler que les puces ARM sont capables d’égaliser la puissance graphique d’une Xbox 360 ou d’une PS3 depuis 2013, et le nombre de jeux en tirant réellement parti ne sont pas nombreux, sans compter le fait qu’il s’agit en général de petites productions, très loin d’un The Last of Us ou d’un Gears of War.

À peine profitons-nous actuellement de titres dignes de la PS2 et de la Xbox première du nom. La faute en grande partie aux contrôles, très difficiles à adapter au tactile, à une puissance de calcul moins élevée et à une question d’autonomie évidente. Aussi, pour retrouver une telle qualité avec un SoC ARM, il faut se tourner vers une autre console de salon, la Nvidia Shield TV, capable de faire tourner nativement des jeux tels que Portal ou Metal Gear Rising Revengeance.

La VR au secours du jeu mobile

Là où cette nouvelle puissance va se montrer intéressante, c’est dans le contenu en réalité virtuelle. Entre Samsung avec son Gear VR et Google qui s’apprêterait à lancer un casque entièrement autonome en plus de son nouveau Cardboard, certains pourraient y voir là une plateforme beaucoup plus intéressante que les appareils comme le PlayStation VR (prévu pour cet automne), qui risquent de rapidement être limités techniquement par rapport à la concurrence. Par ailleurs, le problème des contrôles disparaît avec ce format. Selon Digi-Capital, le marché de la VR mobile pourrait générer 15 milliards de dollars d’ici 2020, ce qui laisse encore une belle marge de progression.