Introduction

Le HTC U11+ avait convaincu en fin d’année dernière avec son excellent capteur photo, mais péchait sur l’autonomie et le reste. Le HTC U12+, fleuron de 2018, a-t-il su tirer leçon des erreurs de son prédécesseur ? Réponse ici-même.

Fiche technique

Modèle HTC U12+
Version de l'OS Android 8.0
Interface Sense UI
Taille d'écran 6 pouces
Définition 2880 × 1440
Densité de pixels 537 ppp
SoC Snapdragon 845 à 2,6GHz
Processeur (CPU) ARMv8
Puce Graphique (GPU) Adreno 630
Mémoire vive (RAM) 6 Go
Mémoire interne (flash) 64 Go, 128 Go
MicroSD Oui
Appareil photo (dorsal) Capteur 1:12 Mégapixels, Capteur 2: 16 Mégapixels
Appareil photo (frontal) Double capteur 8 Mégapixels
Enregistrement vidéo 4K
Wi-Fi Oui
Bluetooth 5.0 + ADP + aptX + LE
Réseaux LTE, HSPA, GSM
Bandes supportées 2100 MHz (B1), 800 MHz (B20), 1800 MHz (B3), 2600 MHz (B7), 700 MHz (B28)
SIM 2x nano SIM
NFC Oui
Ports (entrées/sorties) USB Type-C
Géolocalisation Oui
Batterie 3500 mAh
Dimensions 156,6 x 73,9 x 8,7 mm
Poids 188 grammes
Couleurs Rouge, Bleu, Noir
Prix 799€
Fiche produit

Ce test a été réalisé à partir d’un smartphone prêté par la marque.

Design

HTC revient avec un U12+ censé représenter ce que la marque a de meilleur à nous offrir. Elle revient donc au même design très arrondi que le HTC U11+ que nous avions déjà apprécié pour cela. Sa prise en main est agréable, très douce du fait de l’utilisation de verre de part et d’autres du téléphone.

À l’avant, on remarquera avant toute chose que le constructeur n’a pas choisi de suivre la mode de l’encoche. Ici, nous trouvons un grand écran au ratio 18:9 pris en sandwich entre deux bordures somme toute assez visibles. Celle du haut accueille le double capteur photo, très visible sur notre version, ainsi que la grille de haut-parleur et la LED de notification.

À l’arrière se trouve le double capteur photo dont les modules sont très espacés comparativement à la concurrence. Du reste, le dos en verre transparent sur de nombreux coloris ne l’est pas sur notre version de test, mais son effet miroir est conservé. Il s’agit-là d’un effet intéressant qui le sort du lot, bien que d’autres soient passés aux dégradés de couleurs cette année. Le capteur d’empreinte est lui situé en dessous, à l’endroit où repose naturellement l’index.

On retrouve sur le côté droit l’essentiel des touches, à savoir le verrouillage et les volumes. Ceci étant, ne vous attendez pas à des boutons qui « cliquent » : ici, ces boutons sont mous et la sensation de clic est émulée par le biais du vibreur du téléphone. Un effet bien loin de procurer les mêmes sensations qu’un bouton poussoir classique, et qui pourra être gênant à l’utilisation pour certains.

Pour ma part, j’ai trouvé l’expérience incroyablement frustrante. Je n’ai jamais réussi à faire une capture d’écran par le raccourci classique d’Android (volume bas + verrouillage) avec eux, ni même ai pu tranquillement augmenter le volume de ma musique depuis ma poche. En vérité, cette solution m’a donné l’impression que HTC avait choisi de modifier quelque chose… pour le modifier, sans aucune justification. Le pire étant que sa formule est selon moi inférieure à de simples boutons classiques au clic rassurant.

Ne se trouve que la trappe SIM à gauche. Enfin, le port USB C et la fente haut-parleurs se situent sur le bas du téléphone. Une nouvelle fois, pas de prise jack pour le constructeur taïwanais qui fournit au moins des écouteurs dans la boîte et un adaptateur USB C vers jack femelle. Notez que le téléphone est certifié IP68, et résistera donc efficacement à l’eau.

Écran

Le HTC U12+ dispose d’une grande dalle Super LCD de 6 pouces supportant une définition maximale Quad HD+ soit 2880 x 1440 pixels. Celle-ci est en ratio 18:9.

À première vue, on notera surtout que les couleurs sont particulièrement éclatantes… peut-être même un peu trop contrastée, ce qui tend à jouer sur la température de couleurs globale. L’écran, même poussé à fond, paraît également peu lumineux.

Sous notre sonde, on retrouve exactement cela. La dalle a une luminosité maximale de 302 cd/m², ce qui est très peu et gênera la lisibilité en plein soleil. Sa température de couleurs moyenne est à 7600K, dans la moyenne de ce qu’il se fait traditionnellement sur mobile, mais donnant un rendu assez froid et brillant. LCD aidant, les angles de vision sont excellents.

