HP vient de présenter sa vision de l’informatique du futur, d’ici 2020. The Machine, comme le constructeur l’appelle, est un ordinateur qui regroupe toutes les avancées technologiques et scientifiques que HP espère commercialiser d’ici les six prochaines années. Parmi celles-ci, on retrouve la mémoire memristors, qui devrait permettre d’atteindre 100 To de stockage sur les smartphones d’ici quelques années.

memristors wafer

Memristors : le nom ne vous dit sûrement rien mais pourrait révolutionner l’informatique (et donc les terminaux mobiles) dans les prochaines années. Les memristors sont en fait des composants électroniques passifs, au même titre que les condensateurs, résistances et bobines. S’ils ont été découverts en 1971, ils n’ont pas encore été commercialisés dans des produits grand public du fait de leur complexité de fabrication. HP espère intégrer ce type de mémoire dans The Machine, son prototype d’ordinateurs qui devrait être prêt d’ici 2020 et qui possèderait les derniers raffinements technologiques du constructeur.

Les memristors pour nos smartphones

Martin Fink, le CTO de HP, a annoncé que la technologie de mémoire memristors devrait faire sa route vers les smartphones et tablettes dans le futur. Ce qui permettrait d’atteindre des capacités de stockage de 100 To dans un futur pas si lointain. Pour le moment, nos smartphones utilisent de la mémoire flash pour la ROM et de la DRAM pour la mémoire vive. Ces dernières ne possèdent pas une densité élevée, ce qui limite donc la capacité à environ 64 Go pour le stockage des smartphones et quelques Go pour la mémoire vive. La mémoire memristor serait bien plus dense, plus rapide et moins chère à produire et permettrait donc de sauter des paliers en termes d’espace de stockage et de mémoire vive.

Une arrivée lointaine ?

Pour être intégrée au sein de nos smartphones, cette mémoire devra d’abord prouver son efficacité dans l’informatique réservée aux professionnels avant d’être déclinée pour le grand public. On a donc encore le temps avant de profiter de cette nouvelle technologie qui troque les électrons en faveur des ions pour le stockage des données. Il est en revanche intéressant de savoir qu’il existe une technologie qui permettra de faire sauter les limitations de la mémoire actuelle en matière de capacité lorsqu’on en aura certainement besoin même si la mémoire flash s’améliore d’année en année en trouvant le moyen d’être plus dense. Mais il faut lui trouver une relève puisque ses capacités d’amélioration en sont pas infinies.