Lorsqu’on casse l’écran de son mobile, et après que des larmes de sang ont coulé le long de nos joues, il faut se mettre en quête d’une solution pour réparer l’outrage qu’il a subi. Pour beaucoup, cela passe par des négociations avec l’opérateur, le constructeur ou l’assurance. Pour d’autres, exclus de garanties, il faut avoir recours à un réparateur agréé ou tenter sa chance dans une boutique dont la devanture indique seulement « réparations smartphones » et où cinq carcasses de produits Apple sont exposées sur le comptoir, les vis à l’air.

Article co-écrit avec Romain Challand

Ecran cassé

La solution : do it yourself

Mais si l’on sait se servir de ses dix doigts, il y a peut-être une solution maison qui permet de réaliser quelques économies supplémentaires. Pour cela, nous avons passé commande de deux écrans pour nos cobayes du jour, un Wiko Cink Five et un Nexus 5, auxquels on espérait redonner fière allure. Concernant le mobile de Wiko, la construction et le standing de l’appareil ont permis de n’avoir à commander qu’une vitre, tandis que le Nexus 5 nécessite de changer l’intégralité du bloc-écran.

Direction Amazon donc, où l’on trouve les produits recherchés assez facilement. Nous avons tout de même jeté un œil aux avis de consommateurs pour ne pas nous retrouver avec un écran qui ne convient pas, ou tout simplement ne jamais recevoir notre commande. Après avoir farfouillé dans les abîmes du site, nous commandons un écran de Cink Five pour 16,90 euros, tandis que le bloc-écran du Nexus 5 est trouvable pour des tarifs un peu plus variés : de 70 à plus de 100 euros. Le fournisseur que nous avons choisi nous le facture moins de 90 euros.

ecran nexus 5 amazon

Un module d’affichage pour Nexus 5 sur Amazon.

Dans le doute, nous avons préalablement contacté le SAV des deux marques de téléphones pour savoir combien il nous en coûterait officiellement. Les différents réparateurs entrevus nous proposaient des tarifs très variés. Pour le Wiko, il fallait passer par le SAV de la marque qui nous proposait un remplacement pour un tarif compris entre 50 et 60 euros (hors frais d’envoi), ce qui est finalement plutôt cher quand on s’aperçoit qu’il n’y a qu’une vitre à changer. Pour le Nexus 5, les tarifs ont varié de 180 euros, en passant par le réparateur agréé par LG, à 110 euros dans une boutique de réparation lambda (et, avouons-le, un peu douteuse) trouvée à proximité de Gare du Nord, à Paris. En réparant nous-mêmes l’écran de nos smartphones, l’objectif était de compresser au maximum la facture, sans avoir à payer la main d’œuvre, et en réalisant ainsi environ 30 euros d’économies supplémentaires sur le Cink Five, et au moins 20 euros (si ce n’est 80, en passant par le SAV) sur le Nexus 5.

DSC06359

Pour moins de 20 euros, il est possible de trouver un écran de Wiko Cink Five avec quelques outils.

Après quelques jours d’attente, bonne nouvelle, les colis sont reçus, sans aucune casse à déplorer. Le bloc-écran du Nexus 5 a mis quelques jours à se frayer un chemin jusqu’à nos locaux, tandis que celui du Cink Five était au pas de la porte dès le lendemain. Les produits sont emballés dans du papier bulle, et un petit kit de réparation est proposé avec le tout. Tournevis cruciforme, tournevis plat, ventouse et divers objets pour soulever et se glisser à travers le smartphone font partie du package.