Par défaut, le téléphone est réglé afin de suivre l’espace de couleurs DCI-P3. Il vous est possible de le régler en sRGB, mais également de régler la température de couleurs pour la rendre plus chaude ou plus froide à l’envie.

Logiciel

Concernant le logiciel, le HTC U12+ est livré d’entrée de jeu avec Android 8.0 Oreo et le patch de sécurité de mars. Il est décevant de constater que, malgré son statut premium et sa sortie relativement retardée par rapport à ses concurrents, il n’intègre pas les dernières versions en date.

Pour votre expérience utilisateur, vous pouvez compter sur l’interface HTC Edge Sense 2, l’une des interfaces les plus personnalisées disponibles sur le marché. Si l’accueil reste sensiblement la même, le tiroir d’applications est personnalisable et la page Google Now à gauche est remplacée par le désormais traditionnel (et moins bon) BlinkFeed.

Plus particulièrement, le HTC U12+ supporte lui aussi la fonctionnalité Edge Sense, qui permet de serrer les côtés du téléphone pour lancer des raccourcis. Il est également possible d’utiliser ces zones avec un tapotage pour revenir en arrière ou lancer le mode à une main. Un aspect qui peut tout aussi bien être très pratique qu’un gadget vite oublié : les avis divergeront sur la question.

Une nouvelle fois, l’interface Edge Sense se démarque par l’accessibilité de nombreux raccourcis pour lancer diverses applications, par le biais de glissements et de gestes. Elle propose également de la reconnaissance faciale, bien qu’elle soit celle fournie par défaut sur Android : rapide, pratique, mais peu sécurisée.

Notons qu’à l’installation, le HTC U12+ demande d’être vigilant sous peine de se retrouver avec des tonnes d’applications publicitaires. Toutefois, passée cette étape, le téléphone reste relativement propre.

Performances

Le HTC U12+ peut se targuer de profiter du Snapdragon 845, le dernier SoC de Qualcomm qui nous a déjà ravi sur d’autres appareils, couplé à 6 Go de RAM LPDDR4. Une configuration somme toute assez attendue sur le haut de gamme.

Sur une utilisation normale, le SoC assure naturellement des performances parfaites. Le téléphone est extrêmement fluide et la moindre application se lancera en claquant des doigts. On n’en attendait pas moins pour l’un des meilleurs SoC actuellement disponibles.

 HTC U12+Xperia XZ2Galaxy S9+Huawei P20
SoCS845S845Exynos 9810Kirin 970
AnTuTu 7.x252 077264 401249 034203 591
PCMark 2.0901481515 3796 999
3DMark Slingshot Extreme356846733 3123 000
3DMark Slingshot Extreme Graphics393251223 6463 046
3DMark Slingshot Extreme Physics269535762 5092 850
GFXBench Car Chase (onscreen / offscreen)18 / 25 FPS33 / 35 FPS26 / 28 FPS23 / 23 FPS
GFXBench Manhattan 3.0 (onscreen / offscreen)39 / 63 FPS59 / 81 FPS57 / 77 FPS56 / 65 FPS
Lecture / écriture séquentielle697 / 194 Mo/s680 / 200 Mo/s814 / 207 Mo/s833 / 195 Mo/s
Lecture / écriture aléatoire30,5k / 28k38,4k / 4,3k IOPS33,2k / 5,8k IOPS37,8k / 41k

Sur Arena of Valor, titre connu pour son optimisation, les parties sont parfaitement fluides et stables à 60 FPS qu’importe les conditions de jeu. Et ce, bien évidemment, avec les configurations graphiques poussées au maximum.

PUBG Mobile, titre très populaire qui n’est au contraire pas connu pour son optimisation, tourne également parfaitement bien. Le HTC U12+ assure des réglages graphiques poussés en HDR avec la fréquence d’image maximale de manière stable, le tout en y ajoutant l’anti-aliasing. Tout ceci testé sans ajustement graphique automatique bien sûr.

Ceci étant, les deux jeux auront occasionné une chauffe importante du téléphone, particulièrement PUBG Mobile. Le HTC U12+ chauffe vite, même en utilisation normale et la sensation n’est pas agréable en main, mais il dissipe très rapidement la chaleur une fois le jeu éteint.

Appareil photo

Capteur photo arrière

Côté photo, le HTC U12+ profite à l’arrière d’une configuration à double capteur photo. Le principal est un capteur grand-angle de 12 mégapixels à objectif ouvrant en f/1,75 avec des pixels de 1,4 µm. Son second capteur photo est un téléobjectif de 16 mégapixels à objectif ouvrant en f/2,6.

