Ça y est. Il est là, tout attendu qu’il était, ce nouvel appareil a fait sa première apparition publique à Londres, mais aussi à New York, où HTC a présenté un One (M8) en forme de réfection de son grand frère. Salué par la critique, mais pas suffisamment vendu pour redresser la barre des finances de HTC, ce One 2014 a-t-il de quoi convaincre ?

HTC M8

Prise en main vidéo

Lien Youtube
Chaine Youtube FrAndroid

À l’œil, le HTC One (M8) a des atouts pour séduire. Dans sa version « foncée », le gris métallisé a été poli pour offrir un fini brillant, avec une coque monobloc arrondie sur les tranches, qui ne combinent plus plastique et aluminium. On apprécie ou non le genre, mais il faut avouer que le Taïwanais a soigné son affaire. Il perd toutefois au passage un peu en discrétion, entre le brillant de la coque arrière et la tranche supérieure noire brillante. La version claire de l’appareil sera également proposée à la vente début avril et une mouture dorée sera également commercialisée quelques semaines plus tard, en avant-première chez Bouygues Telecom. Les mauvaises langues évoquent déjà la parenté entre ces choix de coloris avec la griffe iPhone : on vous laissera apprécier.

HTC M8

HTC M8

La prise en main est confortable. Le One de l’année dernière avait l’avantage d’être utilisable à une main, ce qui ce n’est plus vraiment possible avec la cuvée 2014. La touche power a d’ailleurs été déportée de la gauche de la tranche supérieure à sa droite, sans quoi l’index ne pourrait pas l’atteindre ! Tout cela au prix d’un écran Super Clear LCD de 5 pouces en Full HD 1080p, un standard pour le moment. Le nouveau One est bien plus grand que son prédécesseur. Et c’en est presque malheureux puisque si les touches de contrôles sont désormais incluses à l’écran, une bande noire ornée du logo HTC a été maintenue sous l’écran. Autant d’espace perdu qui se répercute sur la taille de l’appareil.

HTC M8

Sur les tranches, peu de chose à remarquer : du côté gauche, un port pour carte nano-SIM, et à droite, un slot micro-SD bienvenue sur un appareil proposé dans des versions de 16 à 64 Go. D’autant plus qu’il ne reste plus que quelques rares Go (environ 6 Go) disponibles sur la version 16 Go.

HTC M8

Si l’on fait un petit tour du côté des caractéristiques, rappelons que ce One (M8) s’offre les services d’un SoC Snapdragon S801 à 2,3 GHz, de 2 Go de RAM (contre 3 Go chez certains concurrents) et propose une expérience, à première vue, tout à fait fluide. Nous avons pu réaliser un premier benchmark et les résultats s’avèrent  en-deçà de ce que l’on peut attendre d’un tel appareil. AnTuTu affiche un score de plus de 33000 points au One version 2014.

HTC M8

Nouvelle interface pour une nouvelle vie

HTC M8

Deux arguments pour convaincre, chez ce nouvel HTC. D’abord, une interface Sense 6.0 revue et corrigée pour l’occasion, avec de nouvelles typos, des applications (légèrement) refondues et un BlinkFeed à la fois enrichi et simplifié. Simplifié en termes d’affichage, qui fait la part belle aux icônes, mais enrichi en services. Fitbit est désormais inclus à l’agrégateur d’actualités, un bon point en plus : il ne s’agit pas simplement d’afficher à l’écran les informations issues d’un bracelet connecté, mais d’utiliser le smartphone comme tracker d’activité. Comme l’iPhone, le One (M8) se la joue podomètre puisqu’il inclut une puce dédiée à cet usage. Une bonne idée à l’heure où ces petits accessoires pullulent, mais ne s’adaptent pas pour autant à tous les poignets.

HTC M8

HTC M8

La nouvelle interface du One (M8) est assortie de divers gestures. Le double-tap permet de mettre en veille ou d’en sortir le smartphone, des swipe depuis les côtés, le haut ou le bas du smartphone lorsque son écran est éteint permettent de lancer diverses applications (le BlinkFeed, l’accueil, la dernière application ouverte ou la commande vocale). La coque en plastique souple perforé est elle aussi capable de reconnaître le mouvement du doigt, épargnant à l’utilisateur l’effort de l’ouvrir pour décrocher à un appel ou pour consulter la météo. Mais comme elle n’est pas fournie avec le smartphone, il faudra débourser 49 euros supplémentaires pour en profiter.

HTC M8

HTC M8

 

Un second capteur photo suffira-t-il ?

HTC M8

L’argument phare du One M8 n’est autre que ses capacités photo. L’appareil incorpore non pas deux, mais trois capteurs photo. Passons sur le premier, un capteur frontal de 5 millions de points dédiés aux amateurs d’autoportraits (disons selfies, pour être dans le coup), très dans l’air du temps. À l’arrière, la donne change. Un capteur UltraPixel de 4 millions de points, avec notamment un autofocus  à 3 ms, est secondé par un second capteur (2,1 millions de points au compteur). En réalité, ce deuxième larron ne prend pas de photos en soi : il s’occupe de récupérer des données supplémentaires qui seront agrégées aux clichés pris par l’UltraPixel. Au déclenchement, le résultat est « standard » : ceux qui n’ont pas apprécié l’UltraPixel pour sa faible définition – relativement au reste du marché – crieront certainement au scandale. Mais à l’édition, un effet à la Lytro fait son entrée, via l’option UFocus. Le photographe en herbe peut choisir de faire la mise au point au premier ou au second plan, le plan laissé de côté devenant flou. Le traitement est rapide, l’effet est probant : pour le coup, les résultats fournis par cet appareil « DuoCamera » sont suffisamment bluffants pour que l’on ait envie de jouer du déclencheur.

HTC M8

Avant de retoucher l’image…

HTC M8

Le cliché original

HTC M8

La mise au point au premier plan

HTC M8

Et la mise au point au second plan

D’autres options plus ou moins superflues complètent le tout. Zoe a été enrichi d’effets, un mode « 3D » permet de légèrement changer l’angle de vue d’une photo en inclinant le smartphone, et un copier-coller vous servira à détourer un personnage sur une photo pour le coller dans un autre cliché, en premier ou en deuxième plan. Pas sûr que l’on se serve d’une telle possibilité tous les quatre matins, mais l’affaire est efficace. En photo toujours, l’UltraPixel de HTC ne vise pas la démesure. La capture vidéo ne dépassera pas le 1080p (pas de 4K au programme), et seul le DuoCamera, ainsi qu’un double-flash LED intelligent, viendront réellement améliorer les performances du One.

 

Le HTC One (M8) est-il séduisant ? Résolument oui. Tient-il la route face aux poids lourds que sont Samsung et Sony ? C’est moins sûr, le Taïwanais misant moins sur l’effet de mode et n’insistant peut-être pas assez sur ses fonctions originales. Qui, au sortir de la présentation du terminal, aura retenu que le smartphone joue le rôle d’un tracker d’activités avec Fitbit ? Un problème de glamourisation qui constitue peut-être le principal handicap de HTC, qui livre pourtant ici un appareil très prometteur. À son crédit, un agenda favorable : il sortira au moins une semaine avant ses concurrents sur les principaux marchés (Europe et Amérique du Nord notamment) à un prix sensiblement équivalent : 679 euros.