 

Wiko Cink Five : la réparation facile

Tel un professeur énervé avec ses lunettes visées sur le nez, Gaël nous isole dans la salle de réunion, et je n’aurais pas donné cher de ma peau si je n’avais pas aperçu les smartphones déjà installés et prêt à être démontés. Ouf, c’est pour réparer que nous sommes là. Nous ne sommes pas des spécialistes de la réparation et nous avons opté pour la méthode la plus empirique qui soit : nous avons lancé l’un des innombrables tutoriels de remplacement d’écran trouvés sur YouTube et nous avons suivi les conseils de notre guide virtuel pas à pas. À moins d’être atteint de la maladie de Parkinson ou d’avoir de sérieux problèmes d’attention, le procédé de réparation n’est vraiment pas compliqué.

DSC06361

Le démontage du Wiko Cink Five est très facile.

Nous commençons par celui qui semble être le plus simple, le Wiko Cink Five. Il faut commencer par retirer la coque arrière et la batterie, amovibles toutes deux, puis enlever les 10 vis qui maintiennent la carlingue de l’appareil. Après cela, avec un tournevis aimanté très pratique, on peut retirer le cache en faisant levier avec les outils fournis dans le kit de réparation. Le mobile dévoile ses rouages et l’on a accès aux cartes et aux composants. Mais nul besoin d’y toucher. Il faut simplement faire levier sur la nappe qui relie la carte mère à la dalle tactile pour la déconnecter et la faire glisser lors du changement de vitre. Ensuite, on peut insérer un des leviers entre le contour en plastique de l’écran et la vitre afin de la décoller. Après avoir passé un coup de sèche-cheveux sur les contours de l’écran et en forçant légèrement, la colle finit par se détacher et l’écran vient assez facilement. Pour s’éviter d’avoir un futur écran qui se décolle, nous replaçons les restes de bandes adhésives et il ne reste plus qu’à placer la nouvelle vitre en faisant passer la languette par l’interstice prévu à cet effet.

DSC06366

Une fois les coques internes retirées, il suffit de trouver la nappe reliant l’écran à la carte mère.

 

DSC06370

La nappe en question à détacher.

DSC06373

Un petit coup de sèche-cheveux pour faire fondre la colle permet de décoller facilement l’écran.

DSC06374

L’étape la plus simple : le décollage de l’ancienne vitre.

On reconnecte ensuite la dalle tactile à la carte mère, et il ne reste plus qu’à replacer les dix vis sur le cache de protection à l’arrière. On enfile la batterie et on remet la coque. Verdict : en trente minutes, la vitre du Wiko Cink Five est changée et fonctionne parfaitement. Attention tout de même, rien ne nous dit que cette vitre est certifiée et qu’elle est aussi résistante que l’était celle d’origine. Toutefois, nous n’avons pas noté de changement de couleur notable, de dégradation de la qualité de l’écran ou de baisse de luminosité de la part de ce nouvel affichage. Pour combien de temps encore ?

DSC06385

Hop ! Un écran comme neuf.

Nexus 5 : les mains dans le cambouis

Pour le Nexus 5, on sent tout de suite que la tâche va être beaucoup compliquée, la durée de l’opération plus longue, et les risques plus importants. Mais à cœur vaillant, rien d’impossible. La première difficulté provient du démontage de la coque arrière, inamovible sur le Nexus. Nous commençons par la retirer en faisant glisser un objet très fin (le bout de plastique en forme de médiator) dans la séparation de la coque et du bloc-écran. Vous pouvez faire glisser l’objet tout le long du mobile afin de décoller cette coque, mais veillez à ne pas trop forcer pour ne pas faire sauter les bouts de plastique (comme nous) qui permettent de clipser correctement cette coque. Pour faciliter l’opération, et puisqu’il y a un peu de colle, il est possible de passer un coup de sèche-cheveux sur la coque avant de tenter de la décoller. Attention toutefois, veillez bien à ne chauffer que les bords du téléphone. La batterie et les composants ne sont pas genre à apprécier les coups de chaud. Une fois la coque retirée, on commence à apercevoir les entrailles du mobile.

DSC06391

Le module d’affichage neuf à côté du module cassé.

DSC06398

Première partie délicate : retirer la coque du Nexus 5 sans la casser.