À l’égal du HTC U11+, le U12+ régale sur la photo. En pleine lumière, le piqué des images est vraiment exceptionnel. Les couleurs sont vives, très précises et proches de la réalité, la stabilisation OIS permet de capturer des clichés nets même en ayant les mains tremblotantes et le rendu final est tout simplement très plaisant. Du très beau travail.

Par ailleurs, le zoom x2 sans perte remplit très bien son office et conserve, contrairement à beaucoup d’autres concurrents, les mêmes qualités en pleine lumière.

En intérieur et en basse luminosité, le constat reste le même. Si les couleurs perdent naturellement en intensité, elles restent très proches du réel avec toujours une très bonne netteté. On perd surtout en stabilité de capture, mais cela reste assez rare : 99 % des clichés pris sont nets et précis.

De nuit, les clichés continuent d’être très bons. Si l’on remarque l’apparition d’un peu de bruit sur les clichés, il reste très doux à l’œil et peu prononcé, faisant que les clichés sont certes un peu moins bons, mais pas dénaturés.

Le mode portrait est également très efficace sur ce capteur arrière. Pour ce mode, on notera surtout à quel point la prévisualisation en temps réelle est… loupée, pour des clichés finaux fort heureusement réussis avec une très bonne détection des contours.

Tout n’est cependant pas parfait. Le double capteur photo arrière de ce HTC U12+ a un gros défaut qui s’avère souvent agaçant : sa vitesse d’obturation. Il existe en effet un petit lag perceptible entre l’appui et la capture qui fera vite grincer des dents, particulièrement dans une situation où le sujet se déplace rapidement.

Capteur photo avant

À l’avant, on retrouve une nouvelle fois un double capteur photo. Ici, les deux capteurs sont de 8 mégapixels avec des objectifs ouvrant en f/2.0 et des pixels à 1,12 µm.

Les photos fournies sont une nouvelle fois très bonnes avec une bonne conservation des couleurs et un piqué plus que satisfaisant. Ceci étant, le manque de stabilisation se fait sentir et il est naturellement plus compliqué de trouver une bonne netteté. Malgré tout, le résultat est plus que satisfaisant et les images restent au-dessus du lot.

Le mode portrait est cependant bien moins réussi de ce côté. Il demande en effet beaucoup de lumière pour fonctionner et refuse catégoriquement d’appliquer le moindre effet sans cela. C’est particulièrement gênant en intérieur où celui-ci peut se montrer capricieux malgré un bon éclairage ambiant.

Vidéo

En vidéo, le HTC U12+ est capable de filmer jusqu’en 4K à 60 FPS, fait encore relativement rare sur le haut de gamme. Surtout, il permet de faire un zoom sur un sujet de manière très fluide.

Ce zoom permet également de profiter du focus acoustique qui va naturellement prioriser l’enregistrement audio du sujet cible. Une technologie qui fonctionne particulièrement bien et qui offre sur toutes les vidéos de ce HTC U12+ un rendu sonore bien au-dessus de la moyenne. Du très bon !

Son

Pour vous fournir une bonne expérience audio, le HTC U12+ dispose une nouvelle fois de sa solution BoomSound Hi-Fi. Celle-ci décrit le fait d’utiliser le haut-parleur d’appel en prime du haut-parleur du bas du téléphone afin de proposer un son plus puissant et surtout mieux dirigé vers l’utilisateur.

Cette solution semble avoir été améliorée par rapport au HTC U11+ dont la qualité du haut-parleur d’appel n’était pas exceptionnelle. Le son est clair, riche et son volume est très agréable. C’est là une très bonne expérience.

De nouveau, HTC fournit également des écouteurs filaires USB type C USonic. Ceux-ci intègrent de série la réduction de bruit active, du moins présumément : j’ai été bien incapable de trouver la moindre différence avec ou sans, et celle-ci fut loin de me protéger des bruits du bureau.

Ceci étant, la qualité audio de ceux-ci est au-dessus de ce qui est offert habituellement sur smartphone. Nous avons ici des écouteurs offrant un son clair et précis, bien que manquant de basses. Pour des intras, ce n’est pas très choquant. Ils sont également très confortables à porter.

Notons également la présence du Bluetooth 5.0 qui permet de connecter deux appareils en même temps pour écouter (ou diffuser) la même source.

Réseau et communications

Pas d’inquiétude pour la compatibilité réseau de l’appareil : il est bien compatible avec les bandes de réseaux les plus utilisées en France et en Europe, à savoir la 800 MHz (B20), 1800 MHz (B3), 2100 MHz (B1), 2600 MHz (B7). La 700 MHz (B28) est également compatible.

