HTC vient de s’associer à Volkswagen pour lancer Customer-Link, une plateforme capable de faire le lien profond entre les smartphones et les entrailles de la voiture. Le service prend la forme d’une application Android et iOS qui peut lire de nombreuses données du véhicule et informer le conducteur en cas de problème.

golf_r_touch_4501

HTC diversifie ses activités et ne souhaite plus reste cantonner aux smartphones. Avec Customer-Link, le fabricant taïwanais tente une incursion un peu plus évoluée dans le domaine de l’automobile puisqu’on connaissait déjà l’application HTC Car à utiliser en mode MirrorLink que HTC avait présenté avec Volkswagen. Cette fois-ci, la collaboration avec le constructeur allemand Volkswagen a donné naissance à Customer-Link : un petit composant que le constructeur doit placer dans ses voitures. Une fois celui-ci actif, il peut communiquer avec un smartphone sous Android et iOS sur lequel l’application Customer-Link de HTC est installée. La voiture communique alors de nombreuses informations de conduite et de performances comme « la distance parcourue, la vitesse du moteur, le niveau d’huile et d’eau, la distance à parcourir avant la panne sèche, etc ». L’application peut également émettre une alarme en cas de soucis techniques et rediriger vers le centre de service le plus proche.

L’application Customer-Link est également compatible avec le système MirrorLink qui équipe de nombreuses voitures. Il est alors possible de déporter l’affichage de l’application Customer-Link directement sur l’écran tactile de la voiture pour avoir les informations sous les yeux et utiliser l’interface tactile pour naviguer dans les menus en conduisant. L’application permet aussi d’afficher des informations utiles lors de la conduite comme le trafic, les parkings, la localisation des stations-service, etc.

Pour le moment, Customer-Link est une exclusivité taïwanaise puisque le système sera préinstallé dans tous les véhicules Volkswagen vendus dans le pays à partir du mois de mai 2016. L’idée est intéressante, mais manque clairement d’innovation. Pourquoi déporter sur son smartphone des informations qui sont déjà disponibles sur le tableau de bord ou sur les écrans de la voiture ? La plus-value est extrêmement faible, à moins que le service n’évolue par la suite pour être plus complet et tenter de faire de l’ombre à Android Auto qui devra lui-aussi évoluer pour ne pas se laisser distancer par les systèmes intégrés des constructeurs.