DSC06401

Une fois la coque enlevée, il faut maintenant retirer tous les composants un à un.

On peut alors commencer à retirer le cache de la partie supérieure. On se munit du petit tournevis cruciforme et on retire les vis qui tiennent la carcasse en place. Il suffit ensuite de faire un peu levier sur ce cache (un renfoncement est prévu à cet effet à gauche) pour qu’il accepte de se désolidariser et nous montre les composants qui se tapissent en dessous. Si vous ne l’aviez pas encore deviné, il va d’ailleurs falloir tous les retirer un à un. C’est fastidieux, mais la tâche est moins compliquée qu’il n’y paraît. L’architecture du mobile est conçue de manière ingénieuse, et on comprend mieux comment ce type de produit est facilement assemblé par des petites mains dans des usines. Une fois de plus, on peut faire levier sur toutes les petites nappes (appareil photo frontal, appareil dorsal, batterie), afin de les désolidariser de la carte mère, ainsi que sur la grande nappe qui passe par dessus la batterie pour relier le haut et le bas du mobile. De chaque côté de la batterie, on trouve également un câble (noir d’un côté, et blanc de l’autre qui correspondent à diverses antennes) qui est relié à la partie supérieure de l’appareil. Il faut aussi faire levier sur le bout pour qu’il se décroche de la carte mère. N’ayez crainte, c’est sans risque.

DSC06405

On commence par enlever tous les caches internes du téléphone. Certaines vis disposent de scellés de garantie, qui rompent la garantie du téléphone s’ils sont ôtés.

DSC06406

Quelques outils en plastiques permettent de soulever délicatement les caches.

DSC06409

Les entrailles du téléphones sont à l’air. Il faut maintenant enlever les composants un à un.

DSC06410

Pensez à retirer toutes les nappes. La grande nappe à côté de la batterie relie la batterie au port micro-USB.

 

DSC06418

Attention à ne rien perdre.

Vous pouvez ensuite retirer cette carte mère et la mettre de côté. Il faut également retirer le capteur dorsal en tirant légèrement sur la nappe ou faisant levier. Même chose pour le capteur frontal, qui nécessite tout de même de retirer (et garder) une languette en plastique juste en dessous, tandis que la prise Jack se retire simplement en la pinçant avec nos doigts. Une fois tous les éléments mis de côté, on peut s’attaquer à la partie basse du mobile. Il faut encore une fois retirer le cache en le dévissant. On enlève ensuite simplement la carte (de couleur orange) en faisant levier dessus. Attention, la partie droite est un peu plus dure à soulever puisqu’elle est collée. Ne forcez pas trop.

Bravo, vous venez de démonter entièrement un Nexus 5 ! Tous les composants ont été retirés et il ne reste plus qu’un châssis en plastique et surtout l’écran. C’est ce qu’on appelle un bloc d’affichage et c’est cette pièce qu’il faut changer.

DSC06419

La batterie est collée au module. Il faut forcer et utiliser un levier très plat pour la décoller.

DSC06445

Les composants de la partie basse du téléphone font partis des plus délicats à enlever.

DSC06425

Tout est démonté ! Il ne reste plus qu’à changer le module d’affichage.

Il ne reste plus qu’à prendre le nouveau bloc et y replacer les différents éléments (là encore, il existe de très bons tutoriels sur YouTube pour tout remettre dans l’ordre), remettre en place les cartes, reconnecter toutes les nappes, et revisser les caches en plastique par dessus. Attention à ne pas oublier d’enlever les boutons de réglages du volume et de mise en marche du téléphone du l’ancien bloc d’affichage pour les remettre sur le nouveau bloc, qui en est dépourvu. Nous nous sommes rendu compte après avoir remonté complètement l’appareil que nous avions oublié le bouton de mise en marche. Ne riez pas, c’est une omission classique qui arrive à de nombreux débutants. Une fois tous les composants remis en place, la dernière étape consiste à remonter la batterie. Le bloc-écran qui nous a été fourni possède des bandes adhésives là où va se loger la batterie. Il faut penser à retirer le film plastifié avant de la remettre en place. Si vous n’avez pas abîmé la coque en la retirant, elle se replacera comme à l’origine.