Je n’ai rencontré absolument aucun souci lors de mes appels, avec un correspondant m’entendant parfaitement bien malgré le bruit ambiant parisien. J’ai toutefois rencontré un petit problème avec l’application Android Messages : celui-ci n’a jamais accepté de fonctionner, arguant que « ma SIM n’était pas définie » quand bien même tout était bien réglé. Peut-être cela est dû à une incompatibilité de l’application elle-même, puisque celle fournit de base ne m’a pas posé le moindre souci.

Je ne peux pas en dire autant du GPS. Si le fixe est rapide est précis, la boussole m’a bien souvent joué des tours au point de me faire tourner sur moi-même comme une toupie plusieurs fois pour trouver mon chemin. Je n’ai jamais vu un téléphone perdre le nord aussi facilement et rapidement ; c’est bien dommage.

Autonomie

Avec sa batterie de 3 500 mAh, le HTC U12+ devait avoir une autonomie correcte. Ce n’est hélas pas nécessairement le cas. Sur une journée avec une utilisation loin d’être intensive, je me retrouvais déjà à 40 % de batterie aux environs de 19 heures malgré le fait que j’avais débranché le téléphone à midi.

La consommation du téléphone est assez massive, particulièrement de la part de son écran Super LCD. Alors que ses concurrents ont réussi à tirer leur épingle du jeu sur ce point, le HTC U12+ s’en tire dans la moyenne basse du haut de gamme de l’année.

Il profite au moins du Quick Charge 3.0, qui lors de nos tests aura permis de regagner 35% de batterie en 30 minutes de temps. C’est là un bon score qui permet au moins de contrebalancer la gourmandise du téléphone. Il offre au moins quelques réglages pour optimiser l’autonomie, et notamment la possibilité de changer la définition de l’écran et de ralentir le SoC, mais ça reste décevant.

Galerie photo

Prix et date de sortie

Le HTC U12+ est annoncé au prix de 799 euros pour une sortie à la fin du mois de juin. Il sera disponible en 3 coloris : noir, rouge et bleu translucide.

Test HTC U12+ Le verdict

design
7
Le HTC U12+ a la particularité de ne pas avoir cédé au son de l'encoche, mais c'est à peu près tout. Si l'on apprécie le rendu spécial de son dos en verre, ses boutons sans clics peuvent vite être frustrants.
écran
7
La dalle LCD du HTC U12+ est satisfaisante dans l'absolu et peut facilement être réglée pour quiconque préfère des couleurs plus naturelles. Ceci étant, son manque de luminosité se ressent en plein soleil, bien que son rendu soit satisfaisant.
logiciel
7
L'interface HTC Sense 2.0 se fait déjà vieille et paraît très encombrée. Elle propose tout de même de nombreux réglages de personnalisation, et la fonctionnalité Edge Sense peut être un bon atout... pour quiconque accroche.
performances
8
Le Snapdragon 845 fait une nouvelle fois des merveilles sur ce téléphone en offrant une expérience très fluide et des jeux toujours poussés au maximum de leur capacité. Ceci étant, la chauffe n'est pas très bien maîtrisée.
caméra
8
Le double capteur photo du HTC U12+ est son plus grand point fort. Les clichés qu'on en tire sont pour la plupart du temps magnifiques et son mode vidéo est excellent. Ceci étant, sa vitesse d'obturation est frustrante et son mode portrait en façade capricieux.
autonomie
6
Plus gros point faible du HTC U11+, il l'est également sur ce HTC U12+. L'autonomie ne semble jamais vouloir tenir la journée tranquillement, même en utilisation classique. La Quick Charge 3.0 adoucit le tableau, mais c'est une véritable déception.
Note finale du test 7/10
Le HTC U12+ a compris certaines forces du U11+, à savoir son dos transparent ou à effet miroir très bien conçu et son excellent capteur photo. Ceci étant, c'est à peu près la seule chose qu'il ait retenu des critiques faites à sa précédente génération.

L'interface Sense est par exemple toujours très personnalisable mais chargée et au style un peu daté. Surtout, c'est sur l'autonomie qu'il déçoit, avec une durée de vie vraiment en dessous de ses concurrents. Si le Snapdragon 845 est apprécié, la chauffe l'est elle beaucoup moins.

Le pire étant ses boutons mous dont la pression est simulée par le vibreur : la fausse bonne idée de 2018. S'en tire donc un appareil coûteux qui a beaucoup trop de défaits à mettre en face de ses qualités pour être vraiment recommandables, quand bien même il n'est pas mauvais en soi.
  • Points positifs
    • Design à dos transparent ou effet miroir
    • Snapdragon 845 très performant
    • Capteur photo arrière et avant très bons
    • Parfaite captation du son en vidéo, même en 4K à 60 FPS
  • Points négatifs
    • Ces boutons agaçants
    • Une autonomie vraiment à la traîne
    • Interface vieillissante