La commission européenne a annoncé dans un communiqué de presse que, dès septembre prochain, Google n’affichera plus qu’un jeu est gratuit dès lors qu’il contient des achats in-app.

gemmes clash of clans

C’est une petite révolution qui se prépare du côté du Play Store. La commission européenne se penche en effet depuis plusieurs mois déjà sur des solutions législatives permettant de mieux informer et protéger les consommateurs d’applications dotées d’achats in-app. Dans un communiqué de presse publié vendredi dernier, la commission européenne a annoncé qu’elle avait demandée en décembre dernier à Apple, Google et à la Fédération européenne des logiciels de loisirs une série de mesures à appliquer sur les boutiques en lignes. Les voici :

  • les jeux annoncés comme «gratuits» n’induisent pas le consommateur en erreur quant aux coûts réels impliqués;
  • les jeux n’encouragent pas directement les enfants à acheter des applications intégrées dans un jeu ou ne persuadent pas un adulte d’en acheter pour eux;
  • les consommateurs soient dûment informés des modalités de paiement et les achats ne soient pas débités au travers de paramètres par défaut sans le consentement exprès des consommateurs;
  • les sites de vente indiquent une adresse de courriel pour que les consommateurs puissent les contacter s’ils veulent poser une question ou se plaindre.

Google a été le premier à réagir, puisque la commission européenne indique en effet qu’en septembre prochain le Play Store n’affichera plus le terme « gratuit » sur les jeux qui disposent d’achats in-app. Google va également surveiller plus étroitement ce type d’applications :

« Il s’agit notamment de ne pas utiliser le mot «gratuit» lorsque les jeux intègrent des achats d’applications, d’élaborer des lignes directrices ciblées pour les créateurs d’applications afin d’empêcher les incitations directement adressées aux enfants, telles que définies par la législation de l’Union, et d’adopter un calendrier de mesures visant à contrôler les cas apparents de violation du droit européen de la consommation. Google a également adapté ses paramètres par défaut, de sorte que les paiements soient autorisés avant chaque achat d’application intégrée dans un jeu, sauf si le consommateur choisit de modifier ces paramètres. »

Google semble donc vouloir afficher plus clairement les jeux freemium ou free to play dans sa boutique. Mais on ne sait pas encore si cette mesure touchera également les applications gratuites dotées d’achats in-app mais qui ne sont pas des jeux.

Dans ce même communiqué, la Commission européenne regrette qu’Apple n’ait pas encore donné de réponse claire à ce sujet. Contactée par le site américain Engadget, la marque pommée pense que iOS propose déjà suffisamment d’informations et de protections pour indiquer la présence d’achats in-app inopinés et précise que le système de contrôle des protections « va bien plus loin que les autres acteurs du marché ».