DSC06394

Notre bloc acheté sur Amazon. Les parties bleues renferment des bandes adhésives permettant de recoller la batterie.

DSC06437

Remonter le téléphone est beaucoup plus simple que le démonter.

Le démontage et le remontage du Nexus 5 étaient plus compliqués que celui du Wiko. Au total, l’opération nous a pris environ une heure trente, le temps de regarder un tutoriel, d’avancer avec prudence et de tâtonner. On le disait plus haut, la tâche peut sembler impressionnante au premier abord et s’avère réellement fastidieuse lors d’un premier essai. Ce n’est pourtant vraiment pas compliqué et, croyez-nous, lorsque c’est la première fois que l’on parvient à remplacer l’écran de son smartphone, on en ressort avec un sentiment de fierté et d’accomplissement très gratifiant. Cela fait une semaine que Romain se vante régulièrement « d’avoir vaincu la haute technologie avec deux tournevis et Internet » en bombant le torse et qu’il lance au moins une fois par jour l’idée de monter un magasin de réparation de smartphones qui le rendrait indubitablement très riche (mais Romain n’a jamais peur de l’excès). Avec l’habitude, on comprend toutefois comment des réparateurs aguerris parviennent à boucler l’affaire en à peine 40 minutes.

DSC06451

Erreur du débutant classique, nous avons oublié de remettre le bouton d’allumage. Un petit tournevis permet toutefois de s’assurer que l’écran fonctionne bien.

DSC06449

Un écran comme neuf… Ou presque, puisque la dalle est légèrement moins bonne que l’écran d’origine.

Conclusion

Alors, faut-il prendre le risque de changer son écran soi-même ? Si vous êtes du genre à vouloir absolument réaliser des économies, oui, c’est certainement la meilleure solution que vous pouvez trouver en l’état. Si vous n’avez plus d’espoir pour votre téléphone, que vous avez déjà prévu d’en changer et que vous voulez lui donner une dernière chance, on ne peut que vous conseiller de le remplacer vous-même. Réparer l’écran de son smartphone n’est vraiment pas compliqué. Cela demande du temps, quelques outils très peu onéreux et un peu de méthode. Sur les deux smartphones que nous avons réparés, nous pensons qu’il n’est pas nécessaire d’avoir fait de longues études d’électronique pour réussir à remettre son téléphone sur pied. Au final, nous avons économisé la moitié du tarif pratiqué par les réparateurs agréés pour notre Nexus 5 qui fonctionne (presque) toujours comme une pendule.

DSC06452

Nous avons cassé quelques pattes de la coque non amovible en démontant le Nexus 5.

On déconseillera cependant de mettre les mains dans les entrailles de votre smartphone s’il est neuf ou quasi neuf et que son écran est coûteux à acheter séparément. Les deux smartphones que nous avons réparés disposaient d’écrans LCD et avaient quelques années, ce qui limitait fortement les risques. Dans le cas de smartphones disposants d’écrans AMOLED récents (comme sur les Samsung ou les Motorola), on vous conseillera d’abord de bien vous renseigner sur le coût de réparation officiel et sur la difficulté de changer les affichages. D’autant plus que si nous le Cink Five n’a pas subi de séquelles à notre réparation, ce n’est pas vraiment le cas de notre Nexus 5, dont la coque n’est pas ressortie complètement indemne de notre démontage. Et l’on ne prend pas en compte non plus la qualité des pièces que nous avons achetées, dont la durée de vie et la qualité sont certainement discutables. Bref, considérez d’abord le changement d’écran par vos propres moyens comme une option de la dernière chance que comme un moyen sûr d’avoir un smartphone en état de marche à moindre coût.